coué

(Mot repris de couée)

couë

Couë, f. penac. Est proprement le derriere d'une beste qui passe outre le corps, Cauda, dont il est prins: mais n'est usité en la pluspart des provinces de France, combien qu'icelles mesmes provinces usent de ce composé Escoué, Cauda priuatus, et de ce simple Coué, au genre mascul. acut. Caudatus, cauda praeditus. Ains usent du mot de Queuë pour le mesme, et selon ce on dit la queuë d'un chien, cheval, mouton, oyseau. Et par metaphore, pour le derriere de plusieurs choses, comme la queuë du chapperon de la robbe, d'une armée. Et à la queue d'un propos, et estre à la queue d'aucuns, c'est à la fin d'un propos, et derriere quelqu'un. L'Italien dit Coda, et l'Espagnol Cola.

coué

Coué, m. acut. Celuy qui a queuë, Caudatus, Cauda praeditus, Anglois coué, Anglus caudatus. Lequel sobriquet est donné à celle nation, parce que (comme Nicole Gilles escrit en la vie du Roy Clotaire II.) l'an cinq cents quatre vingts dix-neuf, à Saint Augustin, que le Pape Gregoire avoit envoyé en Angleterre, pour y prescher l'Evangile, par ceux du païs de Dorocestre furent par mocquerie attachées à ses habillements des reynetes ou grenoüilles. Dont par punition Divine ceux qui despuis sont nez en celle province de Dorocestre, ont une queue par derriere, et sont appelez Anglois coüez. Mais les histoires ny d'Angleterre, ny la chronique dudit Pape Gregoire premier de ce nom, ny la legende dudit Saint Augustin, n'en parlent aucunement. Et Polydore Virgile au 4. li. de son histoire Angloise, dit que Saint Augustin et Miletus (ou Melitus, comme dit Platine) tous deux Moynes, envoyez par sa Saincteté pardevers Athelbert Roy en partie d'Angleterre, executerent paisiblement leur Legation.

Traductions

coué

Coué

Coué

[kwe] n
la méthode Coué → autosuggestion