couche


Recherches associées à couche: couche d'ozone, fausse couche

1. couche

n.f. [ de coucher ]
1. Litt. Endroit préparé pour se coucher ; lit : Une couche nuptiale.
2. Disposition d'éléments superposés : Les couches supérieures de l'épiderme strate
3. Étendue uniforme d'une substance appliquée sur une surface : Passer plusieurs couches de peinture épaisseur
4. Linge absorbant ou garniture à usage unique placée entre les jambes d'un nourrisson pour absorber les déjections.
5. (Souvent au pl.) Ensemble de personnes présentant une certaine homogénéité sociale : Les couches moyennes catégorie, classe
En tenir une couche,
Fam. être très stupide, borné.

2. couche

n.f. [ du moyen fr. coucher, accoucher ]
Fausse couche,
Fam. avortement spontané.

couches

n.f. pl.
État d'une femme qui accouche ou qui vient d'accoucher : Une femme en couches.
Retour de couches,
première menstruation après l'accouchement.

COUCHE

(kou-ch') s. f.
Lit, dans le style poétique et soutenu.
Qui vous a si matin tiré de votre couche ? [ROTROU, Vencesl. IV, 4]
Son sang à gros bouillons sur cette couche verte [lit de gazon].... [CORN., Rodog. V, 4]
L'aurore matinale Vient frapper de ses feux la couche nuptiale [DELILLE, Trois règnes, VI]
Sur sa couche de mort il vit pour sa famille, Sent tomber sur son cœur les larmes de sa fille [ID., ib. VIII]
À ces mots, sur sa couche imprimant son visage [ID., Énéide, IV]
Si, par nous abrité, Il s'endort sur la couche De l'hospitalité [BÉRANG., Exilé.]
Souiller la couche, abuser de la femme de quelqu'un.
Volage adorateur de mille objets divers, Qui va du dieu des morts déshonorer la couche [RAC., Phèd. II, 5]
Souiller la couche, se dit aussi de la femme qui manque à la fidélité conjugale. Familièrement. Bois de lit. Couche de bois de noyer.
Mariage. Les fruits de sa couche, ses enfants. Dieu a béni leur couche, leur a donné des enfants.
Les dieux ne montrent point que sa vertu les touche ; D'aucun gage, Narcisse, ils n'honorent sa couche ; l'Empire vainement demande un héritier [RAC., Brit. II, 8]
Et jouir de la couche et des embrassements D'un homme qui fuyait tous ces engagements [MOL., École des f. III, 2]
Linge dont on enveloppe les petits enfants. Une douzaine de couches.
Enfantement. Être en couche, être dans le travail de l'enfantement et aussi être dans l'état qui suit l'enfantement. Relever de couche, se dit du rétablissement de la santé après l'enfantement.
Il arrive tant d'accidents aux femmes en couche [SÉV., 101]
Il m'a mandé l'heureuse couche de sa femme [ID., 219]
Je sais bien que vous êtes en couche [ID., 259]
La première personne qui vient au-devant de lui [pèlerin], c'est sa femme relevée de couches [CHATEAUB., Génie, III, V, 6]
On dit également couche au singulier et au pluriel pour indiquer un seul enfantement. Les couches de cette femme ont été heureuses. Faire ses couches. Fausse couche, expulsion du produit de la conception qui survient avant le terme de la viabilité du fœtus.
Il craint que cette émotion ne lui cause une fausse couche [SÉV., 20]
Fig. Fausse couche, avortement.
La raison a fait bien des fausses couches avant de mettre ces deux enfants au jour [VOLT., Roi de Prusse, 164]
Les lochies sont vulgairement appelées suites de couches. Suite de couches, se dit aussi des maladies ou indispositions qui suivent les couches. Les couches de la Vierge, dévotion à la Vierge où on lui chante des saluts neuf jours avant Noël.
Terme de jardinage. Préparation de parallélogrammes larges et épais de plusieurs décimètres, formés de fumier, de feuilles, de mousses ou de toutes autres matières fermentescibles, susceptibles de s'échauffer et de conserver leur chaleur pendant un certain temps.
Nous vîmes briller si pompeusement tous les trésors de la Hollande [des tulipes] sur quatre couches de fumier.... [J. J. ROUSS., Hél. IV, 11]
Couche chaude, celle qui se fait avec du fumier de cheval dans son premier feu, ou peu de temps après sa sortie de l'écurie ; elle fournit une chaleur élevée, mais qui baisse rapidement si on ne la ranime avec des réchauds ou bourrelets de fumier chaud renouvelé souvent. Couche tiède, celle qui se fait avec du fumier de cheval, de vache et des feuilles, le tout bien mélangé ; la chaleur en est moins forte que celle de la couche chaude, mais elle se prolonge plus longtemps. Ces deux couches se chargent avec du terreau pur ou une terre mélangée, par quart ou par moitié, de terreau, suivant le temps que doivent y rester les plantes. Couche sourde, celle qu'on établit dans une tranchée creusée en terre et à laquelle on donne une forme bombée en dessus, recouverte entièrement d'une terre ameublie et mélangée de terreau. Les couches sourdes sont maintenues chaudes par un bourrelet épais de fumier chaud et sec mis dans les sentiers qui les bordent.
Se dit des choses qu'on met par lits, surtout des fruits, de certains aliments, de certains médicaments, etc. Une couche de beurre, de confitures. Une couche de lard. Arranger différentes choses par couches.
