cousu, ue


Recherches associées à cousu, ue: coudre

COUSU, UE

(kou-zu, zu-e) part. passé de coudre
Des souliers bien cousus. Fig. des finesses cousues de fil blanc, de gros fil, des finesses grossières et faciles à reconnaître. Terme de blason, qui se dit d'une pièce d'une autre couleur, ou d'un autre métal, placée sur une autre pièce, comme si elle y était cousue.
Joint, uni comme par une couture.
Que d'éloges charmants cousus les uns aux autres ! [BOURSAULT, Merc. gal. IV, 3]
Par extension.
Elle ne s'est point condamnée à être cousue avec la reine [toujours avec elle] [SÉV., 419]
Terme de manége. Cousu à la selle, se dit d'un homme qui est solide à cheval. Bouche cousue, se dit pour recommander de ne pas divulguer un secret, comme si la bouche était fermée par une couture. Tenir bouche cousue, garder le silence.
M. de Revel et moi dans la confidence, nos bouches cousues [SÉV., 574]
Lisette, quelque temps tiens la bouche cousue, Si tu peux ; va fermer la porte de la rue [REGNARD, Légat. III, 8]
Adieu, bouche cousue au moins [MOL., G. Dand. I, 2]
Motus, bouche cousue [LA FONT., Jum.]
Avoir les joues cousues, avoir le visage très maigre, comme si les joues étaient tenues près des os par une couture. Ce cheval a les flancs cousus, il est maigre et efflanqué.
Être tout cousu de.... avoir une grande quantité, comme si la chose dont il s'agit était cousue partout à la personne ou à la chose dont on parle.
Un livre cousu de passages grecs, hébreux, arabes, de citations de rabbins et d'autres auteurs obscurs et extraordinaires [MALEBR., Recherche, IV, 7]
Loin de ces sots atrabilaires Qui, cousus de petits mystères, Ne nous parlent qu'incognito [GRESSET, Chartreuse.]
Être tout cousu d'or, avoir en ornements beaucoup d'or sur ses habits.
Aux pieds de prélats cousus d'or Charles dit son confiteor [BÉRANG., Ch. le Simple.]
Fig. Être tout cousu d'or, être fort riche.
Oui, de pareils discours et les dépenses que vous faites, seront cause qu'un de ces jours on me viendra couper la gorge, dans la pensée que je suis tout cousu de pistoles [MOL., l'Avare, I, 5]
Son voisin au contraire, étant tout cousu d'or, Chantait peu, dormait moins encor [LA FONT., Fabl. VIII, 2]
Ce vieux Crésus, en sablant du champagne, Gémit des maux que souffre la campagne Et, cousu d'or, dans le luxe plongé, Plaint le pays de tailles surchargé [VOLT., Épît. LXIV]
Être tout cousu de coups, être couvert de blessures. Avoir le visage cousu de petite vérole, être très marqué de petite vérole.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    COUSU. Ajoutez :
    Terme militaire. Se dit de soldats qui, en quelque péril que ce soit, ne se disjoignent pas ni ne rompent leurs rangs.
    En 1809.. le maréchal Macdonald.... vous avertit que vos soldats ne sont plus cousus ensemble.... oui, messieurs, cousus ensemble ; c'est le mot [DUC D'AUMALE, Journ. offic. 29 mai 1872, p. 3578, 3e col.]