corner

(Mot repris de corneriez)

1. corner

[ kɔrne] v.t.
1. Plier en forme de corne : Ne corne pas les pages de ton livre.
2. Fam. Répéter partout ; répandre : Tu n'as pas besoin de corner la nouvelle dans toute la ville claironner
v.i.
Sonner d'une corne, d'une trompe ; faire entendre un bruit d'avertisseur : On entend au loin des bateaux qui cornent.
Corner aux oreilles de qqn,
lui parler très fort.

2. corner

[ kɔrnɛr] n.m. [ mot angl. signifiant « coin » ]
Au football, faute commise par un joueur qui détourne le ballon et l'envoie derrière la ligne de but de son équipe ; coup franc accordé à l'équipe adverse à la suite de cette faute ; coup de pied de coin.

corner

(kɔʀne)
verbe transitif
plier le coin d'une feuille de papier corner une page d'un livre

corner

(kɔʀnɛʀ)
nom masculin
sport en football, faute commise par un joueur près des buts de son équipe L'arbitre a sifflé un corner.

corner


Participe passé: corné
Gérondif: cornant

Indicatif présent
je corne
tu cornes
il/elle corne
nous cornons
vous cornez
ils/elles cornent
Passé simple
je cornai
tu cornas
il/elle corna
nous cornâmes
vous cornâtes
ils/elles cornèrent
Imparfait
je cornais
tu cornais
il/elle cornait
nous cornions
vous corniez
ils/elles cornaient
Futur
je cornerai
tu corneras
il/elle cornera
nous cornerons
vous cornerez
ils/elles corneront
Conditionnel présent
je cornerais
tu cornerais
il/elle cornerait
nous cornerions
vous corneriez
ils/elles corneraient
Subjonctif imparfait
je cornasse
tu cornasses
il/elle cornât
nous cornassions
vous cornassiez
ils/elles cornassent
Subjonctif présent
je corne
tu cornes
il/elle corne
nous cornions
vous corniez
ils/elles cornent
Impératif
corne (tu)
cornons (nous)
cornez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais corné
tu avais corné
il/elle avait corné
nous avions corné
vous aviez corné
ils/elles avaient corné
Futur antérieur
j'aurai corné
tu auras corné
il/elle aura corné
nous aurons corné
vous aurez corné
ils/elles auront corné
Passé composé
j'ai corné
tu as corné
il/elle a corné
nous avons corné
vous avez corné
ils/elles ont corné
Conditionnel passé
j'aurais corné
tu aurais corné
il/elle aurait corné
nous aurions corné
vous auriez corné
ils/elles auraient corné
Passé antérieur
j'eus corné
tu eus corné
il/elle eut corné
nous eûmes corné
vous eûtes corné
ils/elles eurent corné
Subjonctif passé
j'aie corné
tu aies corné
il/elle ait corné
nous ayons corné
vous ayez corné
ils/elles aient corné
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse corné
tu eusses corné
il/elle eût corné
nous eussions corné
vous eussiez corné
ils/elles eussent corné

