couper

(Mot repris de coupâtes)

couper

[ kupe] v.t. [ de coup, au sens propre « diviser d'un coup » ]
1. Diviser, enlever une partie avec un instrument tranchant : Couper du pain. Couper un rôti en fines tranches trancher raccourcir faucher
2. Retrancher un organe, un membre : Il a fallu couper son doigt écrasé amputer le décapiter castrer, châtrer
3. Tailler de l'étoffe d'après un patron : Couper une jupe.
4. Faire une entaille, blesser : L'éclat de verre lui a coupé le doigt entailler, entamer
5. Retrancher une partie d'un ensemble ; opérer des coupures : La séquence dont vous parlez a été coupée au montage ôter, supprimer écourter
6. Interrompre, rompre une continuité : Couper une communication téléphonique. Ils l'ont laissé parler sans le couper lui couper la parole fermer
7. Faire cesser, interrompre une sensation, un phénomène : Un médicament pour couper la faim, la fièvre. Ce spectacle m'a coupé l'appétit. Le choc lui a coupé le souffle.
8. Passer au milieu de : Le fleuve coupe la ville en deux diviser, séparer croiser
9. Mettre à l'écart, séparer : Il l'a coupée de tous ses amis isoler
10. Mélanger un liquide avec un autre ; faire un coupage : Couper du vin. Le fermier est accusé de couper son lait d'y ajouter de l'eau
11. Faire deux paquets avec un jeu de cartes ; prendre le pli avec de l'atout : C'est à toi de couper et à moi de distribuer. Mon adversaire coupe les trèfles.
À couper au couteau,
très épais : Un brouillard à couper au couteau.
Couper la parole à qqn,
l'interrompre quand il parle.
Couper les vivres à qqn,
cesser de l'entretenir, ne plus lui donner d'argent.
Donner sa main ou sa tête à couper,
affirmer qqch catégoriquement.
v.t. ind. (à)
Fam. Échapper à qqch : En arrivant en retard, tu as coupé au discours inaugural éviter
Couper court à
v.i.
1. Être tranchant : Ce couteau coupe bien.
2. S'interrompre ; être interrompu : Nous parlions au téléphone et soudain, ça a coupé.
3. Aller directement : Nous avons coupé à travers champs.

se couper

v.pr.
1. Se faire une coupure avec un instrument tranchant : Se couper à la jambe. Ils se sont coupés en épluchant les légumes.
2. Se croiser : Deux droites qui se coupent.
3. S'isoler : Il s'est volontairement coupé du monde se retrancher
4. Fam. Se contredire ; se trahir : Elle s'est coupée dans ses réponses.
Se couper (+ n. désignant une partie du corps),
se l'entailler : Elle s'est coupé le doigt.

couper


Participe passé: coupé
Gérondif: coupant

Indicatif présent
je coupe
tu coupes
il/elle coupe
nous coupons
vous coupez
ils/elles coupent
Passé simple
je coupai
tu coupas
il/elle coupa
nous coupâmes
vous coupâtes
ils/elles coupèrent
Imparfait
je coupais
tu coupais
il/elle coupait
nous coupions
vous coupiez
ils/elles coupaient
Futur
je couperai
tu couperas
il/elle coupera
nous couperons
vous couperez
ils/elles couperont
Conditionnel présent
je couperais
tu couperais
il/elle couperait
nous couperions
vous couperiez
ils/elles couperaient
Subjonctif imparfait
je coupasse
tu coupasses
il/elle coupât
nous coupassions
vous coupassiez
ils/elles coupassent
Subjonctif présent
je coupe
tu coupes
il/elle coupe
nous coupions
vous coupiez
ils/elles coupent
Impératif
coupe (tu)
coupons (nous)
coupez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais coupé
tu avais coupé
il/elle avait coupé
nous avions coupé
vous aviez coupé
ils/elles avaient coupé
Futur antérieur
j'aurai coupé
tu auras coupé
il/elle aura coupé
nous aurons coupé
vous aurez coupé
ils/elles auront coupé
Passé composé
j'ai coupé
tu as coupé
il/elle a coupé
nous avons coupé
vous avez coupé
ils/elles ont coupé
Conditionnel passé
j'aurais coupé
tu aurais coupé
il/elle aurait coupé
nous aurions coupé
vous auriez coupé
ils/elles auraient coupé
Passé antérieur
j'eus coupé
tu eus coupé
il/elle eut coupé
nous eûmes coupé
vous eûtes coupé
ils/elles eurent coupé
Subjonctif passé
j'aie coupé
tu aies coupé
il/elle ait coupé
nous ayons coupé
vous ayez coupé
ils/elles aient coupé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse coupé
tu eusses coupé
il/elle eût coupé
nous eussions coupé
vous eussiez coupé
ils/elles eussent coupé

