consumant

consumant

CONSUMANT, ANTE. adj. Qui consume. Un feu consumant.

consumant


CONSUMANT, ANTE, adj. CONSUMER, v. a. [1re lon. 3e lon. aux 2 1ers, é fer. au 3e.] Consumant, se dit de ce qui consume. Feu consumant. — M. d'Arnaud l'a employé figurément: "Quel bonheur, d'arracher au besoin consumant, une famille expirante. Et Neuville: "Peintures majestueuses, que l'ardeur dévorante, que la divine impétuosité d'un zèle consumant, traçoient et suggéroient aux Prophètes. — Cet adjectif verbal est plus usité au figuré qu'au propre.
   CONSUMER, v. a. Il ne faut pas confondre consommer avec consumer. Le 1er signifie finir, acomplir, perfectioner; c'est le Consummare des Latins; l'aûtre exprime l'action de détruire, d'abolir, et répond à consumere. On dit, consommer le mariage: vertu consommée, etc. Et la rouille consume le fer; le temps consume toutes chôses.
   L'âge par qui tout se consume.
       Malherbe.
Il signifie, perdre, employer à.... Il a consumé son patrimoine: j'ai consumé beaucoup de temps à cet ouvrage, etc. Voyez Consommer.
   Se consumer, régit la prép. de ou en. "Et pourquoi me consumerois-je encôre de travail et d'inquiétude? Marm. "Pendant que je me consumois ainsi en regrets inutiles, j'aperçus comme une forêt de mâts de vaisseaux. Télém. "Ils ne se consument point en réflexions, quand il est question d'agir. Sabatier, Trois Siècles, etc. = Il s'emploie aussi sans régime: il se consume, il dépérit: la maladie, ou l'ennui; la tristesse le consume. "Elle le trouve assis sur le rivage, où il passe les jours à pleurer et à se consumer. Mde. Dacier.