CORNER1

(kor-né) v. n.
Sonner du cornet, d'une corne ou d'une trompe. Le vacher a corné dès le matin.
Parler dans un cornet pour se faire entendre au loin ou pour se faire entendre à un sourd.
Il continue et corne à toute outrance : Réveillez-vous.... [LA FONT., Herm.]
Bourdonner, en parlant des oreilles percevant un bruit qui n'a rien de réel. Les oreilles me cornent. Fig. Les oreilles vous cornent, se dit à quelqu'un qui croit entendre ce qu'on ne lui dit pas ou un bruit qui n'est pas réel.
Il faut que les oreilles m'aient corné [MOL., Malade im. III, 12]
Les oreilles me cornent [ID., Éc. des maris, I, 5]
Les oreilles ont bien dû vous corner, on a bien souvent parlé de vous.
V. a.Fig. Publier partout.
En la quittant, Gulphar alla tout droit Conter ce cas, le corner par la ville [LA FONT., F. av.]
Quelqu'un qui bientôt En mille endroits cornera le mystère [ID., Mandr.]
Vendôme crie, écrit, corne bataille et victoire, et prépare à Mgr de Bourgogne tout l'affront d'avoir manqué le secours [SAINT-SIMON, 208, 54]
Rebattre sans cesse la même chose.
J'entends sans cesse corner à mes oreilles : L'homme est un animal raisonnable [LA BRUY., XII]
Terme de vénerie. Corner les chiens, sonner du cor pour les exciter ou pour les rappeler. Corner requête, sonner du cor pour qu'ils quêtent de nouveau, lorsqu'ils sont en défaut.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Ce dist Rolanz : cornerai l'olifant [, Ch. de Rol. CXXVII]
    Jà li corners ne nous aureit mestier [, ib. CXXX]
  • XIIe s.
    Je cornerai se vous le me louez [conseillez] [, Ronc. p. 81]
    Tel venjance frai sur Juda e sur Jerusalem que à ces ki l'orrunt, tut les orilles lur en cornerunt [, Rois, 420]
    Lores cornad Saül une buisine par la terre, e dist : iço voil que oient li Hebreu [, Rois, 42]
  • XIIIe s.
    Quant il oï la gaite corner le jour, si se leva et ala à l'eglise proier Dieu qu'il li aidast [, Chron. de Rains, p. 54]
    Ne ne pourront ouvrer que de la guete cornant au matin jusques à la nuit, sanz candele tant seulement [, Liv. des mét. 92]
    Li veneor lor cors cornant, Lesqex vont durement sonant, Tot le païs vont estonant De lor huier, de lor corner [, Ren. 5497]
    Si cornent li silvain et huient Que tuit li champ entor en bruient [, ib. 8676]
    Humilitez est tant creüe Qu'orguex corne la recreüe ; Orguex s'en va, Diex le cravant, Et Humilitez vient avant [RUTEB., II, 59]
    Quant il encommençoient à corner, vous deissiez que ce sont les voiz des cynes qui se partent de l'estanc [JOINV., 269]
    Chetifs pecheours que feront, Quant tous les angels trembleront Et les archangels precieux, Et les buisines corneront Qui la venue annonceront Du très doulx fils Dieu glorieux ? [J. DE MEUNG, Tr. 1384]
  • XVe s.
    La gaite commence à corner et recorner et à mener grand friente [FROISS., II, II, 213]
    Puis corna le dit messire Guillaume de Douglas un cor [ID., I, I, 131]
    On peut bien, pour vous, corner prise ; Prins estes, point ne m'eschapperez [CH. D'ORL., Rondeau.]
  • XVIe s.
    Le quel [un joueur de tambourin], apres que il eut soufflé en la fluste, se meit en corner en gobelet [boire], et nettoyer la vaisselle [manger] [JEAN D'AUTON, Annales de Louis XII, p. 222, dans LACURNE]
    Cornons icy, à son de flaccons, que quiconques aura perdu la soif ne ayt à la chercher ceans [RAB., Garg. I, 5]
    Il n'y a veneur qui ne prend plaisir à corner sa prise, ni amoureux d'avoir la gloire de sa victoire [MARG., Nouv. XLIX.]
    Les plainctes qui me cornent aux oreilles [MONT., I, 197]
    L'esperance ne cesse de corner aux oreilles.... [ID., II, 380]
    Il ne faisoit autre chose que corner la guerre ordinairement et prescher les armes au peuple [AMYOT, Phocion, 14]
    Quelques uns de Blois donneront le premier avis ; mais par la responce ils furent appellez corne-guerre et turbulents [D'AUB., Hist. II, 282]
    Deliberer avant que corner la guerre [CHARRON, Sagesse, p. 434, dans LACURNE]
    On dit en ce païs que le poisson corne, quand il est gasté, puant et corrompu [BOUCHET, Serées, p. 231, liv. I, dans LACURNE]
    Ils ne trouvoient bon le gibier sinon qu'il cornast un peu, c'est à dire, sans deguiser les matieres, qu'il ne fut un peu puant [H. EST., Apol. d'Hérod. p. 432, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, coirner ; provenç. cornar ; ital. cornare ; de corne, dans le sens de cor.

CORNER2

(kor-né) v. a.
Faire une corne à.... Il a corné ce livre à toutes les pages.
Chaque joueur cornait ses cartes [VOLT., Cand. 22]

ÉTYMOLOGIE

  • Corne.

CORNER3

(kor-né) v. a.
Frapper avec la corne. Cette vache a failli me corner. Éloignez-vous, mes enfants, cette vache corne. Se corner, v. réfl. Se dit en parlant des bœufs qui se battent à coups de cornes.

ÉTYMOLOGIE

  • Corne. Ces expressions, qui sont de la campagne, doivent être reçues ; car elles ont été faites là où seulement elles pouvaient se faire.

CORNER (SE)4

(kor-né) v. réfl.
Prendre la forme et la consistance d'une corne.

ÉTYMOLOGIE

  • Corne.

corner

CORNER. v. intr. Sonner d'un cornet ou d'une corne. Le vacher a corné dès le matin. J'ai entendu corner dans les bois.

Il signifie aussi Parler dans un cornet, pour se faire entendre à un sourd.

Fig. et fam., Corner aux oreilles de quelqu'un, Parler continuellement d'une chose à quelqu'un, dans le dessein de la lui persuader. Il a obtenu cela de lui, il l'a déterminé à cela, à force de lui corner aux oreilles.

Fig. et fam., Corner quelque chose partout, Le publier avec importunité. Il a corné cette nouvelle par toute la ville. Dans cette acception, il est transitif.

Il signifie encore Bourdonner fortement, en parlant des Oreilles. Les oreilles me cornent. On dit aussi TINTER. Les oreilles vous cornent se dit à Quelqu'un qui croit entendre ce qu'on ne lui dit pas, ou un bruit qui n'est pas réel. Fig. et fam., Les oreilles ont bien dû vous corner, Nous avons beaucoup parlé de vous, nous avons souvent parlé de vous en votre absence.

En termes d'Art vétérinaire, il signifie Faire entendre le souffle dit Cornage. Ce chenal corne.

Il se dit aussi transitivement pour signifier Plier en forme de corne. Corner les pages d'un livre. Corner une carte de visite.

corner

Corner, Buccinare.

Synonymes et Contraires

corner

verbe intransitif corner
1.  Faire entendre un bourdonnement.
2.  Sonner de la corne.

corner

verbe transitif corner
Annoncer à grand bruit.
claironner, clamer, tambouriner -familier: carillonner -littéraire: proclamer -vieux: trompeter.
Traductions

corner

corner

corner

הרצת מניות (נ), קרן (נ)

corner

Ecke

corner

ъгъл

corner

corner

hjørne

corner

hörn

corner

มุม

corner

3 [kɔʀnɛʀ] nm (FOOTBALL)corner, corner kick

corner

4 [kɔʀne]
vt [+ pages] → to make dog-eared
vi (= klaxonner) → to blare out