corsin


Recherches associées à corsin: cousin

CORSIN

(kor-sin) s. m.
Usurier, négociant en argent. Usité seulement dans cette locution : enlever quelqu'un comme un corsin, l'enlever de vive force, sans qu'il ait le moyen de résister. On écrit d'ordinaire : enlever comme un corps saint (voy. CORPS) ; mais l'enlèvement d'un corps saint, se faisant avec solennité, ne convient pas au sens de la locution, tandis que l'enlèvement d'un corsin (les Lombards et hommes d'argent étaient, dans le moyen âge, exposés à de fréquentes violences) y répond.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Malabaille corssin [banquier] de Bourc [DU CANGE, caorcini.]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat. caorcini, caturcini, caursini, cawarsini, corsini, marchands italiens qui faisaient le commerce d'argent ; provenç. chaorcin, usurier ; de cadurcinus, habitant de Cahors, ville où les marchands italiens avaient propagé leur commerce, ou plutôt de Caorsa, ville du Piémont, comme paraissent l'indiquer la locution conjointe Lombardi et Caorcini et les vers cités dans du Cange : Usurier de Chaorse ; et Li Sathanas m'i engenra, Et de illuec il m'aporta à Chaourse où on me nourri. Chaorse, Chaourse reproduit bien plutôt Caorsa que Cahors. Quant aux vers de Dante. Enfer, XI, 49 : E però lo minor giron suggella Del segno suo e Sodomma e Caorsa ; Caorsa peut aussi bien se rapporter à Caorsa qu'à Cahors.