couronné

couronné, e

adj.
1. Qui a reçu un prix, un titre : Un roman couronné par l'Académie française.
2. Qui a reçu une couronne royale ou impériale : Le prince héritier vient d'être couronné roi sacré
3. Pourvue d'une couronne, en parlant d'une dent.
Genou couronné,
Fam. genou marqué d'une écorchure.
Tête couronnée,
souverain, souveraine.

couronne

COURONNE. n. f. Cercle, fait de branches d'herbes, ou de fleurs, etc., et qui se porte sur la tête comme marque d'honneur, ou en signe de joie, ou comme une simple parure. Couronne de laurier, de lierre, d'olivier, de fleurs, de roses, etc. Gagner, obtenir, mériter une couronne. Les jeunes filles qui se marient portent une couronne de fleurs d'oranger. Les peintres mettent ordinairement une couronne d'étoiles sur la tête de la Vierge et une couronne de rayons sur la tête des saints. Par extension, Couronnes mortuaires, Celles que l'on place sur un cercueil, sur une tombe.

Fig., Couronne académique, ou simplement Couronne, se dit d'un Prix remporté dans un concours académique.

Il se dit figurément de la Gloire que les martyrs acquièrent en mourant pour la foi. La couronne du martyre. Il a reçu la couronne du martyre.

Il se dit aussi de l'Ornement de tête que les rois, princes ou seigneurs portent pour marque de leur dignité, ou qui est représenté dans leurs armoiries, etc. Couronne impériale, royale, ducale. Couronne de comte, de marquis, de baron. Couronne d'or. Couronne fermée, Celle qui est surmontée d'ornements qui recouvrent le sommet de la tête. Couronne ouverte, Celle qui se compose d'un simple cercle.

La couronne d'épines, Celle que l'on mit sur la tête de Notre-Seigneur JÉSUS-CHRIST.

La triple couronne, La tiare du pape.

Il se dit figurément de la Puissance royale. Avènement à la couronne. Aspirer, prétendre à la couronne. Disputer la couronne. Renoncer à la couronne. Perdre la couronne. Héritier de la couronne. Héritier présomptif de la couronne. Le domaine de la couronne. Les droits de la couronne.

Discours de la couronne, Discours que le souverain prononce à l'ouverture d'une session législative.

Il se dit encore figurément d'une Monarchie, d'un État gouverné par un souverain. La couronne de Roumanie.

Par analogie, il se dit en outre de la Tonsure que l'on fait sur le haut de la tête des gens d'Église. Couronne d'évêque, de prêtre, de diacre, de religieux, etc. Il s'est fait faire la couronne.

Il désigne encore par analogie Certaines choses qui ont une forme circulaire, qui ressemblent à une couronne : en termes de Botanique, Couronne impériale, Espèce de fritillaire. Couronne royale, Espèce de mélilot. Couronne de terre, Le lierre terrestre, etc.

En termes d'Horticulture, la Touffe de feuilles qui surmonte le fruit de l'ananas. Greffe en couronne, Celle qui consiste à scier le sujet et à mettre plusieurs greffes autour de la coupe, entre le bois et l'écorce ; en termes d'Architecture militaire, Ouvrage à couronne, Ouvrage de fortification, dont le front se compose d'un bastion uni à deux courtines ; en termes d'Anatomie, La couronne d'une dent, La partie de la dent qui est hors de la gencive ; en termes d'Art vétérinaire, il se dit de la Partie la plus basse du paturon du cheval ; en termes de Papeterie, il se dit d'un Format de papier dont le filigrane était primitivement une couronne. Papier couronne.

Il se dit aussi d'une Sorte de monnaie d'argent à l'usage de divers pays.

couronne

Couronne, Alij scribunt Corone.

Couronne d'or pesant une livre, Corona aurea librae pondo.

Couronne embellie et enrichie de pierres precieuses, Corona gemmis insignis.

Couronnes plaines ou ouvrées, Coronae purae, aut caelatae. Bud.

La couronne qui estoit donnée à celuy qui premier avoit entré au rempart des ennemis, Corona vallaris.

Couronne qu'on donnoit à celuy qui premier avoit forcé le fort des ennemis, Castrensis corona.

Couronne ou chapeau de fleurs, Corona, Stemma, stemmatis, Corolla.

Couronnes entre-lassées de fleurs, Sexta sextilia.

De quoy on fait couronnes, Coronarius.

Mettre à quelqu'un une couronne sur la teste, Alicui coronam imponere.

Couronne de clerc, Tonsure clericale, Vertex forfice delibatus, Insigne clericale. B.

Lettres de couronne, ou autre ordre d'Eglise, Tessera sanctae iurisdictionis pontificiae, Libati nouacula verticis elogium. B.

Qui a perdu sa couronne, Sacri verticis iure minutus, vel imminutus, Rasi verticis iure, vel verticis immunitate priuatus. B.

¶ Assemblée et couronne de ceux qui voyent joüer les jeux, ou de gens qui dansent, Chorus.

couronne


COURONNE, ou COURONE, s. fém. COURONNER, ou COURONER, v. a. [dern. e muet au 1er, é fer. au 2d.] La Courone se dit, 1°. d'un ornement de tête qu'on met pour marque d'honeur, ou en signe de joie. Courone de laurier, de lierre, d'olivier, de fleurs, etc. — Figurément, la Courone du Martyre: la Courone de gloire; de jutice, des Saints, la béatitude, céleste. = 2°. Ornement de tête, que portent les Princes pour marque de leur dignité. "Courone Impériale, Royale, Ducale, etc. et par extension, Courone de Comte, de Marquis, de Baron, mais seulement en parlant des armoiries. — La triple Courone, la Tiare du Pape. = 3°. Figurément, souveraineté. Aspirer à la Courone; renoncer à la Courone; à son avènement à la Courone. — Etat régi par un Roi, la Courone d'Espagne, de France, les Courones du Nord, etc. — Traiter de Courone à Courone, de Souverain à Souverain. = 4°. Tonsûre cléricale. = 5°. Chapelet qui n'a qu'une dixaine.
   COURONER; 1°. mettre une Courone sur la tête. Il se dit, ou avec le seul régime simple (l' acusatif), couroner un Pape, un Roi, celui qui a gagné le prix, une victime, etc. ou il a pour 2d régime la prép. de: l'on couronait les vainqueurs de lauriers. = 2°. Honorer, récompenser. Dieu courone les Martyrs, les Saints. C'est couroner le crime que d'élever ce méchant à cette dignité.
   Rem. Couroner, au figuré, se dit élégamment des chôses, en style poétique. Depuis le cèdre, qui courone le front des montagnes, jusqu'à l'or, à l'argent, aux pierres précieûses qui repôsent au centre des abymes. — "Il chantoit les fleurs, dont le Printemps se courone. = On dit, dans un style plus simple, et dans un sens diférent, que des arbres se couronent, pour dire qu'ils se dessèchent par la tête.
   * M. Racine le fils done à couroner, pour régime relatif, la prép. sur. "Qu'a-t-on à craindre pour Bérénice? Son Amant, qui la courone sur tant d'États, s'empresse lui-même à essuyer les larmes qu'il fait couler. Il a copié en cet endroit son père, qui dit de Titus:
   Il va sur tant d'États couronner Bérénice.
Mais ce qu'on pardone en vers, on ne le soufre pas toujours dans la prôse. On dit, régner sur, étendre son empire sur: mais on n'en peut rien conclurre en faveur de, couroner sur.

Traductions

couronné

מוכתר (ת), מתויג (ת)

couronné

bedekt (met), bekroond (met), gekroond