corné


Recherches associées à corné: cornée

corné, e

adj.
1. De la nature de la corne ; qui a l'apparence de la corne : Avoir de la peau cornée sous les pieds calleux
2. Plié dans un coin : Les pages cornées d'un livre.

corne

CORNE. n. f. Excroissance pointue et dure qui surmonte la tête des ruminants et de quelques autres animaux. Corne de taureau, de vache, de bélier, de daim, de licorne, de narval, de rhinocéros, etc. Un taureau qui donne, qui frappe de la corne. Le bélier heurte de ses cornes. Prendre, saisir, attacher une bête par les cornes. On dit aussi Les cornes du diable.

Il se dit, par extension, des Ouvrages faits en corne. Peigne de corne. Manche de corne.

Il se dit spécialement d'un Instrument à vent, appelé aussi CORNET et ordinairement fait d'une corne. Il se dit aussi de la Moitié d'une corne coupée dans sa longueur et dont on se sert pour relever ou maintenir le quartier d'un soulier.

Bêtes à cornes, se dit seulement des Boeufs des vaches et des chèvres, par opposition aux brebis et aux moutons. Un troupeau de bêtes à cornes.

Fig. et fam., Attaquer le taureau, la bête par les cornes, prendre le boeuf par les cornes, Entamer une affaire par le côté le plus difficile.

Fig. et fam., Montrer les cornes, Se mettre en état de se défendre.

Fig. et fam., Il mangerait le diable et ses cornes, se dit d'un Grand mangeur.

Fig. et fam., Porter les cornes, avoir des cornes, se dit d'un Mari trompé ou d'une Femme dont le mari est infidèle.

Fam., Faire les cornes à quelqu'un, Faire par dérision avec deux doigts un signe qui représente des cornes. Il lui fit les cornes.

Corne d'abondance. Voyez ABONDANCE.

Corne de cerf, Le bois du cerf, lorsqu'il est employé dans l'industrie. Un couteau emmanché de corne de cerf. De la raclure de corne de cerf. De la gelée de corne de cerf.

Corne-de-cerf, en termes de Botanique, est le Nom de diverses plantes, et particulièrement d'une Variété de Cochléaria, de la famille des Crucifères, dont les feuilles sont divisées à peu près comme le bois du cerf, et aussi d'une Espèce du genre Plantain.

En termes de Conchyliologie, Cornes d'Ammon, Genre de coquilles fossiles qui ressemblent à des cornes de bélier et qu'on nomme plus ordinairement AMMONITES.

En termes d'Anatomie, il se dit de Certaines parties du corps humain qui ressemblent à des cornes. Les cornes de la matrice, du larynx.

Il désigne aussi la Partie dure qui est au pied du cheval, du mulet, de l'âne, etc. Dans ce sens, il ne se dit qu'au singulier. Ce cheval est difficile à ferrer, il a la corne ferme, dure, molle, sujette à s'éclater.

Il se dit, par analogie, de Certaines pointes que les limaçons, quelques serpents et quelques insectes portent sur la tête. Les limaçons montrent leurs cornes, resserrent leurs cornes. Les cerfs-volants ont des cornes.

Il se dit, par extension, des Pointes, des angles saillants que présentent certains objets. Les cornes d'un croissant. Chapeau à cornes. On appelait cornes les crêtes dont étaient surmontés les anciens bonnets carrés. Bonnet à trois cornes, à quatre cornes.

Faire une corne à un livre, à un feuillet, etc., Plier le coin, l'angle d'un feuillet, dans un livre, pour marquer l'endroit qu'on veut retrouver. On dit de même Faire une corne à une carte, etc.

En termes de Fortification, Ouvrage à cornes, Ouvrage avancé hors du corps de la place et qui consiste en une courtine et en deux demi-bastions.

