confiner

(Mot repris de confinassions)

confiner

v.t. ind. [ de confins ] (à)
1. Être à la limite de ; friser : Une telle audace confine à l'imprudence
2. Toucher aux confins d'un pays : La Suisse confine à la France.
v.t.
Tenir enfermé dans d'étroites limites : Les inondations les avaient confinés au premier étage de la maison. Sa grande timidité la confine dans un rôle secondaire.

se confiner

v.pr.
1. S'isoler, se retirer : Se confiner dans sa chambre se cloîtrer
2. Se limiter à une occupation, une activité, etc. : Se confiner dans des tâches subalternes se cantonner à

confiner

(kɔ̃fine)
verbe transitif
1. garder enfermé, séparé du monde dans un espace limité confiner qqn dans sa chambre
2. figuré maintenir qqn dans une situation désagréable confiner qqn dans un travail ennuyeux
3. figuré être proche de Sa prudence confine à l'absurde.

confiner


Participe passé: confiné
Gérondif: confinant

Indicatif présent
je confine
tu confines
il/elle confine
nous confinons
vous confinez
ils/elles confinent
Passé simple
je confinai
tu confinas
il/elle confina
nous confinâmes
vous confinâtes
ils/elles confinèrent
Imparfait
je confinais
tu confinais
il/elle confinait
nous confinions
vous confiniez
ils/elles confinaient
Futur
je confinerai
tu confineras
il/elle confinera
nous confinerons
vous confinerez
ils/elles confineront
Conditionnel présent
je confinerais
tu confinerais
il/elle confinerait
nous confinerions
vous confineriez
ils/elles confineraient
Subjonctif imparfait
je confinasse
tu confinasses
il/elle confinât
nous confinassions
vous confinassiez
ils/elles confinassent
Subjonctif présent
je confine
tu confines
il/elle confine
nous confinions
vous confiniez
ils/elles confinent
Impératif
confine (tu)
confinons (nous)
confinez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais confiné
tu avais confiné
il/elle avait confiné
nous avions confiné
vous aviez confiné
ils/elles avaient confiné
Futur antérieur
j'aurai confiné
tu auras confiné
il/elle aura confiné
nous aurons confiné
vous aurez confiné
ils/elles auront confiné
Passé composé
j'ai confiné
tu as confiné
il/elle a confiné
nous avons confiné
vous avez confiné
ils/elles ont confiné
Conditionnel passé
j'aurais confiné
tu aurais confiné
il/elle aurait confiné
nous aurions confiné
vous auriez confiné
ils/elles auraient confiné
Passé antérieur
j'eus confiné
tu eus confiné
il/elle eut confiné
nous eûmes confiné
vous eûtes confiné
ils/elles eurent confiné
Subjonctif passé
j'aie confiné
tu aies confiné
il/elle ait confiné
nous ayons confiné
vous ayez confiné
ils/elles aient confiné
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse confiné
tu eusses confiné
il/elle eût confiné
nous eussions confiné
vous eussiez confiné
ils/elles eussent confiné

CONFINER

(kon-fi-né)
V. n. Toucher aux confins, aux limites.
Damas qui confinait aux deux royaumes [BOSSUET, Hist. I, 8]
Leurs terres peuvent confiner à la vigne de Naboth [J. J. ROUSS., Ém. V]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir. Condillac l'a fait actif en ce sens : Dans les forêts qui confinent la Lithuanie et la Russie, Conn. hum. IV, 2.
V. a. Confiner un héritage se disait autrefois, dans la langue du droit, pour borner.
Reléguer quelqu'un dans un certain lieu. On l'a confiné dans une île, dans un monastère.
Vous me confinez parmi les bêtes sauvages qu'on ne peut apprivoiser [VAUGEL., Q. C. liv. III, ch. 1]
Fig.
Ravalant la vertu, la confine en misère [RÉGNIER, Sat. II]
Je plains tout être faible, aveugle en sa manie. Qui dans un seul objet confina son génie [VOLT., Épît. L.]
Se confiner, v. réfl. Se retirer dans un lieu écarté pour y vivre dans la retraite. Se confiner au fond d'une province.
Là Fédéric alla se confiner [LA FONT., Faucon.]
Il se va confiner aux lieux les plus cachés [ID., Fabl. I, 11]
Au bout de l'univers va, cours te confiner [RAC., Bérén. IV, 4]
Quoique je me sois confiné au pied des Alpes, entre la Savoie et la Suisse [VOLT., Lett. de Vaines, 18 mars 1775]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Aucuns Allemans qui confinent tant en Savoye que en Bourgongne [qui sont limitrophes] [COMM., II, 5]
    Et par soupçon seulement [les rois] confinent souvent des gens [ID., VII, 15]
  • XVIe s.
    En un bois, là je me confine [MAROT, III, 39]
    Ils furent contraints de soy retirer au dedans de leurs Alpes, sans plus courir les Marches de l'Italie qui leur confine [AMYOT, Fab. 4]
    Il appelle les extremes confins le territoire qui est à l'entour de Delium, pource que là confine le Boeoce avec le païs de l'Attique [ID., Lysand. 56]
    Ilz le menerent, non en la cour du roy, mais en la Cherronese de Syrie, là où il fut confiné [ID., Démétr. 72]
    L'on eust irremissiblement peché de confiner avecques ung mary fascheux et incompatible une telle damoiselle [CARLOIX, III, 7]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. CONFINS ; provenç. et espagn. confinar ; ital. confinare.

