condescendance

(Mot repris de condescendances)
Recherches associées à condescendances: condescendent

condescendance

n.f.
Attitude hautaine et plus ou moins méprisante de qqn : Recevoir un subordonné avec condescendance dédain, hauteur

condescendance

(kɔ̃desɑ̃dɑ̃s)
nom féminin
attitude hautaine et méprisante répondre à qqn avec condescendance

CONDESCENDANCE

(kon-dè-san-dan-s') s. f.
Penchant à condescendre ; action de condescendre.
Si nous souffrons quelque relâchement dans les autres, c'est plutôt par condescendance que par dessein [PASC., Prov. 6]
Ils avaient pour le peuple une juste condescendance [BOSSUET, Hist. III, 6]
Ma condescendance N'avait point reconnu tant de prééminence [VOLT., Sophon. III, 1]
Votre condescendance sera blâmée, vous n'en doutez pas [DIDER., Ess. s. Claude.]
Qui sera assez juste appréciateur des circonstances où l'empire se trouvait, pour oser blâmer la condescendance de Sénèque ? [ID., ib.]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Nous nous sommes plus preparé, nos amés fils, à vostre université escrire, pour ce qu'à schisme vous avez condescension piteuse donnée [MONSTREL., I, ch. 33]

ÉTYMOLOGIE

  • Condescendre ; espagn. condescendencia ; ital. condescendenza.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • CONDESCENDANCE. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
    Quant il soi, por lo condescendement des plusiors, az deforienes [extérieures choses] espart [disperse] [, li Dialoge de Gregoire lo pape, 1876, p. 6]
    Alsi com par condescendement [, ib. p. 141]

condescendance

CONDESCENDANCE. n. f. Complaisance qui fait qu'on se rend aux sentiments, aux volontés de quelqu'un. Sage condescendance. Il faut de la condescendance dans le commerce du monde. Vous avez trop de condescendance pour lui. J'ai fait cela par condescendance pour elle. Lâche condescendance.

condescendance


CONDESCENDANCE, s. f. CONDESCENDANT, ANTE, adj. CONDESCENDRE, v. n. [l's est muette: Richelet la suprime: elle n'est-là que pour l'étymologie. Pron. Kondé-sandance, sandan, dante, sandre: 1re lon. 2e é fer. 3e lon.] La condescendance est une complaisance, qui fait qu'on se rend aux sentimens, aux volontés d'autrui, ou qu'on compatit à ses foiblesses. Condescendant, qui a de la condescendance. Condescendre, se rendre aux sentimens d'autrui, ou compatir à ses foiblesses. "Sage ou lâche, molle condescendance: "Esprit condescendant: "Je ne puis condescendre à ce que vous voulez." Condescendre aux foiblesses, aux besoins de quelqu'un.
   Rem. 1°. Condescendance, régit pour, et condescendre, la prép. à. Bossuet done ce dernier régime au subst. "Par une charitable condescendance aux infirmes de l'Église, il a voulu éclaircir ce doute. Dites, pour les infirmes, ou plutôt, pour les foibles. — M. Linguet lui fait régir à devant l'infinitif, et ce régime fait fort bien. "Henri IV, réduit à conquérir son patrimoine, fut enlevé au moment où il cherchoit, dans une administration paternelle, le remède aux maux de la France, épuisée presque également, et par les éforts qu'il avoit faits pour vaincre les rebelles, et par sa condescendance à acheter leur soumission.
   2°. Condescendant, n'est pas aussi usité que condescendance et condescendre; mais il est des ocasions où il va très-bien. "Jesus se rendoit condescendant pour les pécheurs, jusqu'à manger avec eux, et loger chez eux. Fleury. "Sa réponse fut gracieûse et condescendante. Hist. des Stuarts.

Synonymes et Contraires

condescendance

nom féminin condescendance
Traductions

condescendance

condescension

condescendance

הינשאות (נ), התייהרות (נ), התנשאות (נ), זחיחות לב (נ), זקיפות קומה (נ), זְקִיפוּת קוֹמָה, הִנָּשְׂאוּת, הִתְנַשְּׂאוּת

condescendance

neerbuigendheid

condescendance

degnazione, sussiego

condescendance

nedladenhed

condescendance

[kɔ̃desɑ̃dɑ̃s] nfcondescension