confidemment

CONFIDEMMENT

(kon-fi-da-man) adv.
En confidence.
Cicéron.... parlant confidemment à Pomponius Atticus, avoue que la vertu de Caton était inutile à la patrie [BALZ., 6e disc. s. la Cour.]
Je vous en ai parlé tantôt confidemment [CORN., Sertor. IV, 9]
Je le priai de me dire confidemment si.... [PASC., Prov. 1]
Venons au fait, parlons confidemment, Car entre amis on parle avec franchise [CHAULIEU, Autre épître de l'abbé C.]
Parlez-moi confidemment [LESAGE, Gil Blas, IX, 6]
Un homme se trouvant là, sans fonctions apparentes, m'aborda familièrement et me demanda confidemment si je n'étais point auteur de certaines brochures ; je m'en défendis fort [P. L. COUR., Pamph. des pamph.]
Avec confiance.
Le silence que je garde si hardiment et si confidemment [VOIT., Lett. 183]
....Attila me traite assez confidemment [CORN., Attila, IV, 1]
Vieilli en ce sens.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Le roi qui vous tesmoigna de vouloir reconcilier le roi de Navarre à lui et de s'en servir confidemment [SULLY, dans le Dict. de DOCHEZ.]

ÉTYMOLOGIE

  • Confident, et le suffixe ment.

confidemment

CONFIDEMMENT. adv. En confidence. Je vous dis cela confidemment.

confidemment


CONFIDEMMENT, adv. CONFIDENCE, s. f. CONFIDENT, ENTE, s. m. et f. [Konfidaman, dance, dan, dante: 1re lon. 3e lon. excepté au 1er.] La confidence, est la part qu'on done ou qu'on reçoit d'un secret. Confident, confidente, est celui ou celle à qui l'on confie ses plus secrettes pensées. Confidemment, en confidence. "Faire confidence de quelque chôse à quelqu'un. Parler en confidence; être dans la confidence. — C' est son confident, sa confidente; le Confident du Prince, la Confidente de la Favorite, etc. — Dire une chôse confidemment.
   I. Richelet écrit confidenment, et veut qu'on prononce confidanman. Et l'ortographe et la prononciation sont également vicieûses.
   II. Confidence ne se dit jamais seul: et il ne faut pas le confondre avec confiance. "L'Évêque de Palence eut toujours beaucoup de part à la confidence de Jean II. Révol. d'Esp. "Ces Savans, qui avoient part à sa confidence (de Crésus) n'avoient garde de heurter le goût du Prince. Rollin. — Là, confiance était le mot propre. Confiance est un sentiment permanent, confidence n'en est que l'éfet passager. Confident, au contraire, a un sens plus étendu. Il se dit, et de celui à qui l'on fait une confidence, et plus souvent de celui en qui l'on a une entière confiance, et à qui l'on fait part de tous ses secrets.
   Un Auteur moderne done à confidence le sens de hardiesse, assurance. "Il faudroit plus que de la confidence pour oser célébrer Voltaire parmi les vrais enfans de Thalie. Trois Siècles. — Il n'est pas usité en ce sens.
   CONFIDENCE est aussi une espèce de simonie, par laquelle on done un Bénéfice à quelqu' un, à la charge qu'il nous en laissera la disposition ou le revenu notre vie durant. Acad. Possession d'un Bénéfice sous le nom d'un aûtre, qui en a le titre sans jouir des fruits. Rich. Port. C'est aussi un crime de confidence de doner un Bénéfice, avec le pacte secret qu'on le remettra dans la suite à un aûtre.
   III. Confident se dit quelquefois des chôses inanimées. Les Poètes Érotiques apèlent les bois, les forêts, les déserts, leurs confidens. Il serait à souhaiter qu'ils n'en eussent pas d'aûtres.
   Chers confidens de mes peines secrettes.
Racine l'emploie plus noblement.
   Prêt à faire sur vous éclater la vengeance
   D'un geste confident de notre intelligence.
* Bourdaloue l'emploie, au propre, comme adjectif. "Prélat que ce Héros a distingué entre ses plus confidens amis. — On ne le dit point de cette manière.