congé


Recherches associées à congé: congé maternité, congé parental

congé

n.m. [ lat. commeatus, permission d'aller et de venir ]
1. (Au pl.) Courtes vacances pour les élèves, les salariés, le plus souvent à l'occasion d'une fête : Les congés de février.
2. Autorisation spéciale accordée à qqn de cesser son travail ; période de cette cessation de travail : Prendre, demander un congé. Être en congé de maternité, de maladie.
3. Résiliation d'un contrat de travail ou de location : Donner son congé à un locataire.
4. Attestation de paiement des droits de circulation de certaines marchandises, notamm. les alcools.
Congés payés,
période de vacances payées que la loi accorde à tous les salariés.
Prendre congé de qqn,
le saluer avant de partir, lui dire au revoir.

CONGÉ

(kon-jé) s. m.
Libération temporaire ou définitive d'un service quelconque, d'une fonction.
On voit Régulus demander son congé au sénat [BOSSUET, Hist. III, 6]
N'allez point de nouveau faire courir aux armes Un athlète tout prêt à prendre son congé [BOILEAU, Épigrammes, 35]
S'il était nécessaire de demander les bons offices du roi de Prusse auprès de la cour de France, j'y serais d'autant plus autorisé, que, n'étant absent que par congé, vous seriez toujours à son service [VOLT., Lett. d'Étallonde, 20 déc. 1773]
Dans le langage militaire, la durée légale du service militaire. Mon congé finit dans six mois. Il a fait deux congés. Pour les militaires, acte qui permet de quitter le service ou de s'absenter temporairement du corps. Avoir son congé. Obtenir un congé de semestre. Pour les fonctionnaires, pour les professeurs, permission de s'absenter. Un congé de convalescence. Dans la marine, espèce de passe-port dont doit se munir un capitaine pour aller en mer. Dans l'ancienne législation, certificat qu'un garçon ou compagnon était tenu de prendre du maître qu'il quittait.
Terme de collége. Intervalle de temps pendant lequel les classes sont suspendues durant l'année scolaire. Un congé de deux jours. Un jour de congé.
Pour porter son préfet [d'études] à lui donner congé [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Permission, autorisation. Se marier sans le congé de ses parents.
Je ne puis plus rien que par votre congé [CORN., Cinna, III, 3]
Le secret est à vous et je serais ingrat, Si sans votre congé j'osais en faire éclat [ID., Héracl. II, 2]
Mais sans votre congé mon sang n'ose sortir [ID., Hor. V, 2]
Je lui donne.... congé d'être Sosie [MOL., Amph. III, 10]
Et si dans quelque chose ils vous ont outragé, Je puis vous assurer que c'est sans mon congé [ID., l'Étour. I, 3]
Pour y penser, je ne vous demanderai pas congé [SÉV., 346]
Donnez-moi, ajoute-t-elle, congé de m'en retourner à Florence [ANQUET., Ligue, II, p. 25]
Permis donné par l'administration des contributions indirectes pour le transport d'une marchandise qui a payé les droits. On peut expédier le vin ; voici le congé.
Séparation d'avec une personne.
Elle m'a donné congé, d'un cœur déjà tout détaché de la terre [SÉV., 144]
Audience de congé, audience qu'un ambassadeur obtient avant son départ. Prendre congé, aller avant de partir saluer les personnes à qui on doit du respect et prendre leurs ordres, ou, simplement, faire ses adieux.
J'abandonne Byzance et prends congé de vous [CORN., Pulch. III, 1]
Il ne lui permit pas de prendre congé d'elle [ID., Sertor. I, 2]
Il vous a vue chez la reine quand vous prîtes congé [SÉV., 49]
Ils avaient été prendre congé à St-Germain [ID., 408]
Télémaque et Mentor prennent congé du roi [FÉN., Tél. XXIII]
Fig. Prendre congé, renoncer à.
Elle a pris congé Et des plaisirs et du commerce [BÉRANG., Mad. Grég.]
Terme de droit. Acte par lequel un propriétaire ou un locataire signifie qu'une location cesse. Donner, recevoir congé. Accepter le congé. Congé faute de plaider, ou défaut congé, jugement par défaut que le défendeur obtient à l'audience contre le demandeur qui ne se présente pas. Anciennement, congé de cour, renvoi de la demande. Terme d'eaux et forêts. Congé de cour, sentence de décharge délivrée à des adjudicataires.
Sortie d'une personne à gages hors de condition. Ce domestique a demandé son congé.
L'on me donne aujourd'hui mon congé [MOL., Femmes sav. II, 5]
Par extension. Donner à quelqu'un son congé, cesser de le recevoir, ne pas accueillir ses prétentions. Ce jeune homme recherchait une telle jeune fille, mais les parents lui ont donné son congé.
Il avait donné congé à sa maîtresse [HAMILT., Gramm. 4]
Votre frère a eu son congé de Ninon [SÉV., 37]
Rustic eût dû donner congé.... à semblable écolière [LA FONT., Diable.]
J'ai ma pipe et vos embrassades ; Venez me donner mon congé [me voir mourir] [BÉRANG., Vieux caporal.]
Prendre son congé, se retirer, s'éloigner.
Terme d'architecture. Nom de quarts de rond creux, qui font raccordement entre le fût d'une colonne et la ceinture. Transition entre une moulure et un parement. Outil de menuisier qui sert à former cette moulure. Terme de serrurerie. Espèce de renfort évidé.