COUPER

(kou-pé) v. a.
Diviser un corps avec un instrument tranchant. Couper du pain avec un couteau, du bois avec une hache.
David, rencontrant Saül à son avantage, après lui avoir sauvé la vie malgré les instances de tous les siens, se sentit saisi de frayeur pour lui avoir seulement coupé le bord de sa robe et avoir mis la main, quoique d'une manière si innocente, sur sa personne sacrée [BOSSUET, Variat. 5e avert. § 30]
Familièrement. À couper au couteau, se dit de choses épaisses, d'un liquide plus consistant qu'il ne doit l'être. Un brouillard, une fumée à couper au couteau. Voilà un bouillon à couper au couteau.
Quelques verres d'un gros vin à couper par tranches [J. J. ROUSS., Conf. II]
Absolument. Ce rasoir coupe bien. Couper la bourse à quelqu'un, lui voler sa bourse. Couper la gorge à quelqu'un, et, populairement, le sifflet à quelqu'un, l'égorger, le tuer. On coupa la gorge à tous les Français dans les Vêpres siciliennes. Fig. Couper la gorge à quelqu'un, lui faire perdre sa position, lui causer un grand dommage. Fig. Couper le sifflet à quelqu'un, le rendre muet. Familièrement. Je lui couperai les oreilles, se dit par exagération et par menace.
Laissez-moi, je lui veux couper les deux oreilles [MOL., Tart. V, 2]
On dit aussi couper le nez.
Laissez-moi lui couper le nez. - Laissez-le aller ; Que feriez-vous, monsieur, du nez d'un marguillier ? [REGNARD, Ménechm. III, 11]
Couper le visage à quelqu'un d'un coup de cravache, lui asséner un coup de cravache à travers la figure. Fig. Couper la jupe, couper la robe au cul, façon de parler grossière qui se dit à des prostituées ou à des femmes qui ne valent pas mieux.
Il me ferait couper ma jupe ; Ma foi, je ne suis pas si dupe [SCARR., Virg. travesti, dans LEROUX, Dict. comique.]
Fig. Couper l'herbe sous le pied à quelqu'un, le supplanter dans une affaire. Couper pied à un abus, en ôter la cause. Couper bras et jambes à quelqu'un, lui ôter tout moyen d'agir efficacement, et aussi lui causer une consternation grande. Cette nouvelle m'a coupé bras et jambes.
Je m'en consolerai quand je verrai Phocas Croire affermir son trône en se coupant le bras [CORN., Héracl. IV, 5]
Fig.
Quelle horreur d'embrasser un homme dont l'épée De toute ma famille a la trame coupée ! [CORN., Hor. V, 3]
Si vous voulez couper d'une race odieuse Dans ses derniers rameaux la tige dangereuse [VOLT., Orphel. III, 4]
Couper le mal à sa racine, l'attaquer à sa source et l'extirper.
C'en est encor bien moins [de prudence] alors qu'on s'imagine Guérir un si grand mat sans couper la racine [CORN., Cinna, II, 2]
Se couper, couper à soi-même. Se couper les ongles. Coupez-vous du pain. En taillant sa plume, il s'est coupé le doigt.
Quand on eut appris sa mort chez les barbares, la douleur fut extrême, ils se coupèrent les cheveux, coupèrent les crins de leurs chevaux et de leurs mulets, et remplirent tout le camp de cris et de gémissements [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. III, p. 259, dans POUGENS]
Se couper la gorge, se donner la mort en s'ouvrant la gorge. Se couper la gorge avec quelqu'un, se battre en duel avec lui.
Mon ami, lui dit le chevalier, j'ai autant d'envie que vous de me couper la gorge, car je suis outré de dépit ; mais ce ne sera pas avec vous, s'il vous plaît [MARMONT., Contes mor. Lauret.]
Tailler d'une certaine façon. Il s'entend bien à couper les pierres. Couper un habit.
La voilà qui me coupe des serviettes [SÉV., 221]
Terme de gravure. Conduire d'une certaine manière le burin. Ce graveur coupe bien le cuivre. Exécuter en creux ou en relief différents ornements. Terme de sculpture. Couper le plâtre, faire à la main des moulures ou autres ornements en plâtre. Terme d'architecture. Couper du trait, faire le modèle d'une voûte ou d'une pièce de trait en petit, avec de la craie, du plâtre, etc. Absolument, en termes de cordonnier et de tailleur, tailler le cuir ou l'étoffe selon les règles du métier. Il coupe bien. En termes de jardinage, couper à l'épaisseur d'un écu, couper en moignon, couper en talus, couper en pied de biche, couper carrément, termes de LA QUINTINYE, Jardins, t. I, dans RICHELET.
Enlever, retrancher une, partie d'une chose. Couper un pan de bois. En termes de maçonnerie, couper une pierre, en ôter trop, de sorte qu'elle ne peut pas servir à l'endroit où elle était destinée. En termes de chirurgie, couper un membre, l'amputer. Couper dans le vif, couper, pour mieux extirper un mal, tout autour dans les chairs vives. Fig. Couper dans le vif, prendre des mesures énergiques pour mettre fin à une situation mauvaise. Terme de vétérinaire. Couper un animal, le châtrer.
Barrer, détourner, intercepter. Couper le cours d'une rivière. Couper une route, un passage. Les ponts furent coupés pour empêcher les ennemis de passer. Couper le chemin à quelqu'un, le lui barrer, passer devant lui.
