contemptible

CONTEMPTIBLE

(kon-tan-pti-bl') adj.
Qui mérite le mépris.
Ma peur est que.... Ma foi, qu'en me voyant elle avait agréable, Ne lui soit contemptible en ne me voyant pas [MALH., V, 23]
Si dans les moindres dons tu passes à considérer leur auteur, Verras-tu rien de vil, rien de faible en ses grâces, Rien de contemptible à ton cœur ? [CORN., Imit. II, 10]

REMARQUE

  • Vaugelas trouve ce mot dur, et Th. Corneille dit qu'il serait absolument insupportable. Malgré cet arrêt, contemptible n'est point banni de la langue.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Je n'allegue point cet exemple, pour rendre l'or contemptible [LANOUE, 464]
    Ses anciens serviteurs refformez, contemptibles par la pauvreté [D'AUB., Hist. III, 291]
    Pour nous rendre encore plus odieux et contemptibles [DU BELLAY, I, 5, recto.]
    [L'amour] Chose si esmeue et violente, qui nous esclave à autruy et nous rend contemptibles à nous [MONT., III, 379]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. contemptibilis (voy. CONTEMPTEUR).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • CONTEMPTIBLE. Ajoutez :
    Le cardinal de Richelieu.... les employant [certains personnages] à des ministères vils et contemptibles [MONTCHAL, Mém. t. I, p. 27]

contemptible

CONTEMPTIBLE. adj. des deux genres Vil et méprisable. Il s'est rendu contemptible. C'est un homme vil et contemptible. Il est vieux.

contemptible

Contemptible, Contemnendus.