corrompre

corrompre

v.t. [ lat. corrumpere, de rumpere, rompre ]
1. Inciter qqn à agir contre son devoir, contre sa conscience, en échange de promesses, d'argent : Corrompre un témoin acheter, soudoyer
2. Rendre mauvais ; altérer ce qui est sain, honnête : L'argent facile des trafics corrompt la jeunesse dépraver, pervertir ; élever avilir, dénaturer ; éduquer
3. Vx Provoquer le pourrissement d'une substance ; altérer : La chaleur corrompt la viande décomposer, gâter, pourrir

corrompre


Participe passé: corrompu
Gérondif: corrompant

Indicatif présent
je corromps
tu corromps
il/elle corrompt
nous corrompons
vous corrompez
ils/elles corrompent
Passé simple
je corrompis
tu corrompis
il/elle corrompit
nous corrompîmes
vous corrompîtes
ils/elles corrompirent
Imparfait
je corrompais
tu corrompais
il/elle corrompait
nous corrompions
vous corrompiez
ils/elles corrompaient
Futur
je corromprai
tu corrompras
il/elle corrompra
nous corromprons
vous corromprez
ils/elles corrompront
Conditionnel présent
je corromprais
tu corromprais
il/elle corromprait
nous corromprions
vous corrompriez
ils/elles corrompraient
Subjonctif imparfait
je corrompisse
tu corrompisses
il/elle corrompît
nous corrompissions
vous corrompissiez
ils/elles corrompissent
Subjonctif présent
je corrompe
tu corrompes
il/elle corrompe
nous corrompions
vous corrompiez
ils/elles corrompent
Impératif
corromps (tu)
corrompons (nous)
corrompez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais corrompu
tu avais corrompu
il/elle avait corrompu
nous avions corrompu
vous aviez corrompu
ils/elles avaient corrompu
Futur antérieur
j'aurai corrompu
tu auras corrompu
il/elle aura corrompu
nous aurons corrompu
vous aurez corrompu
ils/elles auront corrompu
Passé composé
j'ai corrompu
tu as corrompu
il/elle a corrompu
nous avons corrompu
vous avez corrompu
ils/elles ont corrompu
Conditionnel passé
j'aurais corrompu
tu aurais corrompu
il/elle aurait corrompu
nous aurions corrompu
vous auriez corrompu
ils/elles auraient corrompu
Passé antérieur
j'eus corrompu
tu eus corrompu
il/elle eut corrompu
nous eûmes corrompu
vous eûtes corrompu
ils/elles eurent corrompu
Subjonctif passé
j'aie corrompu
tu aies corrompu
il/elle ait corrompu
nous ayons corrompu
vous ayez corrompu
ils/elles aient corrompu
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse corrompu
tu eusses corrompu
il/elle eût corrompu
nous eussions corrompu
vous eussiez corrompu
ils/elles eussent corrompu

