couardise

couardise

n.f.
Litt. Caractère ou action d'un couard lâcheté, peur, poltronnerie ; bravoure, courage

COUARDISE

(kou-ar-di-z') s. f.
Poltronnerie, lâcheté.
Ma couardise est extrême D'avoir eu le moindre effroi [LA FONT., l'Amour mouillé.]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Onques n'aimai cuard ne cuardie [, Ch. de Rol. CXII]
    Home qui fasse cuardie [, ib. CLXX]
  • XIIe s.
    Que par lui soit coardie pensée [, Ronc. p. 132]
  • XIIIe s.
    Et [elle] fu mere Rolant, qui fu sans couardie [, Berte, CXLIV]
    Et toutes ces coses qu'il lairoit à fere par couardise [BEAUMANOIR, 20]
  • XIVe s.
    Et en celui qui est fort, ire, couardie, hardiesse ne font nulle rebellion contre raison ou peu [ORESME, Eth. 32]
    Fortitude est plus contraire à couardise que à trop grant hardiesse [ID., ib. 53]
  • XVe s.
    Et dirai partout où je irai, qu'il m'aura refusé par couardise une jouste de fer de lance [le sire de Langurant défiant au combat le capitaine de Carvilac] [FROISS., II, II, 43, XVIe s.]
    Tant se tourmenter de la mort, c'est grande foiblesse et couardise [CHARRON, Sagesse, p. 358, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Couard ; provenç. coardia ; espagn. cobardia ; ital. codardia.

couardise

COUARDISE. n. f. Caractère de celui qui est couard. Il a fait preuve d'une pitoyable couardise.

couardise

Couardise, f. penac. Ignauia timiditas. L'Espagnol dit Covardia.

Synonymes et Contraires

couardise

nom féminin couardise
Littéraire. Attitude lâche.
lâcheté, poltronnerie -littéraire: pleutrerie, pusillanimité.