coupelle

coupelle

n.f.
1. Petite coupe : Servir de la glace dans des coupelles.
2. Petit creuset utilisé dans les laboratoires.

coupelle

(kupɛl)
nom féminin
petite coupe servir une salade de fruits dans des coupelles

COUPELLE

(kou-pè-l') s. f.
Petit vase fait avec des os calcinés, réduits en poudre, puis délayés dans l'eau, et dont on se sert pour la coupellation. Mettre à la coupelle. Passer à la coupelle. Or ou argent de coupelle, or, argent très fin, qui a passé par l'essai de la coupelle. Fig.
Mon cœur s'est purifié à la coupelle de l'adversité [J. J. ROUSS., Prom. 1]
Terme de marine. Pelle de fer-blanc, qui sert aux canonniers pour prendre de la poudre.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Je crois qu'homme n'est si rusé, Fust fin comme argent de coupelle, Qui n'y laissast linge et drapelle [VILLON, dans le Dict. de DOCHEZ.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. cupella, diminutif de cupa, cuve, coupe (voy. CUVE) : proprement petite coupe.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. COUPELLE (kou-pè-l'), s. f. Terme provincial. Tête d'un arbre. La coupelle et les racines sont souvent abandonnées aux ouvriers chargés de débiter du bois de travail.
    Désignation des arbres à vendre : sur les deux petits champs du Rosier, une coupelle de chêne, un chêne et un châtaignier [, Avranchin, 28 sept. 1873]

    ÉTYMOLOGIE

    • Forme féminine de coupeau 1.

coupelle

COUPELLE. n. f. T. d'Arts. Petit vase en forme de tasse, fait avec des cendres lavées ou des os calcinés, dont on se sert pour séparer, par l'action du feu, l'or et l'argent des autres métaux avec lesquels ils sont unis, et particulièrement du cuivre. Fourneau de coupelle. Cet or a passé par la coupelle. Cet argent a été mis à la coupelle.

Or de coupelle, argent de coupelle, L'or et l'argent du plus haut titre.

coupelle


COUPELLE, s. f. [Kou-pèle; 2eè moy. 3e e muet.] Petit vaisseau en forme de tasse, fait avec des cendres lavées et des os calcinés. On s'en sert pour afiner l'or. Coupeller l'or, ou le passer à la coupelle. = On dit figurément, mettre ou passer à la coupelle, mettre à une rigoureûse épreûve, passer par un examen sévère. = Être ou se trouver sous la coupelle de quelqu'un, lui être assujéti, se trouver compris dans sa censûre. Trév. Il parait que cette expression s'est introduite par méprise, et qu'on a dit sous la coupelle, pour dire, sous la coupe. Voyez COUPE, n°. 2°.

Traductions

coupelle

גביעון (ז), לפתנית (נ), לִפְתָּנִית