contingent, ente

CONTINGENT, ENTE

(kon-tin-jan, jan-t') adj.
Terme de philosophie. Qui peut arriver ou ne pas arriver, éventuel.
Ils raisonnaient sur les événements contingents ou non contingents de cet univers [VOLT., Cand. 29]
La raison de mon existence n'est pas en moi ; je n'existe donc pas par ma propre nature ; je ne suis donc pas un être nécessaire ; mes déterminations sont variables ; j'ai un sentiment très clair des changements qui me surviennent : je suis donc un être contingent [BONNET, Palingén. 17e part. ch. 2]
Spinosa voudrait prouver que, si nous jugeons qu'il y a des choses contingentes, ce n'est que par ignorance [CONDILL., Traité des syst. ch. 10]
Il en conclura que les lois de la statique et de la mécanique, telles que l'expérience les donne, sont de vérité contingente, puisqu'elles seront la suite d'une volonté particulière et expresse de l'être suprême [D'ALEMB., Dynamique, Œuvres, t. IV, p. 228, dans POUGENS]
Il y a deux sortes de vérités, les unes sont nécessaires, et les autres contingentes [MALEBR., Recherche, I, II, 3]
Proposition contingente, celle qui énonce une chose qui peut être ou n'être pas.
Terme de droit. Portion contingente, la part de chacun dans un partage ou dans une contribution.
Payable quand chacune d'elles Ne posséderait plus sa contingente part [LA FONT., Fabl. II, 20]
S. m. Le contingent, ou le futur contingent, ce qui peut arriver ou n'arriver pas.
Albéroni disait que le principal embarras pour le roi d'Espagne était à l'égard des futurs contingents [SAINT-SIMON, 456, 184]
Vous avez une étrange opinion des futurs contingents [VOLT., Diable, 6]
De tous les futurs contingents, un des moins probables est qu'un jour le roi de Sardaigne assiégera Genève [J. J. ROUSS., Conf. V]
Le contingent, la partie qui tombe à quelqu'un, dans la division de quelque chose. Il lui revient tant pour son contingent. Quantité de soldats qui doit être fournie. Le contingent de chaque département pour telle année. Dans les guerres de l'Empire chaque membre du corps germanique fournit son contingent.
Le général Schwartz, avec 18 000 hommes du contingent de Hesse, de Munster et de Lunebourg, parut sur les hauteurs de Weisloch [SAINT-SIMON, 29, 81]
Épuisés par une guerre qui, de jour en jour, leur devenait plus étrangère, la plupart refusaient d'envoyer leur contingent de troupes et de vaisseaux [BARTHÉL., Anach. introd. part. II, sect. 2]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Les choses contingentes qui pevent estre ainsi et attivement [ORESME, Eth. 173]
    Et il suppose par ce que dit est, que election, soit de choses contingentes qui sont en notre puissance [ID., ib. 65]
    Contingent, chose qui peut estre et peut non estre sans necessité [ID., Thèse de MEUNIER.]
  • XVe s.
    Prudence est es parties de l'ame où advient la pratique, la quelle est raciocinative des choses ouvrables contingentes [CHRIST. DE PISAN, Charles V, III, 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. contingens, participe présent de contingere, qui signifie toucher, atteindre, rencontrer, échoir ; de cum, avec, et tangere, toucher (voy. TANGIBLE).