contre-échange

CONTRE-ÉCHANGE

(kon-tré-chan-j') s. m.
Échange pour échange.
.... Ces gens gais et joyeux Sont sur le point de partir leur chevance, Lorsqu'on les vient prier d'une autre danse [on vient les pendre] ; En contre-échange un pauvre malheureux S'en va périr selon toute apparence, Quand sous la main lui tombe une beauté.... [LA FONT., Orais.]
Au plur. Des contre-échanges.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    De la vraye obeissance nous glissons aisement en la fausse, laquelle, en contr'eschange d'une chose deue, nous en fait faire une indeue [LANOUE, 211]
    Seulement du bled, du vin, du sel, et du pastel qui se transporte es pays estrangers, il y entre en contr'eschange annuellement plus de douze millions de livres [ID., 356]

ÉTYMOLOGIE

  • Contre, et échange.

contre-échange

CONTRE-ÉCHANGE. s. m. Échange. On m'a donné dix bouteilles de vin, j'ai donné en contre-échange trente bouteilles de cidre. Il est peu usité.