En termes de Marine, Corne d'artimon, Sorte de vergue qui embrasse l'arrière du mat d'artimon par une entaille en croissant faite à son gros bout et qui porte la voile d'artimon.

corne

CORNE. n. f. Synonyme de CORNOUILLE.

corné

CORNÉ, ÉE. adj. Qui est de la nature de la corne ou Qui a l'apparence de la corne. Substance dure et cornée. Tissu corné, Celui qui forme les ongles.

corne

Corne, Est l'excrement durci de matiere d'ongle, qui vient aux testes et pieds des bestes brutes. Cornu, duquel mot Latin il est tiré, tout ainsi que le Latin de kéras Grec, et cestuy de Keren Hebrieu escrit par six points. Selon ce on dit, Il heurte de la corne, prens garde à toy. Cornu ferit ille caueto. Virgil. Et il a la corne esclatant. Fragili cornu praeditus est. Ce qu'on dit des chevaux clairs allezans: Mais on use plus du mot de pied en telles bestes chevalines. Vngula equina. Pl. disant: Il a le pied bon: ou bien on y adjouste cette diction Pied: comme, Il a la corne du pied dure, bonne, ou mauvaise. Et pource que les cornes aux bestes aumailles sont leurs armes offensives, et leur orgueil, le François dit metaphoriquement, haulser ou lever la corne, pour orgueillir, entrer en superbe et haulserie. Dont la raison est, de ce que la beste qui se meut pour chocquer de ses cornes, levant la teste haut, est dite haulser ou lever ses cornes. Superbia efferri, Insolescere. Phrase fort commune és livres de l'ancien Testament. Mais en pluriel Cornes est un mot vitupereux et d'impropere: Car il se prend (et metaphoriquement) pour Cocuage. Si fait-il en Italien et en Espagnol, quand l'un dit, Piantar le corna ad alcuno, et l'autre, Hazer cuernos.

Cornes recoquillées en dedans, Inflexa in se cornua, vel in anfractum conuoluta.

Cornes de cerf semblables à arbres, Arborea cornua cerui, vel ramosa, Que les veneurs appellent Rameure, Virg. 7. eglog.

Beste qui n'a qu'une corne, Vnicornis.

Qui a deux cornes, Bicornis.

Qui a trois cornes, Tricornium, tricornij: et hic, et haec Tricornis, et hoc tricorne.

Quatre petites cornes, Quadrigemina cornicula.

Ayant les cornes noires, Nigricantibus cornibus.

Qui a les pieds de cornes, comme les chevres, Cornipes.

Semblables à couleur de cornes, Corneus color.

Presenter les cornes pour frapper, Cornua obuertere alicui.

Heurter des cornes, Arietare.

La corne d'abondance, Cornucopiae.

Corne qui porte medecine, Praeditum medicamentis cornu.

Dur quasi comme corne, Corneolus.

Devenir dur comme corne, Se r'acornir, Cornescere.

Qui est de corne, Corneus.

La corne du pied d'une beste, Vngula.

¶ Une herbe qu'on appelle corne de cerf, Pes milui.

corne


CORNE, s. f. [2e e muet.] Partie dûre, qui sort de la tête de quelques animaux, et qui leur sert de défense et d'ornement. — On apèle aussi corne, la partie dûre qui est au pied du cheval, du mulet, de l' âne, etc. En ce sens, il ne se dit qu'au singulier. Ce cheval a la corne bone, ou mauvaise; dûre, ou molle, sujette à s' éclater, etc. = Au pluriel, on le dit de certaines pointes que les limaçons, quelques insectes, et quelques serpens, portent sur la tête. Les limaçons montrent, ou resserrent leurs cornes.
   On dit, en style proverbial, d'un homme surpris d'un évènement auquel il ne s'atendait pas, qu'il en est aussi étoné que si les cornes lui étaient venues à la tête. — On dit aussi, entendre de corne, c. à. d., tout de travers. — On dit encôre, d'une chôse très-dûre, c' est de la corne, aussi dur que de la corne. — Faire les cornes à quelqu'un; faire, par dérision, avec deux doigts, un signe, qui représente les cornes. — Montrer les cornes, se mettre en état de se défendre. = Le proverbe dit: On prend les hommes par les paroles, et les bêtes, par les cornes. — Corne d'abondance, attribut de Cérès. V. TROMPER.

Traductions

corné

horny

corné

מיובל (ת), קרני (ת), קַרְנִי