coquecigrue

(Mot repris de coquecigrues)

coquecigrue

n.f. [ de coq, cigogne et grue ]
Litt., vx Absurdité, baliverne : Débiter des coquecigrues fadaise, faribole

COQUECIGRUE

(ko-ke-si-grue) s. f.
Animal imaginaire dont le nom est employé dans diverses locutions. On dit qu'une chose arrivera à la venue des coquecigrues, pour dire qu'elle n'arrivera jamais. Vous aurez des coquecigrues, se dit en raillant à quelqu'un qui demande quelque chose. J'ai des coquecigrues, se dit de même en raillant à celui qui demande ce qu'on a là.
Mon esprit à cheval sur des coquecigrues [ST-AMANT, dans FURETIÈRE]
Toute métaphysique ressemble assez à la coquecigrue de Rabelais [VOLT., Lett. en vers et prose, 80]
Personne qui ne dit que des balivernes. Raisonner comme une coquecigrue.
Je trouve des coquecigrues, des momies [SÉV., 433]
Elles élèvent fort bien leurs petites filles, elles ne leur apprennent point à mentir ni à dissimuler leurs sentiments ; point de coquecigrues ni d'idolâtrie ; enfin je les aime [ID., t. VI, p. 344, lett. 628, dans POUGENS]
Baliverne, conte en l'air. Il nous vient conter des coquecigrues, des coquecigrues de mer.

REMARQUE

  • Mme de Sévigné et Voltaire écrivent coxigrue ; et la première édition de l'Académie coquesigrue.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Bien resemblez une coque fague ; Barbe n'avez.... [E. DESCH., Poésies mss. f° 221, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Ainsi s'en alla le pauvre colerique ; puis passant l'eau au pont Huaux, et raccontant ses males fortunes, fut avisé par une vieille lourpidon, que son royaume lui seroit rendu à la venue des coquecigrues [RAB., Garg. I, 49]
    S'il reculoit, c'estoient des coquecigrues de mer [ID., IV, 31]

ÉTYMOLOGIE

  • Normand et Berry, coquecigrue, nom de la bugrane gluante, plante ; bourguig. côquesegrue. Origine inconnue. Ménage dit que dans les cabinets des curieux on nomme coquecigrues les coquilles de mer, et il tire le mot de conchylia acuta, coquilles aiguës ; ce qui n'est pas admissible. D'après Ch. Nisard, il vient du latin cicus, ciccus, chose de rien, et du grec qui a le même sens ; il est possible en effet que gru entre dans ce mot bizarre ; mais le mot coque y entre certainement ; en effet outre coquecigrue, on a, avec un sens très analogue, coquefredouille dans Cotgrave ; coqueluirie dans Eust. Deschamps : Faisons donc la departie [allons-nous-en] ; Allez à Dieu coqueluirie ; Trop de hourt et de barat sçavez ; De ceux ne suis ceste fie, Poésies mss. f° 450, dans LACURNE. Ajoutez-y coquefague, cité au commencement de l'historique ; et vous avez coque avec fague, fredouille, luirie, cigrue, tous suffixes dont le sens est inconnu et qui ne sont peut-être que fictifs et formes de plaisanterie.

coquecigrue

COQUECIGRUE. n. f. Conte en l'air. Il nous vient conter des coquecigrues.