coolis

COOLIS

(kou-li) s. m.
Nom donné à des Indiens qui contractent des engagements pour aller travailler dans les diverses colonies européennes moyennant salaire.

ÉTYMOLOGIE

  • Angl. coolee, de l'indoustani culi, laboureur qu'on loue à la journée, du turc culi, esclave, serviteur.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    COOLIS. Ajoutez :
    Il se dit aussi des Chinois engagés comme travailleurs.
    M. Garcin de Tassy demande avec instance qu'on songe à supprimer celui [le commerce] des coolies : on donne ce nom à de pauvres Hindous et Chinois, qui sont censés accepter librement l'esclavage pendant un certain nombre d'années [F. DELAUNAY, Journ. offic. 13 janvier 1874, p. 362, 1re et 2e col.]

    REMARQUE

    • L'orthographe coolis au singulier est mauvaise ; il faut écrire cooli. Quant au pluriel, on le formera régulièrement : coolis. Cependant quelques-uns le forment à l'anglaise : coolies.

    ÉTYMOLOGIE

    • La dérivation de l'anglais coolee par l'indoustani culi, laboureur qu'on loue à la journée, du turc coli, esclave, serviteur, paraît fausse. En effet, M. L. Rousselet, Rev. anthrop. t. II, p. 268, dit que Coolee est le nom d'une peuplade, dite aussi Kôle ou Khole, qui fournit des hommes robustes et d'une force remarquable, employés dans les villes de la côte aux rudes travaux.