Son fils et deux valets me coupent le chemin [CORN., le Ment. II, 5]
Ils avaient coupé le chemin aux Madianites [BOSSUET, Polit.]
Il fait signe aux siens, qui étaient de l'autre côté de l'arbre, de couper le chemin au perfide Adraste [FÉNEL., Tél. XX]
Depuis, les Russes ont reproché à Napoléon de ne s'être point décidé à cette manœuvre ; mais ont-ils assez songé qu'aller ainsi se placer par delà un fleuve, une ville forte et une armée ennemie, c'eût été, pour couper aux Russes le chemin de leur capitale, se faire couper à soi-même toute communication avec ses renforts, ses autres armées et l'Europe ? [SÉGUR, Hist. de Nap. VI, 3]
Couper les communications, couper les vivres à une place assiégée, empêcher qu'elle ne communique avec le dehors, qu'elle ne se ravitaille. Fig.
Coupons dès cette nuit tout accès à ses vœux [ROTR., Vencesl. III, 3]
À tous nos démêlés coupons chemin, de grâce [MOL., Mis. II, 1]
Couper les vivres à quelqu'un, cesser de subvenir à ses dépenses, lui refuser de l'argent. Couper le feu, circonscrire, borner l'action de l'incendie.
Des capucins travaillèrent si bien qu'ils coupèrent le feu [SÉV., 20]
Par analogie. Couper la fièvre, empêcher le retour des accès.
Avec la seconde écorce du sassafras, ils [les sauvages] coupent les fièvres [CHATEAUBR., Amér. 96]
Fig.
Je coupe en lui tout intérêt de mentir [J. J. ROUSS., Ém. II]
Passer devant quelqu'un en le séparant de la personne ou de la chose vers laquelle il va.
Elle coupe la duchesse et donne la serviette [SÉV., 27]
Tantôt il vous quitte brusquement pour joindre un seigneur ou un premier commis, et tantôt, s'il les trouve en conversation avec vous, il vous coupe et vous les enlève [LA BRUY., IX.]
Vardes convint avec mon père que le carrosse de M. de Vardes couperait celui de mon père [SAINT-SIMON, 10, 119]
Tous [au conseil d'État] étaient assis, et les conseillers d'État y coupaient les secrétaires d'État et le contrôleur général [ID., 417, 7]
Terme de manége. Couper la volte ou le rond, changer de main en faisant des voltes.
Séparer, diviser. Je couperai cette pièce en deux par une cloison.
Ils ont coupé de trop grandes pièces, pour avoir des logements mieux distribués [J. J. ROUSS., Hél. IV, 10]
Se croiser avec. Ce chemin coupe la route d'Orléans. Une ligne qui en coupe une autre à angle droit. Couper l'eau, couper le courant, aller en travers ou en remontant. Fig. Couper à quelqu'un sa journée, déranger le plan de ses occupations. Terme de marine. Le vaisseau coupe la lame, quand l'avant court sur la lame et la traverse. On dit aussi couper la ligne de l'ennemi, quand un ou plusieurs vaisseaux la traversaient et la séparaient en deux, rendant ainsi l'une des parties inutiles pour le combat, alors que les vaisseaux à vapeur n'existaient pas. À Trafalgar, les Anglais coupèrent la ligne française. Fig. Couper l'équateur, traverser l'équateur.
Terme de jeu de carte. Prendre avec l'atout une carte de son adversaire. Je coupe le carreau.
Le jeu rassemble tout ; il unit à la fois Le turbulent marquis, le paisible bourgeois ; La femme du banquier, dorée et triomphante, Coupe orgueilleusement la duchesse indigente [REGNARD, le Joueur, III, 6]
Absolument. Je coupe à carreau.
Empêcher, en parlant de la voix, de la parole.
La Parque à ce mot lui coupe la parole [CORN., Rodog. V, 4]
Ce n'est que la douleur qui lui coupe la voix [ID., Théod. V, 9]
Peut-être, si la voix ne m'eût été coupée, L'affreuse vérité me serait échappée [RAC., Phèdre, IV, 5]
Ses pleurs précipités ont coupé mes discours [ID., Baj. III, 4]
Couper la parole à quelqu'un, l'interrompre en la prenant soi-même.
Couper la parole à son maître [LA BRUY., IV]
Néron lui coupe la parole et lui réplique que Claude ne fit jamais accuser personne [DIDER., Ess. s. Claude.]
10° Gercer, en parlant du froid Le froid m'a coupé les lèvres. Ce vent coupe la figure, il est vif et froid.
11° Tempérer un liquide par un autre. Couper du vin blanc avec du vin rouge. Absolument. Couper, c'est mélanger d'eau. Couper le bouillon.
On a beau couper le lait de mille manières [J. J. ROUSS., Ém. I]
12° Couper le style, faire des phrases courtes et d'où les liaisons sont absentes. Mettre les repos dans les phrases, dans les vers. Ce vers est heureusement coupé. L'orateur a mal coupé ses phrases.
Il faut couper vos phrases à propos ; mais il y a une manière de les couper qui, bien loin d'interrompre l'harmonie, sert à la continuer [D'OLIVET, Prosodie fr. art. V, § 2]
Terme de musique. Couper les sons, marquer un silence d'un son à l'autre.
13° À la paume, couper le coup, couper la balle, pousser la balle de manière qu'elle ne fasse point de bond.
Ils la touchent en biaisant de leur raquette, ce qu'ils nomment couper [DESC., Diopt. 5]