PROVERBE

    Pour boire de l'eau et coucher dehors, on ne demande congé à personne.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    E s'il passe la devise [règle] sans le congé à la justice.... [, Lois de Guill. 5]
    Sire, dist Guenes, donez mei le cungied [, Ch. de Rol. XX]
    Prenent conget, à cel mot s'en tornerent [, ib. CXCIV]
  • XIIe s.
    Congié [permission] [je] demande à Guibor l'honorée [, Ronc. p. 161]
    Je n'ai congié que plus raison [je] vous die [, ib. p. 174]
    Et comment Conviendra-il qu'à la fin congié [je] prenne ? [, Couci, XXII]
    Et s'il ne fust de remanoir viltance Et reproche, j'alasse demander à ma dame congié de demeurer [, ib. XXIV]
    Senz le congié le rei ne deüst nuls duner Iglise en tut sun fiu.... [, Th. le mart. 59]
  • XIIIe s.
    Dont pristrent li message congié à l'empereour Kyrzac [VILLEH., LXXXVII]
    Congié [elle] a pris du roy, si prent à souspirer [, Berte, XVII]
    Et grant foison de chevaliers et de pucieles prendent congiet au Roi et passerent mer [, Chr. de Rains, p. 13]
    Quant li castelains vit qu'il ne le pooit retenir, si li octria le congiez [, ib. p. 55]
    La charretée doit de coutume quatre sols et seize deniers de congié [, Liv. des mét. 273]
    Sovent me semont [Bel-accueil] d'aprochier Vers le bouton et d'atouchier Au rosier qui l'avoit chargié ; De ce me donnoit-il congié [, la Rose, 2886]
    Di, Faus semblant, par quel congié Es-tu venu en ma presence ? [, ib. 10508]
    Qui done congié [congédie] à son sodeer [soudoyer], et il ne le paie de ce que il li deit de ses sodées, et il li die.... [, Ass. de J. I, 210]
    Et elle entent qu'elle se peut marier sans congé prendre vers vos [, ib. I, 265]
    Et ot cascuns congié de soi marier aillors [BEAUMANOIR, XVIII, 18]
  • XVe s.
    Quand le roi les assiegeoit à puissance et ils veoient qu'ils ne pouvoient eschapper, ils se boutoient en ces croutes [grottes, souterrains] et s'en alloient sans prendre congé [FROISS., II, III, 23]
    Il suffit, dit le sire de Corasse ; or va, je te donne congé pour celle nuit [ID., II, III, 22]
    Et nous emmenerent avec eux bien une lieue loin, pour doute que nous ne le vous notifions trop tost, et puis nous donnerent congé de le vous venir dire [ID., I, I, 44]
    Le roy d'Angleterre commanda qu'on donnast congé à ce varlet [qu'on lui rendît la liberté] [COMM., IV, 7]
    Le roy leur respondit [aux envoyés], et puis leur donna congé [ID., IV, 8]
    Ung marchant, lequel luy estoit venu demander ung congé pour tirer une quantité de vin de Gascongne sans rien payer [ID., IV, 10]
  • XVIe s.
    Pantagruel, prenant congié du bon Gargantua son pere, monta sus mer au port de Thalasse [RAB., Pant. IV, 1]
    Il veint luy demander congé de se faire mourir [MONT., I, 82]
    Neron, prenant congé de sa mere qu'il envoyoit noyer [ID., I, 270]
    Ils ont leur congé, au plus loing, à vingt et deux ans [ID., III, 286]
    Branle et congié [sorte de pas ou figure de danse] je fays en toute humblesse, Touchant pas simple, ung tout seul je n'en lesse [J. MAROT, V, 270]
    Qu'il faisoit deshonneur à Sparte, de vouloir enlever ce corps de Lysander par le congé et la mercy des ennemis [AMYOT, Lysand. 55]
    Par quoy il donna congé à ces conducteurs barbares [il les congédia] [ID., Lucull. 37]
    Au congé prendre, il luy envoya de beaux et riches presens, qu'il refuza [ID., ib. 39]
    Je te donne congé de porter ces affiquets d'or comme à un fol [ID., Artax. 5]
    Frontenac, en lui quittant le nom et la principale charge de la guerre, portoit sa part du fardeau, comme aussi Lanoue lui quittoit l'authorité des sauvegardes et des congez de mer [D'AUB., Hist. II, 138]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, cangî ; provenç. comjat, conjat ; catal. comiat ; ital. congedo ; du latin commeatus, de commeare, aller, s'en aller, passer, de cum, et meare, aller (voy. MÉAT) ; l'e ou l'i se changeant en j dans ces sortes de mots : somniare, songer, serviens, sergent, etc.

