coulis

1. coulis

[ kuli] n.m. [ de couler ]
Sauce obtenue à partir de divers aliments réduits en purée : Un coulis de tomates. Nougat au coulis de framboises.

2. coulis

adj. m. [ de couler ]
Vent coulis,
vent, courant d'air qui se glisse à travers une fente.

coulis

(kuli)
nom masculin
cuisine sauce de fruits ou de légumes gâteau servi avec un coulis de framboises

COULIS1

(kou-li) s. m.
Terme de cuisine. Suc d'une substance consommée par une cuisson lente. Coulis de perdrix, de pois.
Elle avalait, en se couchant, d'excellents coulis [LESAGE, Gil Blas, II, 1]
Coulis d'écrevisses, purée obtenue en pilant les écrevisses.
Deux dindonneaux au coulis d'écrevisses [VOLT., Taureau, 6]
Terme de maçon. Plâtre ou mortier gâché assez clair pour couler entre les joints qu'il est destiné à garnir. Métal fondu qu'on coule dans les joints.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et se mengier l'estuet par foiblece, si menguce [qu'il mange] coleis et oef mau [mou] [ALEBRANT, f° 28]
  • XIVe s.
    Coulis d'un poulet : cuisiez le poulet tant que.... [, Ménagier, II, 5]
  • XVe s.
    Et luy fut mis des coullis en la bouche [de Charles VII qui ne vouloit plus manger de lui-même, craignant qu'on ne l'empoisonnât] [COMM., VI, 7]
  • XVIe s.
    Bouillons et coulis humectans [PARÉ, VII, 10]
    Espais comme un coulis d'orge mondé [ID., XVIII, 68]
    La nuit ne faut estre degarni de quelques bons pressis et bouillons, lesquels sont plus à louer que les coulis, à cause qu'ils [les coulis] sont trop espais, font obstruction aux veines mesaraïques et capillaires du foye [ID., XXIV, 22]

ÉTYMOLOGIE

  • Couler (voy. COULIS 2).

COULIS2

(kou-lî) adj. m.
Vent coulis, vent qui coule, c'est-à-dire qui se glisse à travers les petites ouvertures, les fentes, etc.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et les entrées estoient bien garnies de bares couleïces [, Chr. de Rains, 205]
    Et mangoniaus de maintes guises, Et bones portes coleïces [, Ren. 18223]
  • XVe s.
    Et le premier char passa avant et s'arresta sous la porte coulisse [FROISS., II, II, 221]
    On doict mectre es portes des chasteaulx et villes, portes colices [herses] et anneaulx de fer [CHRIST. DE PISAN, Charles V, II, ch. 36]
  • XVIe s.
    Pour les malades, ilz usent de vent couliz, comme de couliz on nourrit les malades de nostre pays [RAB., Pant. IV, 43]
    Il avoit ordonné de faire faire à la porte du parc, sous une grande voute, deux ou trois herses coulisses [M. DU BELL., 113]
    Un vent coulis me donna tellement contre une hanche, que.... [PARÉ, VIII, 41]
    Aucuns font des huis coulis, lesquelles avec une longue corde haussent et baissent, du bas du colombier [O. DE SERRES, 390]
    Je la voulois atoucher en cachette Par le coulis [action de couler, de glisser] d'une secrette main Dedans son lit.... [PASQUIER, Œuvres mêlées, p. 377, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. coladitz, coulant ; du latin colare, couler (voy. ce mot). L'ancienne forme est couleïs, et suppose un adjectif colaticius.

coulis

COULIS, ISSE. adj. Qui coule. Il n'est plus usité que dans cette locution, Vent coulis, Vent qui coule, qui se glisse au travers des fentes et des trous. Il vient un vent coulis par cette porte. Je sens un vent coulis qui me donne sur l'épaule. Les vents coulis sont dangereux.

Il est surtout employé comme nom et désigne spécialement, en termes de Cuisine le Suc d'un aliment consommé à force de cuire passé par une étamine, un linge, etc. Coulis d'écrevisses.

Il se dit aussi, en termes de Construction, du Plâtre, du mortier gâché ou du métal fondu qu'on fait couler dans des joints pour les garnir.

coulis

Coulis, C'est une esprainte de chappon ou autre chair boulie à outrance, coulée avec le boüillon qu'on baille aux malades, Expressio iuris per lintea. Plin. lib. 28. cap. 9.

coulis


COULIS, s. m. [Kou-li, et devant une voyelle, kou-liz.] suc d'une viande, légume, etc. consomé à force de cuire, passé par une étamine, par un linge. Coulis de jambon, de chapon, de perdrix, de pois, etc.
   COULIS, est adj. m. dans cette expression: vent coulis, qui se glisse à travers des fentes et des trous. Il vient un vent coulis par cette porte; les vents coulis sont dangereux.

Traductions