conter

(Mot repris de contée)
Recherches associées à contée: contrée

conter

v.t. [ du lat. computare, calculer ]
1. Sout. Faire le récit de : Ce film nous conte l'histoire d'adolescents en quête de vérité raconter, relater
2. Exposer qqch en détail : Elle nous a conté une curieuse affaire rapporter
Remarque: Ne pas confondre avec compter.
En conter de belles,
raconter des choses ridicules ou extraordinaires : On m'en a conté de belles à votre sujet !
S'en laisser conter,
se laisser abuser, tromper : Je ne m'en laisserai pas conter.

conter

(kɔ̃te)
verbe transitif
1. dire un récit conter une aventure
2. ne pas se laisser tromper Je ne te crois pas, je ne m'en laisserai pas conter.

conter


Participe passé: conté
Gérondif: contant

Indicatif présent
je conte
tu contes
il/elle conte
nous contons
vous contez
ils/elles content
Passé simple
je contai
tu contas
il/elle conta
nous contâmes
vous contâtes
ils/elles contèrent
Imparfait
je contais
tu contais
il/elle contait
nous contions
vous contiez
ils/elles contaient
Futur
je conterai
tu conteras
il/elle contera
nous conterons
vous conterez
ils/elles conteront
Conditionnel présent
je conterais
tu conterais
il/elle conterait
nous conterions
vous conteriez
ils/elles conteraient
Subjonctif imparfait
je contasse
tu contasses
il/elle contât
nous contassions
vous contassiez
ils/elles contassent
Subjonctif présent
je conte
tu contes
il/elle conte
nous contions
vous contiez
ils/elles content
Impératif
conte (tu)
contons (nous)
contez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais conté
tu avais conté
il/elle avait conté
nous avions conté
vous aviez conté
ils/elles avaient conté
Futur antérieur
j'aurai conté
tu auras conté
il/elle aura conté
nous aurons conté
vous aurez conté
ils/elles auront conté
Passé composé
j'ai conté
tu as conté
il/elle a conté
nous avons conté
vous avez conté
ils/elles ont conté
Conditionnel passé
j'aurais conté
tu aurais conté
il/elle aurait conté
nous aurions conté
vous auriez conté
ils/elles auraient conté
Passé antérieur
j'eus conté
tu eus conté
il/elle eut conté
nous eûmes conté
vous eûtes conté
ils/elles eurent conté
Subjonctif passé
j'aie conté
tu aies conté
il/elle ait conté
nous ayons conté
vous ayez conté
ils/elles aient conté
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse conté
tu eusses conté
il/elle eût conté
nous eussions conté
vous eussiez conté
ils/elles eussent conté

