cotillon

cotillon

n.m. [ de cotte ]
1. Farandole ou sarabande joyeuse qui termine une soirée dansante.
2. Anc. Jupon porté surtout par les paysannes.

cotillons

n.m. pl.
Confettis, serpentins, etc., utilisés au cours d'une fête ou d'un bal (on dit aussi accessoires de cotillon).

COTILLON

(ko-ti-llon, ll mouillées, et non ko-tiyon) s. m.
Cotte ou jupe de dessous. Cotillon de serge.
Cette fille Qui frétille N'a pourtant qu'un cotillon [BÉRANG., Frétill.]
Fig. et familièrement. Aimer le cotillon, être adonné aux grisettes, aimer les femmes. Général du cotillon, s'est dit, dans le XVIIIe siècle, par plaisanterie, des généraux faits par l'influence de la maîtresse du roi.
Jupon des paysannes.
Et voilà pour t'avoir, Georgette, un cotillon [MOL., École des f. IV, 4]
Légère et court-vêtue, elle allait à grands pas, Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile, Cotillon simple et souliers plats [LA FONT., Fabl. VII, 10]
Certaine nièce assez proprette Et sa chambrière Pâquette Devaient avoir des cotillons [ID., Fabl. VII, 11]
Sorte de branle, où la danse est fréquemment interrompue par de petites actions partielles et ridicules, comme de ramasser un chapeau par terre avec les dents sans y mettre les mains, d'allumer un papier attaché au dos de quelqu'un qui remue sans cesse pour qu'on ne l'allume pas, etc. Le cotillon ne se danse qu'à la fin des bals. Danser un cotillon. Le cotillon se danse à autant de personnes que l'on veut. Air pour cette danse. Autrefois, danse à quatre ou huit personnes, chacun faisant son personnage à son tour ; et, aussi, nom de la contre-danse anglaise ou country-dance (voy. CONTRE-DANSE 2).
Je veux que nous dansions ensemble le rigaudon, la chasse, les cotillons, la jalousie et toutes les autres danses nouvelles [REGNARD, Critique du lég. sc. 8]
Au jeu de la guinguette. Remuer le cotillon, mêler le talon, et y prendre une carte en échange de celle qu'on a écartée.

REMARQUE

  • Comme on écrit cotte, il faudrait, pour être conséquent, écrire cottillon.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Avecques sa cotte laisser sa honte, et la reprendre avecques son cottillon [MONT., I, 96]

ÉTYMOLOGIE

  • Diminutif de cotte. L'ancien français avait un autre diminutif, c'est cotele.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    COTILLON.
    Ajoutez :
    Pourquoi, lui dis-je [à l'archevêque de Paris, Noailles], ne manquent elles de rien [les religieuses de Port-Royal] ? Parce que des personnes comme moi vendent leur cotillon plutôt que de les laisser manquer de quelque chose [, Mlle de Joncoux, dans STE-BEUVE, Port-Royal, t. VI, p. 279, 3e éd.]

COTILLON2

(ko-ti-llon, ll mouillées) s. m.
Petit sabot (Haute-Marne).
Les dernières billes sont réservées pour les cotillons, c'est-à-dire pour les sabots des petits enfants [A. THEURIET, Rev. des Deux-Mondes, 1er oct. 1874, p. 577]

cotillon

COTILLON. n. m. Cotte ou jupe de dessous. Il se dit plus particulièrement du Jupon des femmes du peuple et des paysannes.

Fig. et pop., Courir le cotillon, Rechercher les femmes de condition inférieure.

Il se dit aujourd'hui d'une Danse avec figures variées qui termine certains bals. Danser, conduire, mener le cotillon.

cotillon


COTILLON, s. m. [Koti-glion; mouillez les ll.] Cotte ou Jupe de dessous. Il ne se dit qu'en parlant des femmes de basse condition. L. T. L'Acad. n'en distingue point l'usage. Jupon est plus noble. — Aimer le cotillon, être adoné aux Grisettes.

Traductions

cotillon

Kotillon, Kotillonartikel