Terme de jeu. Couper cul, se retirer après avoir gagné et sans donner de revanche. Couper les dés, les jeter en retirant le cornet, pour qu'ils restent à la même place.
14° Couper court, abréger.
Je dirais beaucoup de choses sur ce sujet que je coupe court par mille raisons [SÉV., 346]
Absolument. Couper court au discours ; et, elliptiquement, couper au discours.
Tout cela va le mieux du monde, Mais enfin coupons au discours [MOL., Amph. III, 11]
Par extension, mettre un terme.
Coupons court Aux erreurs de la jeunesse [BÉRANG., Chap.]
Couper court à quelqu'un, le quitter brusquement en lui faisant une réponse brève et décisive. Et absolument : Monsieur, point tant de paroles, coupons court.
15° V. n. Passer la racloire sur une mesure de grains qui est comble.
16° Couper à travers champs, par le plus court chemin, se diriger par la ligne la plus courte. Terme de vénerie. Un chien coupe, lorsqu'il veut gagner la tête de la meute ou lorsqu'il manque de force.
17° Terme de peinture. On dit qu'une couleur coupe quand elle n'est pas assez fondue.
18° Terme de danse. Exécuter le pas dit coupé. Terme d'escrime. Exécuter le dégagement dit coupé. Couper sous le poignet, dégager par-dessous le poignet de son adversaire. Couper sur pointe, porter une botte en dégageant par-dessus la pointe de l'épée de l'adversaire. On dit aussi couper la mesure, la dégager.
19° Terme de jeu de cartes. Séparer en deux un jeu de cartes, après que celui qui les tient les a bien mêlées. Au jeu du lansquenet, prendre carte et se mettre au nombre des joueurs. Il coupait.
20° Terme de marine. Couper à terre, aller directement le cap sur la terre. Passer entre un vaisseau et un autre.
Dans ce moment-là j'avais Ruyter par mon travers, et je voyais l'arrière-garde ennemie dans nos eaux, qui pouvait, en revirant, couper entre notre corps de bataille et la division de M. Gabaret, [, Mém. de Villette, en 1675, dans JAL]
21° Se couper, v. réfl. Se blesser avec un instrument tranchant. Elle s'est coupée à la main. Terme de manége. On dit que des chevaux se coupent, quand ils s'entre-heurtent les jambes, ou quand, avec l'un des fers, ils se blessent le boulet de l'autre pied. Se dit aussi des enfants et des personnes grasses, lorsqu'il leur vient des excoriations aux plis que forme la peau.
22° Être coupé. Le roc cède et se coupe aisément. En parlant des étoffes, se gâter par les plis. Les étoffes fortes se coupent plutôt que celles qui sont souples et déliées.
23° S'entre-croiser. Ces deux lignes, ces deux routes se coupent.
24° Fig. Se contredire dans ses assertions. On se coupe aisément quand on ne dit pas la vérité.
Ces deux réponses se coupent [BOSSUET, Nouv. myst. 90]
La comtesse de Soissons, craignant toujours qu'on ne lui eût fait quelque finesse, tourna tant Vardes qu'il se coupa sur deux ou trois choses [Mme DE LA FAYETTE, Hist. d'Henr. d'Anglet. Œuvres, t. III, p. 157, dans POUGENS.]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Si ço avent que alquen colpe le poin à altre u le pied [, Lois de Guill. 13]
  • XIIe s.
    Au bon destrier [il] a l'eschine coupée [, Ronc. p. 66]
    Ne faiz pas cum saint Piere qui dona la colée ; Al serf al prince aveit l'une oreille coupée [, Th. le mart. 90]
    Par douz [deux] feis i fu pris : si l'en laissa aler, Mais ainceis li fist l'um les oreilles couper [, ib. 31]
  • XIIIe s.
    Et li François lor remanderent qu'il i seroient l'endemain devant tierce, et le [l'ormeau] copperoient ou despit de lui [, Chr. de Rains, p. 63]
    Se feme tient bos [bois] en douaire, elle ne le poet couper devant que il ait sept ans acomplis [BEAUMANOIR, XIII, 7]
    Et quant il les orent pris, il lor coperent les testes à toz [ID., XXX, 63]
    Et lors il me porterent à terre et me saillirent sur le cors pour moy coper la gorge [JOINV., 240]
    Mal apertement se partirent les Turs de Damiete, quant il ne firent coper le pont qui estoit de nez [nefs] [ID., 216]
  • XIVe s.
    Et on voit qu'uns larons qui se met à l'embler, Il n'aconte noient d'une bourse à couper [, Baud. de Seb. VI, 263]
  • XVe s.
    Et à tant je coupe le compte de che chevalier, jusques cy après que j'en releveray le remannant [G. CHASTEL., Chron. des ducs de Bourg. l. I, ch. 54]
    Que ce vin on ne coupe ; Ainçois qu'on boive net ; Je pry toute la troupe De vider le godet [BASSELIN, XVIII]
  • XVIe s.
    S'estant si lourdement couppé [contredit] [MONT., I, 39]
    C'estoit un precipice si droict et si couppé, que.... [ID., I, 156]
    Un mont coupé, rabotteux et inaccessible [ID., I, 176]
    Un langage trop serré, coupé [ID., I, 292]
    Murena en rencontra les uns fuyans, ausquelz il couppa le chemin et les desfeit [AMYOT, Sylla, 40]
    Ses ennemis luy coupoient les vivres [ID., Lucull. 4]
    La montée n'estoit pas fort roide ny couppée [à pic] [ID., ib. 53]
    Il faut couper la cause de la fievre par son contraire [PARÉ, XX, 5]

