contre-garder

CONTRE-GARDER

(kon-tre-gar-dé) v. a.
Garder avec soin. Se contre-garder, v. réfl. Se tenir sur ses gardes.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et quant il l'engien en saroit [saurait], Contregarder mix [mieux] s'en porroit [, Fl. et Blanchefl. 2029]
  • XVe s.
    Et luy dist que le peril estoit de luy en cest an jusques au mourir, s'il ne se contregardoit de plaisant regard qu'il pourroit faire sur aucunes creatures [, Perceforest, t. VI, f° 119]
  • XVIe s.
    Son ame a esté soutenue d'une vertu divine à ce qu'elle ne tombast en perdition, et son corps a esté contre-gardé au sepulcre à ce qu'il ressuscitast [CALV., 51]
    Les successeurs de Romulus enfermerent ce cormier de murailles tout à l'entour, en le reverant et contregardant comme chose très saincte [AMYOT, Rom. 32]
    Il y est escrit comment il faut contre-garder les fruits des arbres [ID., Caton, 52]

ÉTYMOLOGIE

  • Contre, et garder.