conventuel, elle


Recherches associées à conventuel, elle: charisme, consensuelle, conventionnel, couvent, moratoire

CONVENTUEL, ELLE

(kon-van-tu-èl, è-l') adj.
Du couvent. Assemblée conventuelle.
Leur destinée est de vivre misérablement d'aumônes conventuelles et de coucher au coin d'une place ou sous le portique de quelque église [RAYNAL, Hist. phil. VII, 10]
La maison conventuelle, le logis des religieux ou religieuses. Mense conventuelle, le revenu du couvent qui appartient à la communauté. Messe conventuelle, la grande messe qui se dit dans le couvent, à la différence de celles qui se chantent pour des obits ou des fondations. Prieuré conventuel, prieuré où il y a des religieux. Conventuelle rédemption, district du Paraguay gouverné par les jésuites.
Les conventuelles rédemptions des jésuites dans le Paraguay ne me paraissaient pas propres à représenter un peuple usant de toutes ses facultés physiques et morales [BERN. DE ST-P., Pr. à l'Arcadie]
Un religieux conventuel, et, substantivement, un conventuel, celui qui est à demeure dans le couvent. Dans l'ordre de Saint-François, conventuels, religieux qui n'ont pas adopté la réforme des observantins, c'est-à-dire qui possèdent des revenus annuels.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ils convenroit prover que ce fu par le consentement de l'abbé et du couvent, se c'est religions conventuaus [BEAUMANOIR, XXIV, 16]
  • XVIe s.
    Un prieur est dict conventuel, quand il a avecque luy trois ou quatre freres qui chantent toutes les heures à notes, comme grand messe, matines [, Grand coustum. de Fr. liv. III, p. 289, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. conventual ; ital. conventuale ; du latin conventualis, de conventus (voy. COUVENT). Religions conventuaus de Beaumanoir est au nominatif singulier ; ces adjectifs n'ayant dans l'ancienne langue, comme dans le latin, qu'une forme pour le masculin et le féminin.