couchant, ante

COUCHANT, ANTE

(kou-chan, chan-t') adj.
Qui se couche ; mot qui ne se dit guère qu'avec chien et soleil. Chien couchant, chien d'arrêt, qui se baisse quand il sent le gibier.
On dresse les chiens couchants en telle sorte que.... [DESC., Pass. I, 50]
Contades était un gentilhomme d'Anjou dont le père était connu du roi par plusieurs présents de chiennes couchantes fort belles et fort bien dressées [SAINT-SIMON, 160, 103]
Fig. Faire le chien couchant auprès de quelqu'un, tâcher de capter sa bienveillance par de basses soumissions.
Quand il m'est inutile, il fait le chien couchant [MOL., l'Étour. IV, 2]
Soleil couchant, qui est près de disparaître sous l'horizon. Fig.
Huet, Fontenelle ont écrit à quatre-vingts ans ; il y a de très beaux soleils couchants [VOLT., Lett. Hénault, 7 sept. 1768]
On adore plutôt le soleil levant que le soleil couchant, on flatte plutôt la puissance à son début qu'à son déclin.
S. m. L'occident.
Du levant au couchant, du More jusqu'au Scythe, Les peuples vanteront et Bérénice et Tite [CORN., Tite et Bérén. V, 5]
Du zèle qui pour toi [Dieu] l'enflamme et le dévore, La chaleur se répand du couchant à l'aurore [RAC., Esth. Prol.]
Embrasez par nos mains le couchant et l'aurore [en y portant la guerre par nos mains] [ID., Mithr. III, 1]
La Lusitanie est terminée au couchant par l'Océan, au nord par le fleuve Durius [le Duero] [ROLLIN, Histoire anc. Œuvres, t. I, p. 243]
Fig. et poétiquement. Vieillesse, déclin.
En cet âge penchant Où mon peu de lumière est si près du couchant [MALH., VI, 31]
.... Suffisamment instruit Que le plus beau couchant est voisin de la nuit [LA FONT., Poésies mêlées, Disc. à Mme de la Sablière.]
Sur mon couchant enfin ma débile paupière Me ménage avec soin ce reste de lumière [ROTROU, Vencesl. IV, 4]
Tout passé qu'est le roi dans un âge penchant, Son fils par caractère est plus près du couchant [MAIR., Soliman, I, 1]
Tant de choses éclatantes ont eu leur orient et leur couchant [VOLT., Louis XIV, 19]

ÉTYMOLOGIE

  • Coucher.