ÉTYMOLOGIE

  • Coup ; picard, coper ; bourguig. côpai.

couper

COUPER. v. tr. Diviser un corps continu, avec quelque chose de tranchant. Couper en deux. Couper en morceaux. Couper de la viande. Couper du papier. Couper avec un couteau, avec des ciseaux, avec un canif, avec une hache, etc. On lui a coupé un bras, une jambe. Couper de l'herbe. Se faire couper les cheveux. Ce morceau d'étoffe a été coupé à la pièce. Absolument, Ce couteau coupe bien, ne coupe pas.

À couper au couteau, se dit figurément et familièrement de Choses plus épaisses, plus consistantes qu'elles ne devraient l'être. C'est un brouillard à couper au couteau.

Il signifie par extension Tailler suivant les règles de l'art. Couper les pierres. Couper un vêtement, un manteau, une robe.

Couper un rocher, une maison, etc., En enlever, en démolir une partie. On a coupé la montagne en cet endroit, pour que le chemin passât. Il faudrait couper cette maison pour qu'elle fût sur l'alignement. Couper en talus le bord d'un chemin, d'un fossé. Couper une route, un pont.

Pan coupé. Voyez PAN.

Couper un cheval, un chien, un chat, etc., Le châtrer.

Fig. et fam., Couper l'herbe sous le pied à quelqu'un, Le supplanter dans quelque affaire.

Fig., Couper le mal à sa racine, L'extirper.

Fig. et fam., Couper bras et jambes à quelqu'un. Voyez BRAS.

Couper la gorge à quelqu'un, L'égorger, le tuer. Les voleurs lui coupèrent la gorge.

Fig. et fam., Couper le sifflet à quelqu'un, Le rendre muet, le mettre hors d'état de répondre.

Par exagération et fam. Je donnerais ma tête à couper, je parie ma tête à couper, je mettrais ma tête à couper se dit pour exprimer une vive persuasion, une grande conviction.

COUPER et SE COUPER signifient quelquefois seulement Entamer la chair, y faire une incision. Vous m'avez coupé au petit doigt. Elle s'est coupée à la main. Il s'est coupé jusqu'à l'os, jusqu'au vif. Se couper la joue avec un rasoir. Il se dit particulièrement des Personnes grasses, et surtout des enfants, lorsque leur chair se fend dans les plis qu'elle forme. Cet enfant se coupe.

Ce drap, ce velours, etc., se coupe, Ce drap, etc., s'use promptement aux endroits où il s'est formé des plis.

Ce cheval se coupe, Il s'entretaille des pieds de devant ou des pieds de derrière.

Couper dans le vif, se dit des Chirurgiens qui, pour extirper le mal, coupent jusque dans la chair vive. Il signifie figurément Prendre des mesures énergiques pour terminer une affaire. Si l'on veut extirper cet abus, il faut couper dans le vif.