conge

CONGE. n. m. Mesure de capacité pour les liquides chez les Grecs et les Romains. Le conge valait 3 litres 23 centilitres.

Il désigne aussi un Appareil dont on se sert dans les laboratoires pour chauffer les liquides.

congé

CONGÉ. n. m. Permission d'aller, de venir, de s'absenter, de se retirer. Congé de convalescence. Être en congé. Accorder un congé de huit jours. Ce député a demandé un congé à la Chambre, pour cause de maladie. Cet employé a obtenu un congé de huit jours.

Il se dit particulièrement en parlant d'un Domestique qui demande à se retirer tout à fait ou que son maître renvoie, et, dans ce sens, on l'emploie assez ordinairement avec l'adjectif possessif. Un domestique qui demande son congé. Son maître lui a donné congé, son congé.

Fig. et fam., Donner à quelqu'un son congé, lui donner congé, lui signifier son congé, Lui déclarer ou lui faire connaître qu'il doit se retirer pour ne plus revenir, qu'il doit se désister de quelque chose. Il allait librement dans cette maison, mais depuis peu on lui a donné son congé. Il recherchait cette jeune fille en mariage, mais on lui a donné son congé, il a eu son congé. J'ai pris mon congé, sans attendre qu'on me le donnât.

Il signifie de plus Exemption générale de classe ou de cours qu'on accorde aux écoliers ou aux étudiants pendant l'année scolaire. Jours de congé. Les élèves ont eu congé. C'est demain congé. Les congés de Noël, de Pâques.

Il signifie aussi simplement Permission, autorisation. Se marier sans le congé de ses parents.

En termes de Contributions indirectes, il signifie Permission de transporter la marchandise dont les droits ont été acquittés. On peut expédier ce vin, voici le congé.

En termes de Procédure, Congé faute de plaider, Défaut que le défendeur obtient à l'audience contre le demandeur qui ne se présente pas pour soutenir sa cause.

Prendre congé signifie aussi Aller, avant de partir, saluer les personnes à qui l'on doit du respect et prendre leurs ordres. Il part pour une mission à l'étranger et il a déjà pris congé du ministre, ou simplement Il a pris congé. Il se dit également en parlant des Adieux que l'on fait à ses amis, aux personnes de sa connaissance, quand on s'éloigne d'elles pour quelque temps. Il part dans deux jours, et il est allé prendre congé de ses amis. Je vais prendre congé d'eux.

