contre-sens

CONTRE-SENS

(kon-tre-san ; l's se lie : un kontre-san-z inexcusable) s. m.
Erreur que l'on commet soit dans l'expression de sa propre pensée soit dans la traduction de la pensée d'un autre. Vous prenez le contre-sens de mes paroles. Interprétation opposée au véritable sens d'un texte. Cette traduction est pleine de contre-sens. Manière de lire, de déclamer, en désaccord avec le sens des paroles. Cet acteur fait sans cesse des contre-sens. Fig.
C'est encore un des contre-sens des éducations communes [J. J. ROUSS., Ém. II]
Si Lusignan ne rappelait à sa fille que les banquets et les joies de l'Olympe, cela ne formerait qu'un dur contre-sens [CHATEAUB., Génie, II, II, 5]
À contre-sens, loc. adv. Contrairement au sens.
Qui parle d'offenser grand'mère ni grand-père ? - .... Grammaire [qui se prononçait alors comme grand'mère] est prise à contre-sens par toi [MOL., Femmes sav. II, 6]
Il n'applaudit qu'à contre-sens [ID., Le Bourg. I, 1]
Qui louent tout à contre-sens [ID., Critique, 6]
Ces passages pris à contre-sens par l'auteur [BOSSUET, 1er écrit.]
On tournera à contre-sens toutes ses paroles [ID., Purif. 1]
Ces sophistes qui prennent les choses à contre-sens [ID., Déf. comm.]
Pour trouver la vérité, il faut tourner le dos à la multitude, et savoir que les opinions communes sont la règle des opinions saines, pourvu qu'on les prenne à contre-sens [FONTEN., Dial. V, anciens et mod.]
L'abbé [Servien], impatienté de tant de servitude, retourna le refrain [qui était à la louange du roi] fort plaisamment à contre-sens [SAINT-SIMON, 332, 102]
La direction contraire à celle dans laquelle certaines choses doivent être prises. En faisant ce manteau on a pris le contre-sens de l'étoffe. Prendre le contre-sens d'une affaire, la prendre à contre-pied. À contre-sens, loc. adv. Dans la direction opposée. Une dentelle cousue à contre-sens.
Un fer frotté d'aimant attire un autre fer, mais il perd cette vertu lorsqu'il est frotté à contre-sens [ROHAULT, Physique, dans RICHELET]
Fig.
Cette méthode est à contre-sens [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Déraison, ce qui est contre le bon sens.
À peine entre nos mains il se voit sans espoir, Qu'usant d'un stratagème à combattre le nôtre, Il veut obstinément qu'on l'ait pris pour un autre, Et d'un tel contre-sens soutient tout ce qu'il dit, Qu'il semble qu'en effet il ait perdu l'esprit [TH. CORN., le Geôlier de soi-même, II, 6]
Vieux en ce sens.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Mes conceptions et mes pensées sont prises à contre-sens et sinistrement interpretées [SULLY, dans le Dict. de DOCHEZ.]

ÉTYMOLOGIE

  • Contre, et sens.