Lame ou lit de substances qui ont, relativement, de l'étendue et peu d'épaisseur.
Comme les différentes couches de l'atmosphère sont capables de dilatation et de compression [D'ALEMB., Œuvres, t. XIV, p. 29, dans POUGENS]
Couches géologiques, lits de substances terreuses ou pierreuses. Couches de Purbeck, assise inférieure du terrain wealdien. Couches de Weymouth, calcaires marneux alternant avec des marnes et appartenant à l'étage supérieur du terrain jurassique.
Dans mon ouvrage sur les ossements fossiles, je me suis proposé de reconnaître à quels animaux appartiennent les débris osseux dont les couches superficielles du globe sont remplies [CUVIER, Révolut. p. 7]
Terme de maçonnerie. Substance étendue qu'on applique sur une autre pour la couvrir. Revêtir un mur d'une couche de plâtre. Terme de paveur. Sable qu'on répand avant ou après un pavage. Terme de doreur. Feuille d'or ou d'argent qu'on laisse sur l'objet qu'on veut dorer ou argenter. Terme de botanique et d'anatomie. Portion de tissu disposée en lame plus ou moins épaisse. Couches ligneuses. Couche musculaire.
Terme de peinture. Enduit. Donner trois couches de blanc à l'huile. Couche de teinte, la dernière couche de peinture. Fig.
Madame, farouche et particulière, avec sa couche de gloire, n'en voulut pas faire plus que Mme la Dauphine [SAINT-SIMON, 129, 172]
Très populairement. Avoir ou se donner une couche, une belle couche, sa petite couche, se griser. Fig.
Trop de peuples, trop de ravages se succédèrent ; trop de couches de barbarie furent données coup sur coup, avant que les premières eussent le temps de disparaître et de céder à la force des sciences romaines [TURGOT, 2e disc. en Sorbonne.]
À certains jeux, l'enjeu qu'on met sur une carte. La moindre couche était de 20 francs. Tant de couche et de belle, se dit pour avertir qu'on met tant sur la carte et que celui qui est pris pave tant à ceux qui ont encore leurs cartes.
10° Terme militaire. Couche de fusil, disposition plus ou moins courbée d'une crosse. Plaque de couche, semelle de la crosse.
11° Toile dans laquelle on met le pain pour le faire lever.
12° Terme de brasseur. Disposition du grain dans le germoir, en un tas carré, avant la fabrication de la bière.
13° Terme de charpente. Pièce de bois pour supporter des étais ou pour retenir des terres.
14° S. f. plur.Terme de marine. Assemblage de pièces qui entrent dans la composition d'un mât.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Il de terre levad, e sur une culche s'assist [, Rois, 111]
    En sa culche dormeit [, ib. 158]
  • XIIIe s.
    Un grant tapis d'ovre [œuvre] entaillé Sur la cuche [il] jeta e mist [, Lai del desiré]
    Neis [même] au soir, quant ge me couche, Ains que vous reçoive en ma couche ; Si cum prodons fait sa moillier [, la Rose, 8904]
    Sor tex [telles] couches cum ge devise, Sans rapine et sans convoitise, S'entre acoloient et baisoient Cil cui li geu d'amors plaisoient [, ib. 8469]
    De ta fille [Jésus] feïs ta mere ; Tiex fu la volonté du pere ; De la creche te fit-on coche, Sans orguel est qui là se couche [RUTEB., II, 20]
    Loing [elle] trova de son hospital Une femme qui aloit mal ; La bone dame fist la couche, Dedenz une granche l'acouche, L enfant receut et en fut baille [ID., II, 203]
    Et assemblé sunt [les animaux], et en leur colche seront raloé [, Psautier, f° 125]
  • XVe s.
    Et douce main pour remuer Le pacient et le ruer Doucement en lit ou en couche [EUST. DESCH., Poésies mss. f° 420, dans LACURNE]
    À deux coups ay perdu six francs ; Pour autres six voulez-vous bien ? Couche, je ne refuse rien [ID., ib. f° 375]
    Porté fu le roy de sa couche en son lit [CHRIST. DE PISAN, Charles V, III, ch. 71]
  • XVIe s.
    Couche [enjeu] [J. MAROT, t. V, p. 108]
    Ils dormoyent à terre sans lict ne couche [CALVIN, Instit. 1013]
    L'enfant sera puis enveloppé en une couche ou linge [PARÉ, XVI, 37]
    Nous diviserons le potager par planches, couches, quarreaux, vazes, diversement nommés [O. DE SERRES, 505]
    La hauteur de la couche [à melons], appellée couvoir, montera jusques à deux ou trois pieds sur terre [ID., 543]
    La couche nuptiale [MONT., I, 97]
    Il requit les dieux que tout ce qu'il toucheroit se convertist en or.... son vin feut or, son pain or et la plume de sa couche [ID., II, 339]
    De quelle espece d'animaulx a jamais nature tant honoré les couches, la naissance et l'enfantement [il s'agit des alcyons pour qui la mer devient calme] ? [ID., II, 197]
    En quaresme sont toutes maladies semées, c'est la vraye pepiniere, la naïfve couche de tous maulx [RAB., Pant. V, 29]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. colga (voy. COUCHER).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • COUCHE. - HIST. Ajoutez :
  • XIVe s. [Au sens de lit de terre ou de pierre.]
    Les gemmes qui lor nessance ont Es couches dom el tretes sont [MACÉ, Bible en vers, f° 141, 1re col. verso]

