conquête

(Mot repris de conquete)

conquête

n.f.
1. Action de conquérir : La conquête de la Gaule soumission ; perte
2. Pays conquis ou chose dont on s'est rendu maître : Napoléon finit par perdre toutes ses conquêtes. La parité en politique est une conquête importante du féminisme.
3. Fam. Personne qu'on a conquise, séduite : Avez-vous vu sa dernière conquête ?

CONQUÊTE

(kon-kê-t') s. f.
Action de conquérir.
Ils iront sans frayeur de conquête en conquête [CORN., Sertor. V, 1]
La conquête des Gaules porte au plus haut point la gloire et la puissance de César [BOSSUET, Hist. III, 6]
Je pourrais aisément faire la conquête de cette île [FÉN., Tél. XII]
A-t-on de l'univers affermi la conquête ? [VOLT., Triumv. I, 4]
Dans le dessein de priver de pauvres citoyens et de braves soldats de la part qui leur était si légitimement acquise dans les terres de conquête [VERTOT, Révol. rom. liv. III, p. 254]
Ce n'est pas que, dans le cours de ses conquêtes passées, il n'eût pris plusieurs places [VOLT., Charles XII, liv. VIII]
Vivre comme dans un pays de conquête, vivre à discrétion, sans gêne.
Résultat de la conquête ; terre, ville conquise. Napoléon perdit toutes ses conquêtes.
Mais quoi ? Rien ne remplit Les vastes appétits d'un faiseur de conquêtes [LA FONT., Fabl. VIII, 27]
Fig.
De ces mêmes forfaits vous serez la conquête [CORN., Sertor. V, 4]
Il a fait de l'État une juste conquête [ID., Cinna, II, 1]
Ceux qui travaillent à la conquête des âmes [BOSSUET, Or. 7]
Et s'il nous est permis d'expliquer les sentiments du Sauveur par les sentiments humains, il s'émeut plus sensiblement sur les pécheurs convertis qui sont sa nouvelle conquête, mais il réserve une plus douce familiarité aux justes, qui sont ses anciens et perpétuels amis [ID., Marie-Thér.]
Et l'on porta sa tête aux pieds de Médicis, Conquête digne d'elle et digne de son fils [VOLT., Henr. II]
Terme d'horticulture. Conquête se dit quelquefois d'une variété nouvelle d'une plante qu'on obtient par des semis. Faire la conquête de quelqu'un, lui inspirer de la sympathie. Cet homme a des qualités aimables, il a fait ma conquête.
Sa générosité lui fit une autre conquête [BOSSUET, Hist. I, 8]
Victoire qui s'obtient sur un cœur, dans les relations amoureuses, et aussi personne conquise. C'est une jeune et jolie personne qui fera bien des conquêtes.
Tant qu'ils ne sont qu'amants, nous sommes souveraines, Et jusqu'à la conquête ils nous traitent de reines [CORN., Poly. I, 3]
Oui, qu'un d'eux me l'apporte [la tête de Rodrigue], et je suis sa conquête [je me donne à lui] [ID., Cid, IV, 5]
Et mes ardents souhaits de voir punir son change Assurent ma conquête à quiconque me venge [ID., Perthar. II, 1]
Après tant de hauts fait il m'est bien doux, seigneur, De voir sous les lauriers qui vous couvrent la tête Un si grand conquérant être encor ma conquête [ID., Nicom. I, 1]
La dernière main que met à sa beauté Une femme allant en conquête, Est un ajustement des mouches emprunté [LA FONT., Fabl. IV, 3]
La Middleton fait impunément de nouvelles conquêtes [HAMILT., Gramm. 7]
Pauline commence à faire des conquêtes [SÉV., 583]
Hé bien, mes soins vous ont rendu votre conquête [en parlant de Pyrrhus] [RAC., Andr. III, 2]
Allons, n'envions plus son indigne conquête [ID., ib. II, 1]
Non que de sa conquête il paraisse flatté [ID., ib. II, 1]
Mener en conquérant sa nouvelle conquête [ID., ib. V, 1]
Où vous n'osez aller mériter ma conquête [ID., ib. IV, 3]
Mais s'il eût dit : voyez quelle est votre conquête ; Je suis un jeune dieu, beau, galant, libéral, Daphné, sur ma parole, aurait tourné la tête [FONTEN., Sonnet.]
Une belle ne partage avec personne l'honneur de ses conquêtes, elle ne doit rien qu'à elle-même [ID., Dial. des morts, Alex. et Phryné.]
D'un autre cependant Jocaste est la conquête [VOLT., Œdipe, II, 3]
Lise, ne fais plus de conquêtes Pour le bonheur de tes sujets [BÉRANG., Polit.]
Mais non, c'est la coquette Du village voisin Qui m'offre une conquête En corset de basin [ID., Rêverie.]
Familièrement. Avoir, se donner des airs de conquête, prendre des airs avantageux et comme si on allait plaire à toutes les femmes qui se présenteront.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Si auroit le quart de toute la conqueste et dedens la cité et defors [VILLEH., CI]
  • XVIe s.
    Le refus que luy feirent les Macedoniens de passer outre à la conqueste des Indes [AMYOT, Alex. 21]

ÉTYMOLOGIE

  • Féminin de conquêt ; provenç. conquesta ; espagn. et ital. conquista.

conquête

CONQUÊTE. n. f. Action de conquérir ou Chose conquise. Faire la conquête d'un pays. Garder ses conquêtes. Étendre ses conquêtes. Agrandir son État par des conquêtes. Pays de conquête. Fig., Les paisibles conquêtes de la religion. De nouvelles conquêtes étendent chaque jour le domaine de la science.

Vivre comme dans un pays de conquête, Vivre à discrétion.

Il se dit dans un sens particulier, en parlant de l'Amour, de la sympathie. La conquête d'un amant. Elle fait tous les jours de nouvelles conquêtes. Cet homme a des qualités aimables, il a fait ma conquête.

Synonymes et Contraires

conquête

nom féminin conquête
1.  Action de conquérir quelque chose.
2.  Personne que l'on a séduite.
3.  Chose conquise.
Traductions

conquête

conquestאחיזה (נ), כבישה (נ), כיבוש (ז), כִּבּוּשׁveroveringзавоеваниеconquistaEroberungdobytíerobring정복 (kɔ̃kɛt)
nom féminin
1. action de lutter pour obtenir qqch la conquête du pouvoir
2. action de séduire qqn une conquête amoureuse

conquête

[kɔ̃kɛt] nfconquest
la conquête du pouvoir → the conquest of power
à la conquête du pouvoir → seeking to gain power
la conquête des marchés → the conquest of markets
à la conquête des marchés → seeking to conquer markets
Les cidres normands partent à la conquête du marché japonais → Normandy ciders are seeking to conquer the Japanese market.