contigu, uë


Recherches associées à contigu, uë: attenant, exigu, mitoyen

CONTIGU, Uë

(kon-ti-gu, guë) adj.
Qui touche à. Sa maison est contiguë à la mienne.
On l'établit gouverneur des peuples contigus à cette province [VAUGEL., Q. C. liv. X, ch. 10]
Ces maisons n'étaient point contiguës, ayant de chaque côté un vide qui les séparait les unes des autres [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. II, p. 27, dans POUGENS]
On conçoit comment les terres des particuliers réunies et contiguës deviennent le territoire public [J. J. ROUSS., Contrat soc. I, 9]
Fig. Idées contiguës, idées qui touchent l'une à l'autre. Deux sujets contigus. Terme de géométrie. Côtés contigus, côtés passant par un même point. Angles contigus, angles qui ont un côté commun.

SYNONYME

  • CONTIGU, PROCHE.
    Mots qui désignent le voisinage. Contigu s'applique au voisinage d'objets considérables, et désigne de plus un voisinage immédiat. Proche a moins de force, et s'emploie pour des objets moindres. Ces deux terres sont contiguës ; ces deux arbres sont proches l'un de l'autre, [D'ALEMBERT, ]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les eaux n'ont aucun arrest, jusques à ce qu'elles ayent trouvé quelque lieu foncé de pierre ou rocher bien contigu ou condensé [PALISSY, 166]
    Il s'y trouve des coquilles, voir encloses dedans les pierres les plus contiguës [ID., 278]
    ....Et abbattre les maisons voisines et contiguës la muraille [M. DU BELL., 448]
    La carriere de nos desirs doibt estre circonscripte et restreinte à un court limite des commodités les plus proches et les plus contiguës [MONT., IV, 157]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. contiguus, de cum, avec, et le radical tig, qui se trouve dans te-tig-i, parfait avec redoublement de tango, toucher (voy. TANGIBLE).