Il se dit quelquefois, dans un sens particulier, du Froid, lorsqu'il fait gercer les lèvres. Le froid m'a coupé les lèvres.

Fig., Ce vent coupe le visage, se dit d'un Vent froid qui fouette dans le visage.

COUPER, en termes de jeu de Cartes, signifie Séparer un jeu de cartes en deux avant que celui qui a la main donne. Il signifie aussi Détruire, en jouant de l'atout, l'effet des cartes maîtresses.

Il signifie aussi Traverser. Leurs vaisseaux ne purent couper la ligne ennemie. Une chaîne de montagnes coupe toute cette région. Ce pays est coupé par de nombreux canaux, est coupé de grandes routes dans tous les sens. Je couperai cette chambre en deux par une cloison.

Il se dit particulièrement d'une Chose qui se croise avec une autre. Cette route coupe celle d'Orléans. La ligne droite qui coupe deux autres lignes droites parallèles se nomme sécante. Un plan qui en coupe un autre. Ces deux chemins, ces deux lignes, ces deux plans se coupent. On dit dans un sens analogue Un solide est coupé par un plan, etc.

En termes de Sports, Couper l'eau, Fendre l'eau en nageant. Couper le courant, Le traverser à la nage ou en bateau.

En termes de Marine, Couper la lame, se dit d'un Bâtiment dont l'avant court sur la lame et la traverse. Couper l'équateur, Passer d'un hémisphère dans l'autre en traversant l'équateur.

Fig., Couper à quelqu'un sa journée, sa semaine, etc., Déranger le plan d'occupation qu'il s'était fait pour la journée, pour la semaine, etc. Les visites que je suis obligé de recevoir coupent mes journées, me coupent tout mon temps.

Il signifie aussi Barrer, intercepter, rendre impraticable. Couper le cours d'une rivière, d'un ruisseau. Couper une route, un passage. On coupa les ponts pour empêcher l'ennemi de passer. Couper une voie de chemin de fer.

Couper le chemin à quelqu'un, Se mettre au-devant de lui sur son chemin pour l'empêcher de passer.

En termes de Chasse, Couper la voie, se dit des Chiens qui abandonnent la voie pour rejoindre plus tôt la bête, quand elle a fait des détours, ce qui est un défaut. Il se dit aussi des Chasseurs trop pressés qui passent trop tôt sur la voie.

Couper la fièvre, L'arrêter au moyen d'un médicament.

Fig., Couper la parole à quelqu'un, L'interrompre en prenant la parole, ou Lui imposer silence. Les sanglots, les soupirs, etc., lui coupent la parole, la voix, L'empêchent de parler, de s'exprimer d'une manière suivie.

Fig., Couper la communication, Mettre fin à une conversation téléphonique avant qu'elle ne soit achevée.

Fig., Couper quelqu'un, Le dépasser, le devancer. Nous marchions et sa voiture nous coupa.

Couper les vivres à une ville assiégée, à une armée, etc., Fermer les avenues, pour empêcher qu'on ne lui porte des vivres. Fig. et fam., Couper les vivres à quelqu'un, Lui retrancher l'argent, les moyens de subsister, etc.

En termes de Guerre, Couper une armée, La séparer en deux tronçons. On dit de même Ce corps d'armée fut coupé de ses bases.

Couper par le plus court chemin, par le plus court, par un sentier, Aller par le chemin le plus court, etc. On dit aussi Couper à travers champs.

Fig. et fam., Couper court. Voyer COURT.

En termes de Musique, Couper les sons, Marquer un silence entre chaque son, dans les expressions de douleur, d'abattement ou d'admiration.

En termes de jeu de Paume et de Tennis, Couper le coup, Pousser la balle de manière qu'elle ne rebondisse pas.

En termes d'Escrime, il signifie Achever de passer l'épée par-dessus la pointe de l'épée de l'adversaire.

COUPER, en termes de Danse, signifie Faire le pas qu'on nomme Coupé.

SE COUPER s'emploie aussi figurément, dans le sens de Se contredire, se démentir soi-même dans ses discours, laisser échapper une chose qu'on voulait cacher. Il s'est coupé dans ses réponses. On se coupe aisément quand on ne dit pas la vérité. Dans ce sens il est familier.

COUPER signifie aussi Mêler un liquide avec un autre de force moindre. Couper son vin avec de l'eau. Absolument, Couper son vin, couper du lait, Y mêler de l'eau.

couper

Couper, act. acut. C'est avec fer ou autre matiere trenchant, trencher une chose en pieces, Discindere, Incidere, et vient du verbe koplô, qui a cette telle signification envers les Grecs. Ainsi kopléin, c'est coupper. Bud.

Couper et abbattre, Destringere.

Couper et rongner de quelque chose, Mutilare, Demutilare.

Couper et tailler, Detondere virgulta vincae.

Couper et trencher, Consecare.

Couper et faire un tronc, Distruncare.