CONTER

(kon-té) v. a.
Faire un récit.
Si Peau d'âne m'était conté, J'y prendrais un plaisir extrême [LA FONT., Fabl. VIII, 5]
Tu me contais alors l'histoire de mon père [RAC., Phèd. I, 4]
Heureux dans mes malheurs d'en avoir pu sans crime Conter toute l'histoire aux yeux qui les ont faits [ID., Bérén. I, 4]
Trop heureux d'avoir pu par un récit fidèle, De leur paix en passant vous conter la nouvelle [ID., Baj. III, 2]
Nos lévites.... Ont conté son enfance au glaive dérobée, Et la fille d'Achab dans le piége tombée [ID., Athal. V, 6]
Si vous me promettiez de tenir votre langue, je vous conterais.... mais non, car vous iriez tout dire [P. L. COUR., 2e lettre particulière.]
Poétiquement.
Ariane aux rochers contant ses injustices [RAC., Phèd. I, 1]
Au pied du saule assise, et douce, et sans murmure, Elle contait aux vents sa peine et son injure [DUCIS, Othello, V, 2]
Conte aux vents, conte au bois ses déplaisirs secrets [LA FONT., Filles de Minée.]
Absolument. Les vieillards aiment à conter, c'est-à-dire, ils aiment à faire le récit de ce qu'ils ont fait ou vu dans leur jeunesse.
Contons, mais contons bien, c'est le point principal [LA FONT., Oies.]
L'une des marques de la médiocrité de l'esprit est de toujours conter [LA BRUY., XII]
Milord Maréchal aimait à conter, mais ne contait jamais qu'à propos, avec simplicité, quoique avec finesse, et surtout avec ce bon goût qui écarte les détails inutiles [D'ALEMB., Éloges, Milord Maréchal.]
Il aimait à conter et contait bien, paraissant moins songer à l'effet qu'il pouvait produire sur ses auditeurs que se livrer au plaisir de se rappeler ce qui l'avait occupé ou amusé autrefois [CONDORCET, Maurepas.]
Dire, relater.
Évandre a tout conté pour excuser son maître [CORN., Cinna, IV, 6]
Votre cœur me contait son audace nouvelle [RAC., Bérén. III, 2]
Contez-nous donc maintenant, vous qui les savez, toutes les grandes qualités de la princesse Palatine [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Elle me nomma tous ceux qui l'avaient aimée, elle me conta tout ce qu'ils avaient fait pour lui plaire [LA FAYETTE, Zaïde, Œuvres, t. I, p. 207, dans POUGENS]
Familièrement. Conter ses raisons, ses petites raisons à quelqu'un, entrer dans un détail familier. Ironiquement. Que venez-vous me conter là ? c'est-à-dire quelles sornettes venez-vous me débiter ? Conter des fagots, conter des choses sans vraisemblance. En conter de belles, conter des sornettes, conter des choses vaines, frivoles. Dans le même sens, en conter. Il nous en conte.
J'ai beau vous en conter et faire le mauvais, je m'assure que vous vous moquez de moi [BALZ., liv. III, lett. 19]
Dorante qui tantôt nous en a tant conté [CORN., le Ment. III, 2]
En conter de belles se dit aussi quand on apprend des choses inattendues. On vient de m'en conter de belles sur votre compte. En conter à une femme, la courtiser.
Et qui veut vivre aimé n'a qu'à vous en conter [ID., Perthar. I, 2]
Elle en aimait fort une [jeune fille] à qui l'on en contait [LA FONT., Fianc.]
Et que s'il en contait avec attention, Le penchant serait grand à la tentation [MOL., Sgan. 6]
Si quelqu'un vous en contait [ID., Sicilien, 7]
La curiosité qu'on fait lors éclater Marque un secret plaisir de s'en ouïr conter [ID., Éc. des mar. II, 5]
Mme de Valentinois accusa son beau-père, non-seulement de lui en avoir conté, mais de l'avoir voulu forcer [SAINT-SIMON, 44, 2]
S'en faire conter, écouter, en parlant d'une femme, des propos galants.
Ève aima mieux, pour s'en faire conter, Prêter l'oreille aux sornettes du diable Que d'être femme et ne pas coqueter [SARAZIN, dans LEROUX, Dict. com. On dit dans le même sens, s'en laisser conter.]
En avoir long à conter, avoir beaucoup de choses à dire, à rapporter. Conter fleurettes, conter des fleurettes, tenir à une femme des propos de galanterie.
Ils [les Français] ont cela de mauvais qu'ils s'émancipent un peu trop et s'attachent en étourdis à conter des fleurettes à toutes celles qu'ils rencontrent [MOL., Sicil. 14]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Et Blancardin pour la raison conter.... [, Ch. de Rol. V]
  • XIIe s.
    Vint as Franzois, devant toz l'a conté [, Ronc. p. 45]
    [La raison] Que l'arcivesque lui a dite et contée [, ib. p. 83]
    Mout grant dolors en ert [sera] au roi contée [, ib. p. 91]
    Au roi Marsile la nouvelle [elle] a contée [, ib. p. 146]
    [Étant] preus et sage, je ne vous os conter La grant dolor.... [, Couci, X]
    Et de Troie r'ai-je oï conter Qu'ele fut jà de moult grant seigneurie [QUESNES, Romancero, p. 108]
    Ensi est del felun cum il fu del sengler, Dunt vus avez oï en Avien cunter, Qui soleit les furmenz al riche humme gaster [, Th. le mart. 31]
    Li reis cunctad tut à Jezabel la reine que Helyes out fait, e cume il out mort tuz les prophetes Baal [, Rois, 319]
  • XIIIe s.
    Toutes leur aventures, sans mensonge conter [, Berte, III]
    Des journées [marches] qu'il firent, trop ne vous conterai [, ib. VII]
    Laissez m'entrer leens, tout vous sera conté [, ib. XLV]
    Conté [elle] m'a son afaire et tout son errement [, ib. XLVII]
    Belle, fait-il, s'il est si com m'avez conté.... [, ib. CXIV]
    Qui amer vuet or i entende, Que li romans dès or amende : Dès or le fait bon escouter, S'il est qui le sache conter [, la Rose, 2074]
    Cil dist moult bien qui sait conter Qu'une fois doit li poz [le pot] verser [, Ren. 7443]
    Et avant que je vous conte de ses granz faiz et de sa chevalerie, vous conterai que je vi et oy de ses saintes paroles [JOINV., 193]
  • XVe s.
    Venez vers moy, bonne nouvelle, Pour mon las cueur reconforter ; Contez moi comment fait la belle ; L'avez vous point oy parler De moy, et amy me nommer ? [CH. D'ORL., Bal. 31]
    Je n'y estoye pas, mais le roy m'en a compté [COMM., II, 8]
  • XVIe s.
    Vrayement Protagoras nous en contoit de belles.... [MONT., II, 311]
    Clidemus conte ces choses d'une autre et toute differente sorte [AMYOT, Thésée, 23]
    On compte encore beaucoup d'autres choses sur ce propos [ID., ib. 24]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. contar, comtar ; catal. espagn. et portug. contar ; ital. contare ; du latin computare (voy. COMPTER) ; compter ayant pris, par une dérivation facile à saisir, le sens de conter. On trouve souvent dans des textes anciens conter et compter confondus.

