confident, ente

CONFIDENT, ENTE

(kon-fi-dant, dan-t') s. m. et f.
Celui, celle à qui l'on fait la confidence de ses secrets, de ses pensées intimes.
Apprends, ma confidente, apprends à me connaître [CORN., Rodog. II, 2]
Je te fis après lui mon plus cher confident [ID., Cinna, V, 1]
Il faut que je l'attrape et que de ses desseins Je sois le confident pour mieux les rendre vains [MOL., l'Étour. II, 8]
Elles avaient le roi pour confident [SÉV., 390]
C'est à vous de choisir des confidents discrets [RAC., Brit. I, 4]
Une vieille femme qui était la confidente de ses amours [FÉN., Tél. VIII]
Malheureux confident d'un horrible secret [VOLT., Fanat. IV, 5]
Duroc, le plus réservé de tous, l'ami, le confident de l'empereur, disait hautement qu'il ne prévoyait pas d'époque à notre retour [SÉGUR, Hist. de Nap. VI, 2]
Terme de théâtre. Personnage secondaire de la tragédie, et, en particulier, de la tragédie classique française, qui reçoit les confidences des principaux personnages ; par quoi le spectateur se trouve instruit des desseins et des événements. Les rôles de confidents, de confidentes forment un emploi à part.
Dans leurs pièces de théâtre la plupart des confidentes sont des nourrices [J. J. ROUSS., Ém. I]
Adj.
Maxime est comme moi de ses plus confidents [CORN., Cinna, I, 4]
Surprendre les témoins les plus confidents de notre vie [MASS., Tiéd. 1]
Fig. et poétiquement. Rochers confidents de mes peines.
Prêt à faire sur vous éclater la vengeance D'un geste confident de notre intelligence [RAC., Brit. III, 7]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Avecques leurs plus confidens ils delibererent de marcher diligemment vers Paris [LANOUE, 585]
    Le Roy de Navarre persistant à vouloir que D'Aubigné lui servist de confident dans ses amours [D'AUB., Vie, XLII]
    Ce fut lors à remuer le mesnage des charges tant qu'il fut possible, à oster les confidens [partisans, affidés] de Bourbon et de Montmorency [ID., Hist. I, 86]
    En cest equippage entrerent en camp conduits par leurs parrins, et accompagnez de leurs confidens [M. DU BELL., 475]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. confidens, part. présent de confidere (voy. CONFIER).