Audience de congé, Dernière audience publique qu'un ambassadeur obtient avant son départ. Cet ambassadeur a eu, a pris son audience de congé.

Il se dit encore de l'Acte, écrit ou verbal, par lequel le propriétaire ou le principal locataire d'une maison, d'une ferme, etc., signifie à un locataire ou fermier qu'il ait à vider les lieux dans un certain temps. Ce propriétaire a donné congé à son fermier, à son locataire. Recevoir congé. On le dit également d'un Locataire à l'égard du propriétaire ou du principal locataire. Il a donné congé à son propriétaire.

congé

Congé, Commeatus ab eremodicio datus, Commeatus, Copia, Missio, Dimissio, Permissus, Permissio, Venia, Abeundi venia.

Le caier et rolle des congez et defauts, Eremodiciorum nomenclatura, B.

Sans mon congé, Iniussu meo.

Donner ou bailler pouvoir et congé, Copiam facere, Facultatem facere vel dare, Deferre potestatem.

Donner congé de faire quelque chose, Permittere.

Donner congé et laisser en aller, Dimittere.

Donner congé en matiere de gladiateurs, Rude donare.

Donner congé ou defaut, Eremodicium pronunciare secundum aliquem, B.

Je te baille congé de faire cela, Per me licet illud facias.

Donner congé de combatre, Copiam pugnae facere.

Congé donné de demander, etc. Vtrique data petendi quod velit, potestate.

Donner congé aux enfans de jouër, Pueris licentiam ludendi dare, vel potestatem facere.

Donner congé à ses escoliers, et ne faire plus estat d'enseigner, Dimittere scholam.

Quand le Preteur donnoit congé au Senat et conseilliers de se lever, Senatum mittere, vel dimittere, Dimittere et ablegare consilium. Ex Cicerone.

Donner congé à la partie accusée contre l'accusateur et delateur à faute de comparoir, Eximere ex reis.

Donner congé à un souldart pour quelque temps, Dare commeatum militi.

Congé donné à cause de exomnie, Missio causaria.

Quand ambition a donné congé à aucun, Emeritis stipendiis ambitionis.

Congé donné à l'intimé, Eremodicium secundum prouocatum datum, Prouocatus e citatis et prouocatis exemptus, et vadimonio solutus, Commeatus secundum prouocatum iudicatus, B.

Congé à l'intimé contre l'appelant, par faute de venir plaider sur sa cause d'appel, Eremodicium secundum prouocatum datum contra prouocatorem actionem causae detrectantem, B.

Tu as ton congé quand tu voudras, Nihil te iam moratur aula, B.

Il demanda congé de passer, Precario petiit iter per eum agrum, B. ex Liuio.

Prenant congé de luy, Valere dicens.

Prendre son congé, Commeatum accipere.

Finer le temps de son office, et prendre congé du magistrat, Abire magistratu.

Obtenir congé, Veniam impetrare.

Avoir son congé en matiere de guerre, Commeatum accipere proprie dicitur miles.

Avoir congé de demeurer où il nous plaist, Commeatum liberum impetrare.

Avoir son congé en matiere de gladiateurs, Rudem accipere.

Qui a eu son congé en matiere de gladiateurs, Rudiarius, rudiarij.

Quand un homme de guerre a servi son temps, et a son congé, Emeritum stipendium.

Signifier un congé, Commeatum denuntiare, B.

Rebatre un congé ou defaut, Commeatum inducere ab eremodicio datum, Edictum circunducere, B.

Le sauf d'un congé, Dies inducendi commeatus, B.

Defaut ou congé sauf, Eremodicium suspensum ex formula B.

Congé ou defaut pur et simple, Eremodicium iustum et semel pronuntiandum, Eremodicium absolutum, Commeatus iudicialis praesentaneus, Eremodicium iustum atque praesentaneum, B.

Un congé sauf certain temps selon la distance des lieux, Commeatus iudicialis in diem pronuntiatus pro interuallo locorum, B.

Tomber en danger d'un congé ou defaut, In fraudem vadimonij deserti incidere, B.

