coulé, ée

COULÉ, ÉE1

(kou-lé, lée) part. passé.
Introduit en coulant. Du plomb coulé dans les creux.
Les esprits coulés dans les muscles par les nerfs répandus dans tous les membres font le mouvement [BOSSUET, Connaiss. II, 6]
Terme d'architecture. Fermé avec du plomb fondu. Ces joints sont mal coulés.
Coulé à fond, ou, simplement, coulé, enfoncé au fond de l'eau. Le navire coulé par une bordée d'artillerie. Familièrement. C'est un homme coulé, il est perdu, ruiné. Question coulée, coulée à fond, question épuisée.
Glissé furtivement. Quelques pistoles coulées adroitement dans sa main. Un mot important coulé dans l'oreille.
Terme de gravure. Traits coulés, tailles coulées, traits, tailles qui suivent avec aisance la direction d'un contour.
Qui n'a pas noué, en parlant des fleurs et des boutons à fruit des plantes. Fleurs coulées. Fruits coulés. Blé coulé.