continu, ue

CONTINU, UE

(kon-ti-nu, nue) adj.
Dont les parties se tiennent sans solution. Étendue, quantité continue. Terme de mathématiques. Proportion continue, celle où le conséquent du premier rapport est l'antécédent du second, par exemple 5 : 15 : : 15 : 45. Fractions continues, fractions dont le dénominateur est composé d'un nombre entier et d'une autre fraction qui a également pour dénominateur un nombre entier plus une fraction, et ainsi de suite. Fonction continue, fonction susceptible de varier aussi peu qu'on voudra pour des variations suffisamment petites des variables, soit dans toute l'étendue de la fonction, soit entre certaines limites assignées aux variables. Terme de minéralogie. Cristal continu, cristal dont le signe est composé de quatre exposants en proportion continue. Terme d'architecture. Piédestal continu, le soubassement d'une file de colonnes avec base et corniche. Terme de botanique. Tige continue, celle qui forme un axe principal, qui va jusqu'à la cime. Feuilles continues, feuilles dont le disque est sans interruption. Terme de musique. Basse continue, la partie d'accompagnement qui est la plus basse, et qui se fait entendre pendant tout le morceau. Terme de médecine. Fièvre continue, fièvre qui ne présente dans son cours ni intermission ni rémission caractérisée.
Qui n'est pas interrompu dans sa durée ou sa suite. Série continue. Jet continu. Moteur à feu continu. Dix jours continus de pluie. Élégance continue du style, style toujours élégant.
La masse anglaise nourrissait ce feu continu quand elle était attaquée [VOLT., Louis XV, 15]
Ce sentiment continu tient à l'impression vive et profonde que vos chagrins vous ont laissée [D'ALEMB., Portr. de Mlle de l'Espinasse.]
Terme de droit. Servitudes continues, celles qui, à la différence des servitudes discontinues, n'ont pas besoin, pour s'exercer, du fait actuel de l'homme : tels sont les égouts, les vues.
S. m.Terme de philosophie. Ce qui n'offre aucune interruption. Le continu est divisible à l'infini.
Une partie de l'étendue est un continu formé par la contiguïté d'autres parties étendues [CONDILL., Trait. sens ext. Œuvres, t. III, p. 30, dans POUGENS.]
Terme d'ancienne pratique. Prolongation d'un compromis dont le temps est expiré.
À la continue, loc. adv. À la longue, à force de faire toujours la même chose.
Ce qui nous paraissait terrible et singulier, S'apprivoise avec notre vue, Quand ce vient à la continue [LA FONT., Fabl. IV, 10]
Rien ne charme à la continue [LA MOTTE, Fabl. II, 5]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Or avint que une contenue [fièvre continue] me prist, parquoy j'alai au lit et toute ma mesnie aussi [JOINV., 254]
  • XIVe s.
    C'est ethiques et politicques qui sont continues ensemble, et sont une doctrine appellée civile [ORESME, Eth. III]
    L'en doit savoir que, en toute chose continue et divisible, l'en peut prendre ce qui est plus et ce qui est moyen et ce qui est egual [ID., ib. 44]
    En celle [proportionnalité] qui est appelée continue, l'en use d'un terme pour deux [ID., ib. 146]
  • XVIe s.
    Nos despenses continues ne produisent en fin que des avortons et des phantosmes [LANOUE, 481]
    N'estant pas bien retabli d'une fievre continue de huit jours [D'AUB., Vie, XLVI]
    Telles aigreurs avec la continue des peines que supportoient tant les chefs que soldats [ID., Hist. I, 302]
    Un tel preparatif est beau pour une course et carriere, mais je crains le retour et la continue de la guerre [AMYOT, Phoc. 32]
    Cest ordre prosecutif et continu [M. DU BELL., Prol.]
    Fievres continues, c'est à dire qui durent sans cesser.... je ne m'arreste point à expliquer les differences que l'on apporte entre les fievres continues et continentes [PARÉ, XII, 9]
    On dict que la lumiere du soleil n'est pas d'une piece continue, mais qu'il nous eslance si dru sans cesse nouveaux rayons les uns sur les aultres, que nous n'en pouvons appercevoir l'entre-deux [MONT., I, 37]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. continu ; espagn. et ital. continuo ; du latin continuus, de même radical que continere (voy. CONTENIR).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CONTINU. Ajoutez :
    Terme de fortification. Lignes continues, par opposition à lignes à intervalles, lignes de fortification composées d'obstacles reliés entre eux, sans aucune solution de continuité.
    Terme de filature. Fil continu, ou, substantivement, le continu, fil qui est produit sans discontinuité.
    Il y avait des continus en France, il y a 40 ans ; nous avons été obligés d'y renoncer ; le prix du continu, en Angleterre, est seulement de 5 centimes par kil., plus élevé que celui de la mulle-jenny [, Enquête, Traité de commerce avec l'Anglet. t. IV, p. 407]
  • Métier continu, ou, substantivement, un continu, métier qui file du fil continu.
    Depuis quelques années seulement, les métiers dits continus ont été importés à Roubaix ; ils sont de construction anglaise [, ib. t. III, p. 617, etc.]