Couper ou trencher une montaigne, Perfodere montem.

Couper la riviere, la fontaine, le chemin à l'ennemy, Flumine, Fonte, Itinere hostes excludere. Liu. lib. 22.

Couper ou scier par dessous, Subsecare.

Couper branches ou arracher, Cueillir avec la main, Frondes stringere.

Couper diligemment, Reputare.

Un peu couper, Supputare.

Couper en rongeant, Abrodere.

Couper net la terre, Diffindere minute humum.

Couper tout outre, et tout à fait, Persecare.

Couper en pieces et fendre, Dissecare.

Couper par cy par la des branches d'un arbre, Interlucare.

Couper en petites pieces et morceaulx, Concidere.

Couper par le milieu, Interscindere, Intercidere.

Couper par le milieu, ou tout à fait, Perscindere.

Couper par le bas, ou par dessous, Supputare, Succidere.

Couper la terre par rayons, Sulcare.

Couper tout ric à ric, Praesecare.

Couper tout, Aliquid detergere.

Couper tout à l'entour, Circumcidere, Circumsecare, Amputare.

Couper de toutes pars, Circumscindere.

Couper les choses superfluës, Putare.

Qui se coupe, Praecidaneus.

Qu'on ne peut couper ne diviser, Insecabilis.

Couper des fueillets, Intercidere librum. B. ex Plin. iun.

Couper les oreilles, Auribus minuere. B.

Se couper soy-mesme par ses defenses, Parler contre soy-mesme en se cuidant defendre, Suo gladio suam defensionem conficere.

De quoy on coupe, Excisorius scalper.

Coupant, Desecans.

Coupé, Abscissus, Caesus, Excisus, Incisus, Insectus, Mutilus, Abscissus.

Ville coupée et destruite, Excisa vrbs.

Teste coupée, Praecisum caput.

Qui est coupé, et scié, ou aisé à couper, Sectilis.

Tout ce qu'on a coupé d'une buche, comme coupeaulx, aisselles et semblables, Secamentum.

couper


COUPER, v. a. [Kou-pé: 2eé fer.] 1°. Trancher; diviser un corps continu. Couper du pain, de la viande; on lui a coupé un bras, une jambe; couper le cou, ou la tête à quelqu'un. Couper le poing, le nez; les oreilles, etc. Couper les blés, les bois, les cheveux, les aîles, etc. = 2°. Tâiller suivant les règles de l'art. Il entend bien à couper les pierres. Couper un habit, un manteau, une robe. = 3°. Traverser, diviser: "des montagnes, des haies, des canaux, coupent tout ce pays. = 4°. Au jeu des cartes, séparer un jeu de cartes en deux, avant que celui, qui a la main, done. Il est neutre, et sans régime. = 5°. Se couper, se contredire. "Les criminels se coupent souvent. "Louis VIII fit venir à Pérone cet Imposteur, qui se coupa sur toutes les questions qu'on lui fit. = En parlant d'un cheval, s'entretâiller des pieds de devant, ou de ceux de derrière. — En parlant de deux lignes, de deux chemins, se traverser, se croiser.
   6°. Couper, entre dans une foule d'expressions. — On dit, couper court, ou sans régime, ou avec la prép. à. "Pour couper court, je vous dirai seulement que, etc. "Coupons court à toutes ces dificultés: un seul mot en fera l' afaire. Boss. — M. de Bufon a dit, dans le même sens, Trancher court: "Les comètes ne peuvent guère être habitées que par d'étranges créatures, ou, pour trancher court, elles sont inhabitables. — Bossuet l'a dit aussi: l'Acad. le met au mot trancher, mais il est moins usité que couper. = On dit au fig. Couper la communication: d'Avrigny a dit, couper le commerce. "Cette petite Île (de Sainte-Maure) n'étoit guère considérable que parce qu'elle servoit de retraite aux Corsaires, qui coupoient le commerce avec Venise. Cela n'est pas trop usité. — Couper la gorge à quelqu'un, lui causer un grand dommage. — Lui couper la parole, l'interrompre, ou lui imposer silence. Lui couper l'herbe sous les piés, le suplanter, le traverser. "La veuve de Maître Paul est outrée... Son grand benet d' amant trouve Marie bien jolie, bien douce.... J'emmene Marie, pour l' empêcher de couper l'herbe sous les piés de sa mère. Sév. je crois qu'il faut dire: couper l'herbe sous les pieds à, et non pas de. — Couper à quelqu'un brâs et jambes lui faire une injustice énorme, criante, etc. — Lui couper chemin, le dévancer, pour l'empêcher de passer. — Couper chemin au mal; en arrêter le cours. On dit aussi, couper pied aux abus. — Couper les vivres à une armée, fermer les avenues, pour empêcher qu'on ne lui porte des vivres. — Figurément, retrancher à quelqu'un l'argent, les moyens de subsister. — Couper dans le vif; au propre, couper dans la chair vive. Au figuré, toucher à ce qui est le plus sensible. — Se couper de son couteau, lâcher des paroles, qui nuisent dans la suite: être soi-même l'artisan de ses malheurs.