conter

CONTER. v. tr. Exposer par un récit. Il se dit principalement de Récits que l'on fait dans la conversation. Conter comment une chose s'est passée. Contez-nous, je vous en prie, ce que vous avez vu, ce qui s'est fait. Contez- nous-en les détails, les particularités. On conte que... J'ai entendu conter à un tel... Il m'a conté de fil en aiguille toute son affaire. Absolument, Les vieillards aiment à conter. Cet homme conte bien, Il fait agréablement un récit.

Il signifie spécialement Faire un récit inventé pour amuser. Conter une belle histoire. Conter des fables.

Il signifie encore Dire des choses en vue de tromper. En conter de belles, conter des sornettes, Dire des mensonges, ou des choses vaines et inutiles. Vous venez m'en conter de belles! Allez ailleurs conter vos sornettes. On dit dans le même sens. Il nous en conte. Vous m'en contez. Que venez-vous me conter là?

Fam., En conter à une femme, Courtiser, dire des douceurs, des galanteries. Elle s'en laisse conter. Elle aime à s'en faire conter. On dit dans le même sens Conter fleurettes à une femme. Voyez FLEURETTE.

conter

Conter, Narrare.

Conter et rapporter à aucun ce que nous avons ouy, Deferre ad aliquem quae audiuimus.

conter


CONTER, v. a. [1re lon. 2eé fer.] Narrer, faire un conte, soit vrai, soit fabuleux, soit sérieux, soit plaisant. "Conter une histoire, des fables: conter comme une chôse s'est passée. — Dans le style familier, il ne signifie quelquefois que, dire: "Que me contez-vous-là? "Que me vient donc conter votre ami, me dit-elle; est-ce que vous songez à moi? Mariv. = En conter à quelqu' un, lui en faire acroire. "Ces aventures d'Égypte sont des contes faits à plaisir, des discours à perte de vue, sans qu'on sache ce qu'Ulysse prétend, si ce n'est d'en conter à son hôte. Rapin. — En conter à une femme, lui faire la cour. — Conter des fagots, des sornettes, dire des bagatelles, des chôses frivoles.
   Rem. 1°. Plusieurs, et Le Gendre entre aûtres, mettent conter pour compter. "Jusqu'à quel point on y peut conter.
   2°. Conter, est moins noble que raconter, et celui-ci est préférable dans le discours relevé. "Le Prophête leur conte (raconte) le triomphe du Roi pacifique. Boss. V. NARRER.

Synonymes et Contraires

conter

verbe conter
Faire le récit de.
débiter, dire, peindre, raconter, rapporter, relater -familier: chanter -littéraire: narrer.
Traductions

conter

erzählen

conter

contar

conter

[kɔ̃te] vt → to recount, to relate
en conter de belles à qn → to tell sb tall stories