congru, ue

CONGRU, UE

(kon-gru, grue) adj.
Qui est conçu ou qui s'exprime en termes exacts et précis. Réponse congrue. Phrase congrue.
Vous faites le savant, et n'êtes pas congru [RÉGNIER, Sat. X]
Le premier président ne connaissait point d'interjections ; il n'était point congru dans sa langue [RETZ, II, 143]
Terme de théologie. Grâce congrue, grâce proportionnée à l'effet qu'elle doit produire, ou à la disposition de celui qui la reçoit.
Je suppose que la direction du verbe n'est efficace que comme la grâce congrue [FÉNEL., III, 190]
Dans le langage ecclésiastique, portion congrue, pension annuelle que le gros décimateur payait au curé pour sa subsistance.
Un curé de campagne dont les travaux pénibles ne lui procurent que sa portion congrue de 300 livres de droit [VOLT., Louis XIV, 35]
Pourquoi M. l'archevêque de Tolède a-t-il un million de ducats de rente, tandis que je suis réduit à une portion congrue ? [ID., Phil. III, 336]
Par extension, portion congrue, rente, traitement fort exigu. On a mis tous ces employés à la portion congrue.
En géométrie, congru s'est dit jadis de deux figures qui coïncident parfaitement. En arithmétique, d'après Gauss, nombres congrus, nombres qui ont un rapport de congruence.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Certes hoc vinum est bonus : Du maulvais latin ne nous chaille, Se bien congru n'estoit ce jus [BASSELIN, Vau de Vire, 9]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. congruus, conforme, convenable.