CORROMPRE

(ko-ron-pre) , je corromps, tu corromps, il corrompt, nous corrompons, ils corrompent ; je corrompais ; je corrompis ; je corromprai ; je corromprais ; corromps, corrompons ; que je corrompe, que nous corrompions ; que je corrompisse ; corrompant ; corrompu v. a.
Rompre l'ensemble, et, par suite, gâter, détruire.
Arsanes mit le feu partout et corrompit tout ce qui pouvait servir à l'usage des hommes [VAUG., Q. C. 168]
Fig.
Adieu donc ! Fi du plaisir Que la crainte peut corrompre [LA FONT., Fabl. I, 9]
Vous corrompez tout par d'injustes usages [MASS., Car. Voc.]
Comme toute chair a corrompu sa voie [ID., ib. Motifs.]
Belle Aréthuse, ainsi ton onde fortunée Roule, au sein furieux d'Amphitrite étonnée, Un cristal toujours pur et des flots toujours clairs, Que ne corrompt jamais l'amertume des mers [VOLT., Henr. IX]
Vous avez corrompu tous les dons précieux Que pour un autre usage ont mis en vous les dieux [ID., Catil. I, 1]
L'effroi qui me saisit, corrompant mon espoir.... [ID., Triumv. IV, 6]
Vous comprenez assez quelle amertume affreuse Corrompait de mes jours la durée odieuse [ID., Zaïre, I, 2]
Les novateurs dont les interprétations corrompaient la simplicité de la foi [CHATEAUB., Génie, I, I, 1]
Je puis t'abandonner ; oui, je mourrai content, J'ai corrompu ta joie [DELAV., Vêpres, sicil. IV, 5]
Altérer la forme, la figure, l'état de certaines choses. Corrompre la forme d'un chapeau. Ce sens a vieilli. Terme de corroyeur. Faire venir le grain à un cuir de vache. Corrompre la vache. Terme de métallurgie. Corrompre le fer, en pétrir toutes les parties par le feu ou par le marteau. Terme de cirier. Corrompre la cire, lui ôter la ductilité. Terme de cartonnier. Corrompre les coupeaux ou cartons, les recourber de manière que la partie concave soit du côté de la peinture des cartes à jouer. Populairement. Corrompre l'eau, la corriger en y ajoutant un peu de vin, de vinaigre, de sucre, etc.
Gâter par décomposition putride. La décomposition de substances organiques avait corrompu les eaux.
La terre que nous habitons n'est devenue salubre que par les travaux de l'homme ; dans son origine, elle était couverte de forêts et de marécages qui corrompaient l'air ; c'est l'état actuel de Madagascar [RAYNAL, Hist. phil. IV, 4]
Dépraver. Corrompre les mœurs. La flatterie le corrompit.
Deux cœurs nés généreux qu'un traître a corrompus [VOLT., Fanat. III, 11]
Cambyse, fils de Cyrus, fut celui qui corrompit les mœurs des Perses [BOSSUET, Hist. III, 5]
Altérer, modifier en mal, en parlant de la langue, du goût, du style. La lecture des mauvais auteurs corrompt le goût. Corrompre une langue. L'invasion des barbares corrompit le latin.
Dans les arts d'imagination, tout ce qui n'est pas neuf ou brillant est inutile ; et la multiplication des ouvrages médiocres corrompt le goût au lieu de le former [CONDORCET, Haller.]
Corrompre un texte. La négligence des copistes a corrompu bien des passages dans les auteurs anciens.
Il a omis ces paroles par un dessein outrageux, pour corrompre la pensée de ce père [PASC., Prov. Réfut. de la rép. à la 12e lett.]
Il découvre l'orgueil caché et l'hypocrisie des Pharisiens et des docteurs de la loi qui la corrompaient par leurs interprétations [BOSSUET, Hist. II, 6]
Fig. Gagner quelqu'un par dons ou promesses. Il essaya de corrompre ses juges. On corrompit les témoins.
C'est à qui se sent faible à corrompre son juge [QUINAULT, la Comédie sans comédie, II, 5]
Il avait corrompu par argent la garnison [FÉN., Tél. XX]
On l'accusait aussi d'avoir corrompu à force de présents la prêtresse de Delphes, qui avait ordonné, de la part du Dieu, de le rappeler de l'exil [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. III, p. 591, dans POUGENS]
Des moines, parcourant l'Helvétie alarmée, Divisent les tribus et corrompent l'armée [MASS., Helvétiens, V]
Séduire, en parlant d'une femme.
En poursuivant les fuyards, il fut tué par un des siens dont il avait corrompu la femme [BOSSUET, Hist. I, 10]
Crispe, fils de Constantin, mais d'un autre mariage, accusé par cette marâtre [la seconde femme de l'empereur Constantin] de l'avoir voulu corrompre, trouva son père inflexible [ID., ib. I, 11]
Absolument.
Les vices n'y sont point un sujet de ridicule ; corrompre ou être corrompu ne s'appelle point un usage ou une manière de vivre [MONTESQ., Esp. XVIII, 25]
Ce Philippe qui, mieux qu'homme du monde, savait diviser pour réduire et corrompre pour asservir [MARMONT., Élém. litt. Œuvres, t. VIII, p. 86, dans POUGENS]
Se corrompre, v. réfl. Se putréfier. La viande se corrompt rapidement dans les jours chauds et orageux.
Je vois qu'un corps tel que l'eau est divisible, muable, sujet à se corrompre, à se geler [BOULAINVILLIERS, Réfutation de Spinosa, p. 41]
Se dépraver, s'altérer. Les mœurs se corrompent. La langue grecque se corrompit peu à peu.
Cette sagesse insensée, ingénieuse à se tourmenter, habile à se tromper elle-même, qui se corrompt dans le présent, qui s'égare dans l'avenir [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
C'est une chose étonnante comment les langues se forment, s'augmentent, se perfectionnent, et comment, après un certain cours d'années, elles dégénèrent et se corrompent [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. XI, 2e part. p. 602, dans POUGENS.]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Deus, quel duel [deuil] des prelaz que lur mestier ne funt ! Mucie est la lumiere qui esclaire le munt [monde], Il sunt li pullent cors que l'esperit corrunt [, Th. le mart. 69]
  • XIIIe s.
    Qui gist en mortel pechié est corrumpuz [, Psautier, f° 21]
    Li lius [lieu] estoit tout corrompus, et moult i ot mors de gens [, Chr. de Rains, 177]
    Nostre coustume a corrumpu ceste loi et suefre que testamens se prueve par deus loiax tesmoins [BEAUMANOIR, XII, 40]
    Et par ce est le [la] droite mesure du souverain corrompue en plusors liex, si comme il est dit dessus [ID., XXVI, 12]
    Et por ce loonz [conseillons] noz à toute maniere de juges qu'il se gardent de prendre dons par les quix il soient corrompu [ID., XL, 33]
    Donques li baillis doit estre soufrans et escoutans, en tele maniere qu'il laist à cex qui sont devant li en jugement, dire toute lor volenté et tout ce qu'il lor plera, partie contre autre, et sans corrumpre lor paroles [ID., XII, 19]
  • XIVe s.
    Ceulx qui ont l'apetit corrompu et la volenté pour malvois vices se delettent en choses qui ne sont pas bonnes à l'ame [ORESME, Eth. 19]
    J'ai pour l'amour de toi grant paine recheüe, Et en terre et en mer ; mais Diex m'a secorue ; De nul homme de char n'ai esté corrompue [, Baud. de Seb. III, 132]
    Icellui suppliant a congneu que ses diz tesmoings il avoit induis et corroz, et leur avoit promis de donner le vin, mais qu'ilz deposassent à son entension [DU CANGE, corrumpere.]
  • XVe s.
    Et pour ce que je n'y veux mettre ni oster [à la matière de ses chroniques], oublier ni corrompre, ni abreger [FROISS., I, I, 1]
  • XVIe s.
    De peur que les grains ne se corrompent et pourrissent [MONT., II, 186]
    S'ils faisoient quelque appointement avec serment solennel, il duroit jusques à ce que l'une des parties se trouvast la plus forte, pour le corrompre et violer, et vaincre par malice [LANOUE, 55]
    Une oligarchie corrompue comme aussi fut celle d'Athenes [ID., 65]
    Il estimoit estre convenable de deposer la substance du feu en garde de personnes non corrompues ny polluées [AMYOT, Numa, 17]
    Ses ambassadeurs corrompirent deux des meilleures et plus anciennes maisons de la ville [ID., Publ. 5]
    Se laisser corrompre par argent [ID., Alc. et Cor. comp. 8]
    Boire de l'eau puante et corrompue [ID., Anton. 21]
    On luy fit entendre que la tourmente estoit sur la montagne, ce nonobstant on ne luy sceut dissuader de passer ce jour là, pensant corrompre [rompre, vaincre] le temps, contre l'opinion de tous [M. DU BELL., 521]
    Hormis qu'il se trouvoit fort las et corrompu [courbatu], à cause du tourment qu'il avoit souffert [PARÉ, XIX, 32]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. corrompre ; catal. corromprer ; espagn. corromper ; ital. corrompere ; du latin corrumpere, de cum, et rumpere, rompre. L'ancien français, à côté du participe corrompu, avait aussi corrot ou corrout, dont le simple se trouve : un nombre rout ou roupt, un nombre fractionnaire. Corrompu est un participe fait sur le verbe français ; corrot provient directement du participe latin corrúptus, avec l'accent sur ru.

