corruption

(Mot repris de corruptions)

corruption

n.f.
1. Action de soudoyer qqn ; fait d'être corrompu : Tentative de corruption d'un fonctionnaire.
2. Litt. Altération de la morale, du goût, du jugement ; avilissement, dépravation, perversion.

CORRUPTION

(ko-ru-psion ; en poésie, de quatre syllabes) s. f.
Rupture d'un ensemble, altération en général.
Pour peu qu'on veuille s'appliquer à bien examiner ce système, il sera facile de se convaincre qu'il est le meilleur, le mieux proportionné et le moins sujet à corruption qui se puisse mettre en usage [VAUBAN, Dîme, p. 128]
Toute la conséquence qu'on peut tirer de cette diversité d'opinions, c'est que les uns ont considéré la comédie dans sa pureté, lorsque les autres l'ont regardée dans sa corruption [MOL., Préf. du Tartuffe.]
Altération dans un texte. Il y a corruption dans ce texte-là. Altération du langage, du goût. Les innovations amènent la corruption des traditions littéraires. La corruption du latin dans les temps qui suivirent l'invasion des barbares. Par extension. Ce mot est formé de tel autre par corruption.
Le chef du conseil d'Aragon portait le titre de grand justicier, et, par corruption, celui simplement de justice [SAINT-SIMON, 89, 152]
Cette rue s'appelait anciennement la rue de l'Égyptienne, à cause d'une chapelle de sainte Marie Égyptienne qui est à l'entrée du côté de la rue Montmartre ; le peuple, par abréviation et corruption du mot, s'est accoutumé à l'appeler rue de la Jussienne [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuvres, t. III, p. 182, dans POUGENS]
Décomposition putride. La corruption de la viande, de l'air. On a cru autrefois que les insectes s'engendraient de la corruption.
Tout [les préparations anatomiques] se garantissait de la corruption par le secret de M. Ruysch [FONTEN., Ruysch.]
Fig. Dépravation. La corruption des mœurs du siècle.
Sans les aveugles, sans les sauvages, sans les infidèles qui restent et dans le sein même du christianisme, nous ne connaîtrions pas assez la corruption profonde de notre nature ni l'abîme d'où Jésus-Christ nous a tirés [BOSSUET, Hist. II, 13]
La corruption du cœur consiste dans l'opposition à l'ordre [MALEBR., Éclairc. liv. III]
La corruption des mœurs, qui peut se maintenir jusqu'à un certain point malgré l'instruction, était infiniment favorisée et accrue par l'ignorance [FONTEN., Le czar Pierre.]
C'est à cette victoire remportée sur Antiochus et à cette conquête de l'Asie, que Pline attache l'époque de la corruption des mœurs dans la république romaine [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. VIII, p. 435, dans POUGENS]
Il y a deux genres de corruption : l'un, lorsque le peuple n'observe point les lois ; l'autre, lorsqu'il est corrompu par les lois [MONTESQ., Esp. VI, 12]
Et que m'importe à moi que le sénat m'outrage, Que la corruption mette à prix son suffrage ? [VOLT., Catil. I, 2]
Jamais on ne doit se décourager ; la corruption n'est jamais totale ; il y a partout des gens de bien, et, s'il en manque, on en fait naître [MARMONT., Bélisaire, XI]
Dans la corruption une cour endormie, Avec son empereur disputant d'infamie [LEGOUV., Épichar. et Nér. I, 2]
Les péchés mêmes des grands deviennent les modes des peuples, et la corruption de la cour s'établit comme politesse dans les provinces [FLÉCH., Marie-Thér.]
Au sens actif, la corruption que l'on cause, que l'on produit.
Les choses mêmes les plus saintes ne sont point à couvert de la corruption des hommes [MOL., Préf. du Tartuffe.]
Au sens actif, moyen qu'on emploie pour gagner quelqu'un et le déterminer à agir contre son devoir et la justice.
Ses plaintes, ses écrits et la corruption De ceux qu'il crut pouvoir servir sa passion [ROTR., Vencesl. II, 1]
Au sens passif. Ce juge est soupçonné de corruption, d'avoir été corrompu.
Ne parlons pas des corruptions qu'on a honte de se reprocher ; parlons de la lâcheté ou de la licence d'une justice arbitraire qui sans règle et sans maxime se tourne au gré de l'ami puissant [BOSSUET, le Tellier.]
Terme de droit. Le crime du fonctionnaire qui trafique de son autorité, et le crime de ceux qui cherchent à le corrompre.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Rapresseir lo contretenail [réprimer l'opposition] de nostre corruption, et commencier fors à eissir à la connaissance de veriteit [, Job, 488]
    Or vus ai fait ici mult grant digressiun ; Car ne vuoil en l'afaire mettre corruptiun [, Th. le mart. 63]
  • XIIIe s.
    Lors fu e cors e deitez Ensemble sans corricion ; Lors montas à l'ascencion [RUTEB., II, 22]
    En toi ne doit avoir nule corrupcion ; Car tuit sommes et toutes en ta correpcion [J. DE MEUNG, Test. 574]
    Mondes pleins de corruption, Trop est fous qui en toi se fie [, Les vers du monde]
  • XIVe s.
    Car l'air qui estoit nes et purs, Fu ors et vils, noirs et obscurs, Si que de sa corruption Heurent les gens oppinion Que corrompu en devenoient [MACHAULT, p. 72]
    Avec ce fut faicte la dicte delivrance par le dit Jehan pour corruption de deniers qu'il en ot [, Lett. de remission, Bibl. des Ch. 4e série, t. II, p. 59]
    Le nom de prodige [prodigue] en grec signifie perdicion et une maniere de corrupcion de son estre et de sa substance, par quoy il se peut vivre [ORESME, Eth. 103]
    De communication politique sont trois especes ; et les corrupcions ou transgressions de elles sont en nombre equal [ID., ib. 245]
    Tirannie est corrupcion et malvestié ou empirement de monarchie [ID., ib. 246]
    Une lampe de voirre qui devant sa tombe ardoit cheit d'aventure sur le pavement sans nulle corruption [, Chr. de saint Denis, t. I, f° 36, dans LACURNE]
    Crime de corruption, si comme quand aucun officier de justice, sous ombre de son office, par corruption ou autrement juge autre à mort sans cause et laisse celuy qui a deservy mort [BOUTILLIER, Somme rural, titre XXVIII]
  • XVIe s.
    L'un meurt, l'autre revit, et toujours la naissance Par la corruption engendre une autre essence [RONS., Eleg. 19]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. corrupcio ; espagn. corrupcion ; ital. corruzione ; du latin corruptionem (voy. CORROMPRE).