Demander congé contre l'appelant, Prouocantem occupare, cunctantique instare, dimitti se flagitare, et commeatum postulare.

Eslargir ou donner congé à un prisonnier, ou autre accusé, par faute de faire par sa partie adverse son devoir, Ex reis eximere hominem propter aduersarij detrectationem.

Se departir du congé ou defaut que l'on a obtenu, Ne s'en vouloir aider, Eremodicij gratiam facere, De iure eremodicij decedere, Eremodicium non exigere vel persequi.

Enregistrer et publier les congez et defauts, Efferre in album, publiceque proponere eremodiciorum commeatuumque nomina, B.

Congez ou defauts emportans gaing de cause, Eremodicia litium decretoria, B.

Appeler les scedules, ou les congez et defauts, Inclamare nomina desiderata eorum qui prouocatores, et qui prouocati erant, Inclamare nomina desiderata actorum, et nomina reorum desiderata, Eremodiciorum nomina inclamare, B.

congé


CONGÉ; s. m. 1°. Permission d'aler, de se retirer. On dit doner congé, sans article; et ainsi, demander congé, avoir congé, prendre congé. — Avec les pronoms possessifs mon, son, leur, il signifie renvoyer ou se retirer. "On lui a donné son congé; il a demandé, il a eu, il a pris son congé. — 2°. En parlant des Écoliers, jour de congé est un jour où ils sont exemptés d'aler en classe. — Congé se dit de quelques jours seulement, et vacances d'une suite considérable de jours de congé. = 3°. Prendre congé se dit quelquefois pour aler, avant que de partir, saluer les persones à qui l'on doit du respect, et prendre leurs ordres. Il part pour l'armée, il a pris congé du Roi; ou simplement, il a pris congé. En parlant des Ambassadeurs qui se retirent, on dit, prendre son audience de congé.

Synonymes et Contraires

congé

nom masculin congé
1.  Interruption de travail.
inactivité, non-activité, relâche, repos, vacances.
2.  Résiliation d'un contrat.
Traductions

congé

Ferien, Entlassung, Urlaub, Beurlaubung, Freizeitholiday, leave, time off, vacation, discharge, paying off, spare time, notice, dismissal, lay-off, leisure, sackverlof, ontslag, afmonstering, congé, vakantie, (korte) vakantie, huuropzegging, vervoerbiljet, zeebrief, afscheid, vrije tijd, tijdje vrijafחופש (ז), חופשה (נ), פגרה (נ), חֹפֶשׁ, חֻפְשָׁה, פַּגְרָהferie, fritid, orlovmaldungoferie, fritid, permisjonurlop, wczasy, czas wolny, pozwolenieférias, licença, permissão, tempo livreferier, semester, ledighet, vara ledigάδεια, ελεύθερος χρόνοςcommiato, congedo, ferie, vacanza, permessoإِجَازَة, إجَازَةٌdovolená, volnopermiso, tiempo libreloma, vapaa-aikadopust, slobodno vrijeme欠勤時間, 許可한가한 시간, 휴가отгул, позволениеการลาหยุด, ช่วงวันหยุดหรือไม่ไปทำงานizinnghỉ phép, thời gian nghỉ làm休假, 请假離開 (kɔ̃ʒe)
nom masculin
1. vacances être en congé
2. fait d'arrêter de travailler pendant un temps un congé de maladie un congé de maternité
3. renvoi d'un employé donner son congé à qqn

congé

[kɔ̃ʒe] nm
(= vacances, temps libre) → holiday
une semaine de congé → a week's holiday
avoir congé → to have a holiday, to have time off
en congé → on holiday
Je serai en congé la semaine prochaine → I'll be on holiday next week.
semaine de congé → week off
jour de congé → day off
(= arrêt de travail) → time off no pl, leave no pl
en congé → off work, on leave
(MILITAIRE)leave no pl
(= avis de départ) → notice
donner son congé à → to hand in one's notice to, to give in one's notice to
(en quittant qn) prendre congé de qn → to take one's leave of sb
congé de maladie nmsick leave
Il est en congé de maladie → He's on sick leave.
congé de maternité nmmaternity leave