corrompre

CORROMPRE. (Il se conjugue comme ROMPRE.) v. tr. Altérer en désorganisant. Ces miasmes avaient corrompu l'air. Eau corrompue. La viande se corrompt par les grandes chaleurs. Il s'emploie surtout au sens figuré. Corrompre les moeurs. Corrompre le coeur. Un esprit corrompu. Le luxe a corrompu cette nation. Mot corrompu par l'usage. La langue latine commença à se corrompre peu de temps après Auguste. Le goût se corrompt avec les moeurs. Corrompre le jugement. Socrate fut accusé de corrompre la jeunesse.

Corrompre une fille, une femme, La séduire la débaucher.

Il se dit aussi figurément en parlant d'un Texte, d'un passage qu'on altère. Le texte a été bien corrompu en cet endroit.

Il signifie souvent Engager quelqu'un, par des dons ou autrement, à faire quelque chose contre son devoir, sa conscience. On corrompit les témoins. Il s'est laissé corrompre. Le prisonnier corrompit ses gardiens et s'évada.

corrompre

Corrompre et gaster, Corrumpere, Deprauare, Ingrauare, Interdicere, Oblimare, Violare, Vitiare, Peruertere.

Commencer à se corrompre et gaster, In vitium inclinare.

Se corrompre et gaster, Marcescere desidia et otio, Vitium capere.