corruption

CORRUPTION. n. f. Altération de la substance d'une chose et Putréfaction qui en résulte. La corruption de la viande. La corruption de l'air. La corruption du sang, des humeurs. Il y a des terres où les corps se conservent longtemps sans corruption.

Il se dit figurément de Toute altération dans les moeurs, dans le langage, le goût. La corruption du siècle. La corruption de la jeunesse. La corruption du coeur. Ces maximes témoignent d'une profonde corruption. Ce mot se dit, par corruption, pour tel autre, est formé de tel autre par corruption, Il n'en est qu'une altération.

Il se dit aussi des Moyens que l'on emploie pour détourner quelqu'un de son devoir, pour l'engager à faire quelque chose contre l'honneur, contre sa conscience. Employer la corruption pour obtenir des suffrages. Corruption électorale. Moyens de corruption. Tentative de corruption. Corruption des témoins. On l'emploie quelquefois dans un sens passif. Le rapporteur du projet a été soupçonné de corruption.

corruption

Corruption, Corruptio, Violatio.

Corruption totale d'aucun membre, Sideratio.

La corruption et ruïne de toute innocence, Labes innocentiae, et ruina.

Par corruption, Corrupte.

Par corruption de dons, Per sordes.

Sans corruption, Inuiolate.

Juger sans corruption, Incorrupte iudicare.

corruption


CORRUPTION, s. f. [Kôrup-cion, en vers, ci-on: 1re lon.] Altération dans les qualités, soit physiques, soit morales. "La corruption de l'air, de la viande, du sang, des humeurs: "La corruption du siècle, de la jeunesse, des moeurs, etc. = On dit qu'un mot se dit par corruption, quand il a été altéré. Ainsi, dans cette phrâse proverbiale: a beau prêcher à qui n'a coeur de bien faire: coeur est mis pour cure, envie.
   Rem. Ce mot se dit quelquefois au pluriel. Il a le sens, tantôt passif, tantôt actif. Tantôt il exprime l'état de celui qui est corrompu. "Le monde avec ses vanités et ses inconstances~, avec cette vicissitude de corruption tantôt secrettes, tantôt visibles. Fléch. D'aûtrefois il exprime l'action de corrompre. Il le menaça de le faire mettre en prison, s'il continuoit à séduire le Peuple par ses libéralités et ses corruptions. Vertot.

Synonymes et Contraires

corruption

nom féminin corruption
1.  État de ce qui pourrit.
2.  Littéraire. Altération de quelque chose.
adultération, dégradation -littéraire: abâtardissement.
3.  Action de pervertir; état de perversion.
épuration, honnêteté, intégrité, moralisation, pureté -littéraire: édification.
Traductions

corruption

corruption, bribery, graft, taintהסתאבות (נ), התקרנפות (נ), סירחון (ז), עשיית עושר ולא במשפט (נ), קלקלה (נ), שוחד (ז), שחיתות (נ), שֹׁחַדbederf, omkoperij, verdorvenheid, corruptie, omkoping, ontaarding, smaak-, taalbederf, verrottingkorupceBestechung, Korruptionsubaĉetokebobrokan, korupsiδιαφθοράкоррупция, порча腐败corruzioneفَسَادkorruptioncorrupciónkorruptiokorupcija腐敗行為타락korrupsjonkorupcjacorrupçãokorruptionการทุจริตyozlaşmasự tham nhũng (kɔʀypsjɔ̃)
nom féminin
fait de donner de l'argent à qqn pour qu'ilfasse qqch d'illégal être accusé de corruption

corruption

[kɔʀypsjɔ̃] nf
(= dépravation) [mœurs] → corruption
(= malhonnêteté) → corruption (= moyen d'action) → bribery
lutter contre la corruption → to fight against corruption
corruption active nf (DROIT)bribery
corruption de fonctionnaire nf (DROIT)bribery of a public official
corruption passive nf (DROIT)acceptance of bribes