confédérer

(Mot repris de confédéras)

CONFÉDÉRER

(kon-fé-dé-ré ; l'accent aigu de dé se change en accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je confédère, excepté au futur et au conditionnel : je confédérerai ; je confédérerais ; ce qui fait une anomalie regrettable) v. a.
Réunir par confédération. La constitution qui confédéra les États-Unis d'Amérique.
Se confédérer, v. réfl. Se liguer par confédération. Les nobles polonais se confédérèrent. Fig. Les âmes honnêtes ne devraient-elles pas se confédérer contre les hommes faux et pervers ?

REMARQUE

  • L'Académie ne donne confédérer que comme verbe réfléchi ; mais l'usage de ce verbe actif est ancien et n'a rien qui répugne.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Compaignon en general estoient touz ceux qui, en quelque maniere que ce fust, estoient raliez et confederez au peuple romain [BERCHEURE, f° 1, verso.]
    Il le confedera avecques soy par affinité de mariage [ID., f° 8]
  • XVIe s.
    Tous les confederés et voisins [MONT., I, 14]
    Ville confederée [ID., I, 27]
    Rome, confederée de si longtemps, et par tant de tiltres, à nostre couronne [ID., IV, 140]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. confederar ; ital. confederare ; du latin confoederare, de cum, avec, et foedus, alliance (voy. FÉDÉRATION).

confédérer

CONFÉDÉRER (SE). v. pron. Se liguer ensemble, s'unir par confédération en parlant surtout d'États ou de provinces d'un État. Les nobles polonais se confédérèrent. Les États, les rois, les princes confédérés. Les nations confédérées.