Violer, corrompre le droit et tirer ailleurs que la raison ne veut, Ius torquere.

Corrompre une chose par mistionnemens, Adulterare.

Corrompre sa foy en prenant argent, Labefactare fidem suam pretio.

Tascher à corrompre la foy et loyauté d'aucun, Attentare fidem alicuius.

Corrompre le jugement, Adulterare iudicium.

Vouloir corrompre, ou s'efforcer de corrompre les juges, Attentare fidem religionemque iudicum. B.

Un juge qui se laisse corrompre par argent, dons, ou promesses, Iudex sordidus.

Corrompre les moeurs, Mores impellere.

Corrompre et gaster aucun, Prauis moribus inficere.

Il n'y a chose qui corrompe tant la religion que de, etc. Nihil tam dissoluendae religionis est quam, etc.

Les pommes se corrompent et s'entichent, AEgrotant aliquando et poma ipsa per se sine arbore, Vitiantur.

Corrompre par dons, Emere aliquem donis.

Corrompre une mule de trop grand fardeau, Mulam maiori onere corrumpere.

corrompre


CORROMPRE, v. a. [Kôronpre. 1re et 2e lon. r f. 3e e muet. — Il se conjugue comme Rompre. Un Auteur moderne a écrit corromperoit, et Abad. Corrompera: il faut dire, corrompra, corromprait, même en prôse.] Il se dit au propre, dans le physique; gâter, altérer, changer en mal. "Le grand chaud corrompt la viande; la fièvre corrompt le sang, les humeurs. — Et au fig. dans le moral, les mauvaises compagnies corrompent les moeurs;corrompent l'esprit des jeunes gens: ont corrompu ce jeune homme. — Corrompre une fille, une femme, la débaucher. — Corrompre un Juge, l'obliger à juger contre sa conscience, par l'apât de quelque intérêt. — Corrompre des gardes, des témoins, etc.
   Rem. Ce mot ne me parait pas un terme propre, quand il s'agit d'un grand Prince. "Le Comte de Soissons tâcha de corrompre le Duc d'Orléans pour le mettre dans son parti. D'Avrigny. — Gagner, séduire aurait mieux valu dans cet endroit.
   Corrompre, se dit encôre figurément, des textes, des passages. "Les Hérétiques ont corrompu ce texte; ce passage est corrompu: le texte est corrompu en cet endroit; et du style, du langage. "La lecture des mauvais Auteurs; la fréquentation des persones, qui parlent mal, corrompt le style, le langage.
   Se corrompre, a presque tous ces sens. La viande se corrompt, quand on la garde trop long-temps; les moeurs se corrompent facilement, la Langue Latine commença à se corrompre après Auguste.
   Corrompu, se dit de même, dans le physique, des chôses; et dans le moral, des persones: "Sang corrompu; des eaux, des viandes corrompues; un homme corrompu, des moeurs corrompues, un siècle corrompu. = Il suit toujours le substantif. — Suivant l'Acad. il est aussi s. m. C' est un corrompu. Je le crois douteux, pour ne rien dire de plus.

Synonymes et Contraires

corrompre

verbe corrompre
1.  Littéraire. Provoquer le pourrissement de.
2.  Littéraire. Altérer ce qui est considéré comme correct.
adultérer, déformer, fausser, troubler -littéraire: frelater.
3.  Littéraire. Pervertir quelqu'un.
épurer -littéraire: amender, moraliser.
4.  Littéraire. Séduire par des présents.

corrompre (se)

verbe pronominal corrompre (se)
Littéraire. Tomber en putréfaction.
Traductions

corrompre

korrumpieren, verderben, bestechenbribe, corrupt, subvert, buy, subornomkopen, bederven, verbasteren, corrumperen, (zedelijk) bederven, doen verrotten, verdraaien, verontreinigen [lucht], vervalsenשיחד (פיעל), שִׁחֵדbederfcorrompre, subornarsubaĉetisobornar, corromperpervetereprzekupićsubornar, corromperвзятку давать, подкупатьφθείρω, δωροδοκώcorrompere, traviareيَرشوpodplatitbestikkelahjoapodmititi賄賂を使う뇌물을 주다bestikkemutaให้สินบนrüşvet vermekhối lộ贿赂 (kɔʀɔ̃pʀ)
verbe transitif
1. rendre mauvais corrompre qqn
2. donner de l'argent à qqn pour qu'il fasse qqch d'illégal tenter de corrompre un juge

corrompre

[kɔʀɔ̃pʀ] vt
(= dépraver) → to corrupt
(= acheter) [+ témoin] → to bribe