corail

corail

n.m. [ lat. corallium, du gr. ] [coraux].
1. Animal des mers chaudes, à squelette souvent rouge, vivant en colonies de polypes et pouvant constituer des récifs : Une barrière de coraux ferme le lagon.
2. Matière de ce squelette, utilisée en bijouterie : Un collier de corail.
3. Partie rouge de la coquille Saint-Jacques et de l'oursin.
adj. inv.
D'un rouge éclatant : Des écharpes corail.

CORAIL

(ko-rall, ll mouillées, et non ko-ra-ye) s. m.
Production marine calcaire, remarquable par sa forme rameuse et souvent par sa couleur d'un rouge éclatant. Collection de coraux. Le corail, fixé aux rochers sous-marins, sous la forme d'arbuscules plus ou moins branchus, d'un rouge éclatant, est l'axe pierreux de certains polypes de l'ordre des alcyoniens.
Il envoya à l'Académie en 1710 une assez ample relation de ses recherches, et la belle découverte des fleurs du corail y est comprise [FONTEN., Marsigli.]
Le savant Herissant a achevé de démontrer, après les Jussieu et les Guettard, la nature vraiment animale des coraux et des productions analogues [BONNET, Contempl. nat. 10e part. ch. 29]
Le corail n'est donc point un polypier ; il n'est point le nid d'un certain polype ; mais il fait réellement corps avec les polypes qui concourent à sa formation [ID., Palingén. philos. XIe part. ch. 6]
Éponges, polypiers, madrépores, coraux, Des insectes des mers miraculeux travaux [DELILLE, Homme des champs, III]
Qu'un ver emprisonné formerait le corail ; Mais ce noble arbrisseau, ces pierres, cet émail Ne sont que l'ornement et le luxe du monde [ID., Trois règnes, V]
Fig. Bouche, lèvres de corail, bouche, lèvres fraîches et vermeilles. Au plur. Collection de pièces de corail. Il y a dans ce cabinet des coraux très rares.
Terme de botanique. Bois de corail, arbrisseau d'Amérique, qui porte une graine aussi rouge que le corail de cette couleur. On en fait des bracelets. Corail des jardins, le piment annuel. Corail fait au pluriel coraux.

REMARQUE

  • On disait aussi coral au commencement du XVIIe siècle :
    Sa bouche est de coral [RÉGNIER, Dial.]
    Sur cet amas brillant de nacre et de coral, Qui sillonne les flots de ce mouvant cristal [CORN., Tois. d'or. II, 3]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Jayonces, safirs, calcedoines, Esmeraudes, bonnes sardoines, Et bons coraus et crisolites, Et diamans et ametistes [, Romancero, p. 59]
  • XIIIe s.
    Les patenostriers de coural et de coquille à Paris [, Liv. des mét. 68]
    As piés par devers le so lel Avoit un coral brun vermel [, Fl. et Bl. 617]
  • XIVe s.
    Deux peires de paternoster, l'un de coral, l'autre de geet [DE LABORDE, Émaux, p. 224]
    Un arbre de courail, à langues de serpent [ID., ib.]
    Courail croist en la mer rouge, et, tant comme il est couvert d'eau, c'est bois blanc et mol, mais si tost que il est hors de l'eaue et que il est touché de l'air, il rougist et devient pierre [ID., ib.]
  • XVIe s.
    De ma bouche asseichée Qui n'a plus de coral [ST-GEL., 229]
    Y aura plusieurs branches de corail duquel les racines seront toutes au pied du rocher, à fin que les dits couraux ayent apparence d'avoir creu dedans ledit fossé [PALISSY, 63]
    La poudre des coraux [PARÉ, XXI, 2]
    Deux drachmes de coral rouge bruslé et lavé neuf fois avec eau rose [ID., XX bis, 14]
    Les coraux blancs et rouges [ID., t. III, p. 636]
    Les corails sont plantes lapidifiées, qui produisent racines et branches [ID., Animaux, 21]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. coralh ; espagn. coral ; ital. corallo ; du latin coralium ou corallium.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CORAIL. Ajoutez :
    1° Le corail en caisse, c'est le corail vivant, rouge ou rose.... les nuances.... sont distinguées sous les dénominations d'écume de sang, 1er, 2e et 3e sang, etc. 2° Le corail noir, c'est le corail qui a été détaché du rocher.... est tombé dans la vase et s'y est modifié par des émanations sulfuriques. 3° Le corail mort ou corail pourri, c'est le nom que l'on donne aux racines de polypiers qui se sont couvertes de dépôts pierreux et d'une végétation vivante de microzoaires imperceptibles. 4° Le corail blanc, très rare ; il doit sa couleur à une maladie spéciale [, Journ. offic. 24 nov. 1976, p. 8635, 2e col.]

corail

CORAIL. n. m. Sécrétion marine, pierreuse et calcaire, de certains polypes, qui a la forme d'un arbuste plus ou moins rameux, et d'une extrême dureté. La pêche du corail. Corail rouge. Corail rose. Corail blanc. Corail noir. Branche de corail. Un chapelet de corail. Des bracelets de corail. Ce naturaliste a des coraux très rares.

Poétiq., Une bouche de corail, des lèvres de corail, Une bouche fraîche et vermeille.

corail

Corail, Coralium.

Une pierre semblable à corail, Coralochates.

corail


CORAIL, s. m. *CORALLIN, INE, adj. [Mouillez l'l finale au 1er; Korail, l' a et l'i s'y font sentir: ai n'y a pas le son d' e: au pluriel, coraux. — Trév. met corail ou coral. L'Acad. les disait tous deux indiféremment: elle a retranché le dernier dans la nouvelle édit. Kora-lein, line.] Le corail est une sorte d'arbrisseau qui croit dans la mer, et qui devient dur et pierreux en sortant de l' eau. Telle était du moins l'anciène opinion. Mais M. Peyssonel, Médecin de Marseille, (le Père de l'Auteur des Numéros) et habile naturaliste, a démontré que le corail est la ruche que se forment certains insectes, et que la matière est du genre de celle des coquilles. "Corail rouge, ou blanc, ou noir. "Branche de corail, chapelet de corail. = Comme le corail est ordinairement rouge, on dit rouge comme corail. — * Autrefois on disait, en Poésie, bouche coralline, lèvres corallines. C'est du vieux style.

Traductions

corail

Koralle, korallen, Korallenriffkoraal, koraalrood, koraal(diertje), koraalrifcoralאלמוג (ז), ראמה (נ), רְאֵמָה, אלמוגkoraalcoral·lí, corallkorálkoralkoralocoralkorallicorallo珊瑚, 珊瑚色koralliscoralкоралл, коралловый, коралловый полип, коралловый рифkorall珊瑚, 珊瑚色مَرْجَانκοράλιkoralj산호korallkoralหินปะการังmercansan hôКорали珊瑚 (kɔʀaj)
nom masculin pluriel coraux (kɔʀo)
matière dure et rouge d'un animal de mer

corail

[coraux] (pl) [kɔʀaj, o] nmcoral no pl