conduit, uite

CONDUIT, UITE1

(kon-dui, dui-t') part. passé de conduire
Que l'on fait aller avec soi. Télémaque conduit par Mentor.
Que ne peut l'amitié conduite par l'amour ? [RAC., Andr. III, 1]
Dirigé. Socrate conduit par la sagesse. Le pinceau conduit par une main habile.
Le raisonnement bien conduit portait à le croire [PASC., dans COUSIN]
Au théâtre, une intrigue bien conduite, intrigue dont les incidents sont bien ménagés. Terme de peinture. Jours bien conduits, jours bien distribués. Terme de jardinage. Taillé et pincé suivant les règles.
À moins que les branches ne se fassent de la confusion les unes aux autres, ce qui est assez rare dans un arbre bien conduit [LA QUINTINYE, Jardins, I, III, 10]
Terme d'entrepreneur. Des travaux de terrassement, de bâtisse, conduits par un homme intelligent. Entraîné. Conduit par de mauvaises passions. Amené. Conduit à la misère par la prodigalité.