Synonymes et Contraires

couper

verbe transitif couper
1.  Familier. Castrer un animal.
2.  Sectionner quelque chose.
4.  Frapper vivement.
6.  Diviser une chose, un lieu.
7.  Passer au travers de.
8.  Interdire l'accès.
9.  Interrompre un circuit.
10.  Mélanger des liquides.
11.  Rompre la continuité de.

couper

verbe transitif indirect couper
Traductions

couper

(kupe)
verbe transitif
1. partager en plusieurs morceaux couper du pain couper une feuille de papier
2. enlever tout ou une partie de qqch couper l'herbe
3. arrêter couper l'appétit couper l'eau
interrompre qqn qui parle

couper

schneiden, abschneiden, abklemmen, trennen, hackencut, slice, cut off, sever, clip, dock, shear, shut off, cut up, log, dilute, lop, trump, chopsnijden, afsnijden, snerpen, couperen, (door)snijden, aanlengen, afnemen, aftroeven [kaarten], amputeren, bekorten [tekst], castreren, knippen, maaien, niet meedoen (aan), omhakken, scherp zijn, schrappen, splitsen, stopzetten, tegenhouden, versperren, verwonden, afknippen, opensnijden, kerven, snoeien, houwen, troeven, uitschakelen, uitsnijden, uitzetten, kappen, hakkenביתק (פיעל), בצע (פ'), גד (פ'), גדם (פ'), גדע (פ'), גזר (פ'), הדמים (הפעיל), חיתך (פיעל), חתך (פ'), כרת (פ'), ניתק (פיעל), קטע (פ'), קיפד (פיעל), קיצץ (פיעל), קצץ (פ'), נִתֵּק, הִדְמִים, כָּרַת, חִתֵּךְ, חָתַךְ, בָּצַע, גָּד, גָּדַע, גָּזַר, קָטַע, קִפֵּד, קִצֵּץ, קָצַץtallarskære, hugge, skære aftondi, tranĉicortar, picarleikata, pilkkoavágbabat, belah, membabat, membelah, memotongsníðatagliare, interrompere, intersecare, mozzare, recidere, spezzare, troncare, sminuzzare, tagliar via切る, たたき切る, 切り離すscalpere, secareskjære, hugge, kappe avciąć, odciąć, porąbać, uciąćcortar, partir, talhar, interromper, picartăiakesmek, doğramakκόβω, κουρεύω, αποκόπτω, τεμαχίζωотрезать, резать, рубитьيُقَطِّعُ, يَقْطَعُřezat, seknout, uříznoutodsjeći, rezati, sjeći자르다, 잘라 버리다, 쳐서 자르다hugga, skära, skära avตัด, ตัดทิ้ง, สับcắt, cắt đứt, chặt中断, ,
verbe intransitif
1. trancher facilement qqch Attention, le couteau coupe bien !
2. s'arrêter Ça coupe ! (au téléphone)

couper

[kupe]
vt
(= entamer) → to cut
Ça l'a coupé à la cuisse → It cut his thigh.
(pour retrancher, élaguer) [+ branche, bout qui dépasse] → to cut off
se faire couper les cheveux → to have one's hair cut, to get one's hair cut
(pour diviser) [+ gâteau, saucisson] → to cut, to cut up
couper du bois → to cut wood
(pour interrompre) [+ route, accès] → to block
couper le courant → to cut off the electricity
couper la parole à qn → to cut sb short, to interrupt sb
couper les vivres à qn (fig)
Ses parents lui ont coupé les vivres → His parents have stopped supporting him.
couper le contact (AUTOMOBILES) → to turn off the ignition
couper les ponts avec qn → to break with sb
(fig) [+ fièvre] → to take down, to reduce
couper l'appétit à qn → to spoil sb's appetite
(pour diluer) [+ vin, cidre] → to blend; (à table) → to dilute, to dilute with water
vi
(avec un instrument tranchant) → to cut
Coupe ici, c'est plus facile → Cut here, it's easier.
Ce couteau ne coupe pas → This knife won't cut.
(= prendre un raccourci)
On peut couper par la forêt → We can cut through the woods.
(CARTES) (= diviser le paquet) → to cut; (avec l'atout) → to trump
(autres locutions) couper à (= échapper à) [+ corvée] → to get out of
couper court à (= mettre fin à) → to cut short [kupe]
vpr/réfl
(= se blesser) → to cut o.s.
Je me suis coupé le doigt avec une boîte de conserve → I cut my finger on a tin.
(toilette) se couper les ongles → to cut one's nails
(en témoignant) (= se contredire) → to contradict o.s.
vpr/récip [droites, routes] → to intersect