couche

COUCHE. n. f. Lit. Il est principalement d'usage en poésie et dans le style soutenu. Partager la couche de quelqu'un. La même couche les reçut tous deux. La couche nuptiale. Couche funèbre.

Fig., Souiller, déshonorer la couche de quelqu'un, Abuser de la femme de quelqu'un.

Fig., Dieu a béni leur couche, Beaucoup d'enfants sont nés de leur mariage.

Il désigne aussi le Temps pendant lequel une femme demeure au lit à cause de l'enfantement, et, dans ce sens, on l'emploie surtout au pluriel. Femme en couches. Cette femme est morte en couches. Elle fit ses couches en tel endroit. Elle est relevée de couches.

Il se dit, par extension, de l'Enfantement même et de ses suites. Couches heureuses, laborieuses. C'est une fâcheuse suite de couches.

Fausse couche, Couche avant terme, avortement. Cette femme a fait une fausse couche. Elle est malade d'une fausse couche.

Il se dit encore des Linges dont on enveloppe les petits enfants. On a donné à la nourrice une douzaine de couches. Changer un enfant de couches.

En termes de Jardinage, il se dit des Planches relevées, et faites ordinairement de fumier mêlé avec de la terre, pour semer certaines fleurs ou certains légumes. Faire des couches. Couche de fumier, de tan, etc. Venir sur couche. Melons sur couche. Champignons de couche. Garantir les couches avec des paillassons et des brise-vent. Châssis de couche.

Couche sourde, Celle qui ne s'élève point au-dessus de la superficie de la terre.

Il se dit aussi de Toute substance qui est étendue, appliquée sur une autre, de manière à la couvrir. Revêtir un mur d'une couche de plâtre, de mortier. Couche épaisse. Étendre une couche sur une autre. Le lit de ce canal est formé de plusieurs couches de ciment.

Il se dit particulièrement des Enduits qu'on fait avec des couleurs ou des métaux pour peindre, bronzer ou dorer. Une couche de peinture, de vernis. Donner ou passer trois couches de blanc à l'huile, en détrempe. Absolument, Peindre à une couche, à deux couches, Donner une, deux couches de peinture.

Il se dit encore des Choses qui sont disposées par lits. Il faut mettre une couche de fraises, puis une couche de groseilles, puis une couche de sucre. Couche de sable, de gazon. On dit aussi, par extension, Couches de l'atmosphère. Les couches de l'Océan.

