confiture

(Mot repris de confitures)

confiture

n.f. [ de confire ]
Préparation de fruits frais cuits dans du sucre pour les conserver : Des pots de confiture de fraises, d'abricots. Trois tartines de confiture.

CONFITURE

(kon-fi-tu-r') s. f.
On l'emploie souvent au pluriel. Fruits entiers ou coupés par morceaux, qu'on met cuire avec du sucre ou du sirop pendant plus ou moins de temps, et qui se transforment en une sorte de marmelade ou compote. Confitures de groseilles, de prunes.
Un jeune Grec, fort affable, m'offrit des confitures [CHATEAUBR., Itinéraire, 44]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Siros confis de douce confiture, De quatre herbes pleines de sanité, Chanson à la Vierge [MÄTZNER, p. 67]
  • XVe s.
    Il bouta sa teste au trou du retrait où il fut bien encensé, Dieu le sait, de la confiture de leans [LOUIS XI, Nouv. LXXII]
    M'a apporté herbes à faire la confiture de l'onguent dont le bon roi mehaingné, du quel sang vous estes issu, sera gary [, Perceforest, t. VI, f° 117]
  • XVIe s.
    Strabo dit que les Juifs, pour la confiture [embaumement] de leurs corps, souloient user de bitume [PARÉ, Mumie, 2]
    Confitures de cerises [ID., XX, 31]
    Ses confitures ne cederont aux plus precieuses de celles qu'on fait es grosses villes [O. DE SERRES, 843]

ÉTYMOLOGIE

  • Confit 1.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • CONFITURE. Ajoutez :
  • Fig.
    Nous mangeons du sucre et des confitures quand nous nous ramentevons nos amis qui se portent bien [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne.]
  • Homme à confitures, homme qui a besoin de reprendre des forces, de se réconforter.
    Nous avons le cœur bon, et, dans nos aventures, Nous ne fûmes jamais hommes à confitures [CORN., Lexique, éd. Marty-Laveaux.]

confiture

CONFITURE. n. f. Fruits coupés ou entiers qu'on met à cuire dans le sucre. Il s'emploie plus ordinairement au pluriel. Confitures de groseille, etc. Faire des confitures. Un pot de confitures. Omelette aux confitures.

confiture

Confiture, Concinnatio, Conditus, huius conditus, Conditio, Conditura.

Confitures, Salgama, salgamorum.

Confitures de pommes de coing et de miel, Melimeli, melimelis.

Dequoy on fait confitures et saulses, Condimentarium genus.

La confiture d'amitié gist en meurs douces, et benings et doux langages, Condimentum amicitiae, suauitas morum et sermonum.

Qui fait et vend confitures, Salgamarius.

confitûre


CONFITûRE, s. fém. CONFITURIER, IèRE, s. m. et fém. [1re lon. 3e lon. au 1er, 4e e muet au 1er, é fer. au 2d, è moy. et lon. au dern.] Confitûre se dit des fruits ou des racines confites au sucre, au miel, etc. "Confitûres sèches ou liquides. "Boite ou pot de confitûres. "Tourte de confitûres.
   CONFITURIER: suivant Ménage, il ne se dit que de celui qui vend des confitûres: suivant La Touche, l'Acad. Richelet, il se dit aussi de celui qui les fait. — Confiseur n'a que ce dernier sens. On ne le dit que des Oficiers des maisons particulières. Pour les Marchands, on dit Confiturier. On dira d'un Marchand, c'est un excellent Confiturier, et d'un Chef d'ofice, c'est un bon Confiseur. "Il a un oficier qui est bon Confiseur. — * Quelques-uns disent Confisseur, et le disent d'un Marchand Confiturier. C'est ainsi qu'on le dit en Province; et l'ortographe et la prononciation et l'emploi de ce mot sont également vicieux.
   Rem. On dit plus communément, à Paris, Marchand Confiseur, que Confiturier. Le premier est plus doux que l'aûtre, et il est plus autorisé par l'usage. MARIN.

Traductions

confiture

Marmelade, Konfitürejam, preserve, jelly, marmeladejam, inmaak, marmelade, gekonfijtevruchten, moes, confituur, gekonfijte vruchtenקונפיטורה (נ), ריבה (נ), רִבָּהkonfytmelmeladadžemmarmelade, syltetøjkonfitaĵo, marmeladomermelada, confituradzsem, gyümölcsizmarmellata, marmelataジャムmarmelade, syltetøy, trengselcompota, geleiamarmeladămarmelad, syltreçel, marmelatμαρμελάδαمُرَبَّىruuhkapekmezdżemджем, вареньеแยมmứt果酱Конфитюр果醬 (kɔ̃fityʀ)
nom féminin
fruits cuits avec du sucre de la confiture d'abricots

confiture

[kɔ̃fityʀ] nfjam
de la confiture de fraises → strawberry jam