contentieux, euse


Recherches associées à contentieux, euse: consciencieux

CONTENTIEUX, EUSE

(kon-tan-si-eû, eû-z') adj.
Sur lequel on dispute.
La divinité de votre esprit n'est plus un article contentieux parmi les personnes raisonnables [BALZ., liv. VII, lett. 23]
Pourquoi trouvez-vous mauvais que je lui conseille de se délasser dans un genre d'écrire moins contentieux ? [ID., liv. VI, lett. 5]
Encore que je ne veuille point entrer dans les matières contentieuses [BOSSUET, Autor. eccl.]
Il délibéra entre la géométrie et la jurisprudence ; la géométrie l'emporta ; il sortait d'une théologie toute contentieuse ; il serait tombé dans la jurisprudence, qui l'est encore davantage [FONTEN., Saurin.]
Il y avait une cour de boyards qui décidait en dernier ressort des affaires contentieuses [VOLT., Russie, II, 13]
Aussi a-t-il l'art d'abréger les affaires les plus contentieuses [VAUVENARGUES, la Profond.]
Qui aime à disputer.
Cherchez hors de cette sainte unité, vous n'y trouverez guère que des cœurs hautains, contentieux et desséchés [FÉN., II, 207]
Il faut encore montrer à ces esprits contentieux quelle raison on avait d'accuser les Manichéens d'arianisme [BOSSUET, Variat. XI, § 39]
Si l'on observait les hommes, on verrait que presque tous mènent une vie ou timide ou contentieuse, et que la plupart meurent de chagrin [BUFF., Nature des anim.]
C'est à cet âge que naissent les soucis et que la vie est la plus contentieuse [ID., ib.]
Contentieux opposé à gracieux (voy. ce mot), en matière de pouvoir et d'autorité. Cet acte a un caractère contentieux.
La juridiction contentieuse est celle qui s'exerce par les magistrats [FEVRET, De l'abus, II, 1, dans RICHELET]
Terme de palais. Lieux contentieux, ce qui fait la matière d'un procès. Terme de droit canonique. Juridiction contentieuse, celle qui inflige les peines.
S. m.Terme d'administration. L'ensemble des affaires contentieuses. Être chargé du contentieux. Bureau du contentieux. Contentieux administratif, matières dont le jugement appartient aux tribunaux administratifs, par opposition à ce qui est du ressort de l'autorité judiciaire. Un fonctionnaire administratif peut ainsi avoir des attributions contentieuses.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Et avecques ce celui qui ne repute rien grant n'est pas contentieus [ORESME, Eth. 125]
    En jugement contencieux, le juge corrumpu qui a jugié injustement un champ à la partie, il ne prent pas le champ pour soy, mes il prent l'argent [ID., ib. 161]
    Les autres qui sont mal pensis et convoiteux et contencieus sont enclins à machiner contre les princes [ID., Thèse de MEUNIER.]
  • XVIe s.
    Homme saige, duquel en divers et contentieux affaires il avoyt esprouvé la vertu et bon adviz [RAB., Gar. I, 30]
    Tant de tesmoignages peuvent fermer la bouche, mesme aux plus contentieux [CALV., Instit. 371]
    Et ne faut qu'on m'estime trop contentieux, de ce que j'insiste si fort sur ce point [ID., ib. 932]
    Quelle honte est-ce à eux, d'appeler une justice contentieuse, la justice de l'Eglise ? [ID., ib. 977]
    Il estoit homme doulx, et non ambitieux ny contentieux de sa nature [AMYOT, Fab. 51]
    Il estoit plus propre à deviser et disputer en privé qu'à plaider et haranguer en matiere contentieuse publiquement [ID., Alc. 19]
    Le vice, de soy mesme, est opiniastre et contentieux à se deffendre [ID., Comm. disc. le flatt. 55]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. contentiosus (voy. CONTENTION).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CONTENTIEUX. Ajoutez :
    Un contentieux, un bureau de contentieux.
    Un contentieux fortement organisé [, Journ. offic. 25 avril 1872, p. 2752, 1re col.]