Il se dit également, en termes de Géologie, des Différents lits qui composent un terrain. Une couche de sable, de craie, de houille, de grès, etc. La direction et l'étendue des couches sont très variables. Couche horizontale. Couche inclinée. Couches parallèles.

En termes de Botanique, Couches ligneuses, Cercles des écorces superposées dont se compose le tronc d'un arbre et qui forment l'aubier Le nombre des couches ligneuses est ordinairement le même que celui des années de l'arbre. On appelle aussi Couches corticales les Feuillets, ordinairement peu distincts, qui forment la partie intérieure de l'écorce d'un arbre.

Arbre de couche. Voyez ARBRE.

couche

Couche, f. penac. Est ores le bois d'un lict, Lectus, Cubile. Ores une esleveure de terre et fiens meslés, en quarré, que les Jardiniers font pour y faire lever les graines venuës des païs chauds, comme de melons, courges et autres, Puluinus, Puluinulus. Ores est l'argent qui est mis par l'un des joüeurs, ou de dez, ou de cartes, sur lequel argent l'autre joüeur est contraint de joüer, ou quitter les dez et la carte.

couche


COUCHE, s. f. [2e e muet.] 1°. Au propre, lit, mais on ne s'en sert que dans le style poétique ou oratoire; souiller la couche de... ou la couche nuptiale; abuser d'une femme mariée. = 2°. Couche signifie enfantement, heureuse couche, fausse couche. Il signifie aussi le temps qu'une femme demeure au lit après l'acouchement. Ses couches ont été heureuses: elle a fait ses couches ici: pendant ses couches: elle est en couche. — Dans ce dernier sens, il ne se dit qu'au pluriel, excepté avec la prép. en, et dans cette phrâse, relever de couche. = 3°. Linges dont on envelope les petits enfans. "Changer de couches à un enfant. = 4°. En termes de jardinage, planches relevées pour y semer des graines. "Semer sur couche. = 5°. Enduit avec des couleurs ou des métaux, pour peindre, bronzer ou dorer. "Doner une première couche, plusieurs couches. = 6°. À~ certains jeux, ce que l'on met sur une carte. "La moindre couche est de six francs, la plus forte de deux louis.

Synonymes et Contraires

couche

nom féminin couche
1.  Chacune des divisions d'un objet.
2.  Amas d'éléments répandus sur le sol.
lit -littéraire: jonchée, tapis.
Traductions

couche

Windel, Schicht, Scheibe, Ebene, Lagelayer, nappy, coat, covering, diaper, napkin, coatinglaag, luier, bed, pak, bank, bedding, bodemlaag, mestbed, rang, sponde, standיצוע (ז), מיטה (נ), מרבד (ז), משכב (ז), נדבך (ז), ערש (ז), רבץ (ז), רובד (ז), שכבה (נ), עֶרֶשׂ, רֹבֶד, רֵבֶץ, מִטָּה, יָצוּעַحفاظة, حِفَاظُ الطِّفْل, طَبَقَةٌplenka, vrstvaπάνα, στρώμα, αποβολή, λοχεία, στρώσηkuŝejo, vindotukopañal, capamähevaippa, kerrospelene, pelena, slojpelenkapannolino, strato, pannolini, coltre, covaccio, covacciolo, mano御襁褓, おむつ, 層기저귀, 층sauskelnėsautiņšbleie, belegg, lagpieluszka, pielucha, warstwafralda, camadascutecподгузнике, подгузник, слойplienkablöja, lagerผ้าอ้อม, ชั้น, ผ้าอ้อมเด็กрушнишок纸尿布, 尿片, ble, lagbebek bezi, katmantã, tầngслой (kuʃ)
nom féminin
1. ce avec quoi on enveloppe les fesses d'un bébé changer la couche d'un bébé
2. matière qui est sur une surface passer une couche de peinture sur un mur étaler une couche de beurre sur du pain

couche

[kuʃ]
nf
(= strate) → layer (GÉOLOGIE)layer, stratum
[peinture, vernis] → coat
[poussière, crème] → layer
en tenir une couche (fig) → to be as thick as two short planks
[bébé] → nappy (Grande-Bretagne), diaper (USA)
couche jetable → disposable nappy
(littéraire, humoristique) (= lit) → bed
partager la couche de qn → to share sb's bed couches
nfpl
(= enfantement) → confinement sg
mourir en couches → to die in childbirth
(= strates sociales) couches sociales → social levels, social strata
les couches moyennes → the middle classes
les couches populaires → the working classes