confiner

CONFINER. v. intr. Toucher aux confins d'un pays, d'une terre, etc. La France confine avec l'Espagne. Les terres qui confinent à la forêt. Fig., Cela confine à la folie, Cette idée touche à la folie, en est voisine.

Il est aussi transitif et signifie Reléguer dans un certain lieu. Confiner quelqu'un dans un bureau. Se confiner au fond d'une province. Se confiner dans la solitude.

confiner

Confiner, Proprement c'est avoir borne commune par tenant ou aboutissant. Selon ce on dit un champ, ou une contrée confiner à autre. Confiner aussi est mettre et assigner trait estendu, bornes et limites. Jean le Maire, Noë ordonna Sabbatius pour Roy sur une bande de gens qu'il envoya habiter en Armenie, et confina leur tenement depuis Armenie jusques à la terre des Bactriens, laquelle estenduë s'appelle Scythie ou Tartarie. Et selon cette signification on dit, confiner aucun, pour le bannir avec assignation de certain lieu dans les enclaves duquel il doive demeurer sans extravaguer, Relegare, Deportare in insulam.

Confiner aucun en païs desert, Deportare in solas terras.

Champ confin ou confinant à un autre, c'est, tenant ou aboutissant à un autre, Confinis ager. Liu.

Contrées qui se confinent et s'entre-tiennent, Orae confines.

Elle confine et conjoint à Ethiopie, Confinis est AEthiopiae. Plin.

Mon voisin de qui la terre confine à la mienne, Confinis meus. Martial.

confiner


CONFINER, v. a. et neut. CONFINS, s. m. pl. [Konfiné, con-fein; 1re lon. 2e lon. au 2d.] Confiner, actif, c'est réléguer dans un certain lieu. Confiner dans une prison, dans un Monastère, dans un désert, parmi des bêtes sauvages; se confiner dans une Province, dans une solitude.
   Se confiner aux lieux les plus cachés.
Neutre, régissant avec ou à; être situé proche les confins d'un Pays. "La France confine avec l'Espagne: "La Thrace confine à la Macedoine. Vaug. — Le P. Barre le fait actif, et lui fait régir l' acusatif. "Ce Prince se retira vers Luntembourg, qui confinoit la Hongrie et l'Autriche. Hist. d'Al. c'est un faux régime.
   CONFINS, limites, extrémités d'un Pays. "Sur les confins du Royaume, de la Province. "Les confins d'un Diocèse, d'une Juridiction.

Synonymes et Contraires

confiner

verbe transitif confiner
Tenir enfermé.
cantonner, claustrer, cloîtrer, enfermer, isoler, reléguer -familier: boucler -littéraire: reclure -vieux: chambrer.

confiner

verbe transitif indirect confiner

confiner (se)

verbe pronominal confiner (se)
2.  Se limiter à une activité.
Traductions

confiner

confine, immure

confiner

rintanare

confiner

beschränken

confiner

beperken

confiner

ограничи

confiner

confiner

omezit

confiner

begränsa

confiner

[kɔ̃fine] vt (= restreindre) confiner qn à, confiner qn dans → to confine sb to
confiner à → to border on [kɔ̃fine] vpr/réfl
se confiner dans, se confiner à → to confine o.s. to