couver

(Mot repris de couvasse)

couver

v.t. [ lat. cubare, être couché ]
1. Tenir au chaud sous son corps des œufs, pour les faire éclore, en parlant d'un oiseau.
2. Entourer de soins attentifs : Elle a toujours couvé ses enfants.
3. Litt. Préparer en secret : Couver sa vengeance nourrir
Couver des yeux,
regarder intensément, avec affection ou convoitise.
Couver une maladie,
Fam. en être atteint sans qu'elle soit nettement déclarée.
v.i.
Se préparer ; être latent : La révolte couvait depuis quelque temps. Feu qui couve sous la cendre.

couver


Participe passé: couvé
Gérondif: couvant

Indicatif présent
je couve
tu couves
il/elle couve
nous couvons
vous couvez
ils/elles couvent
Passé simple
je couvai
tu couvas
il/elle couva
nous couvâmes
vous couvâtes
ils/elles couvèrent
Imparfait
je couvais
tu couvais
il/elle couvait
nous couvions
vous couviez
ils/elles couvaient
Futur
je couverai
tu couveras
il/elle couvera
nous couverons
vous couverez
ils/elles couveront
Conditionnel présent
je couverais
tu couverais
il/elle couverait
nous couverions
vous couveriez
ils/elles couveraient
Subjonctif imparfait
je couvasse
tu couvasses
il/elle couvât
nous couvassions
vous couvassiez
ils/elles couvassent
Subjonctif présent
je couve
tu couves
il/elle couve
nous couvions
vous couviez
ils/elles couvent
Impératif
couve (tu)
couvons (nous)
couvez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais couvé
tu avais couvé
il/elle avait couvé
nous avions couvé
vous aviez couvé
ils/elles avaient couvé
Futur antérieur
j'aurai couvé
tu auras couvé
il/elle aura couvé
nous aurons couvé
vous aurez couvé
ils/elles auront couvé
Passé composé
j'ai couvé
tu as couvé
il/elle a couvé
nous avons couvé
vous avez couvé
ils/elles ont couvé
Conditionnel passé
j'aurais couvé
tu aurais couvé
il/elle aurait couvé
nous aurions couvé
vous auriez couvé
ils/elles auraient couvé
Passé antérieur
j'eus couvé
tu eus couvé
il/elle eut couvé
nous eûmes couvé
vous eûtes couvé
ils/elles eurent couvé
Subjonctif passé
j'aie couvé
tu aies couvé
il/elle ait couvé
nous ayons couvé
vous ayez couvé
ils/elles aient couvé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse couvé
tu eusses couvé
il/elle eût couvé
nous eussions couvé
vous eussiez couvé
ils/elles eussent couvé

COUVER

(kou-vé) v. a.
Se tenir sur les œufs pour les faire éclore, en parlant des femelles des oiseaux. La poule a couvé tant d'œufs.
J'avais d'abord regardé comme une fable ce que Diodore rapporte de l'industrie des Égyptiens, qui savaient, par une fécondité artificielle, faire éclore des poulets, sans faire couver les œufs par des poules ; mais tous les voyageurs modernes attestent la vérité de ce fait [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. I, p. 98, dans POUGENS]
Absolument. Cette poule veut couver.
Elle bâtit un nid, pond, couve et fait éclore, à la hâte ; le tout alla du mieux qu'il put [LA FONT., Fabl. IV, 22]
Il [Diphile] retrouve ses oiseaux dans son sommeil : lui-même il est oiseau, il est huppé, il gazouille, il perche, il rêve la nuit qu'il mue ou qu'il couve [LA BRUY., XIII]
Fig. Entretenir avec soin et mystère.
Ennuyés de couver leur cruelle manie [MALH., II, 1]
Ce fier serpent qui couve un venin sous des fleurs [RÉGNIER, Sat. VI]
Je vous avoue, ma très aimable chère, que je couve une grande joie, mais elle n'éclatera point que je ne sache votre résolution [SÉV., 183]
N'est-ce pas sous un beau semblant d'obéissance et de modestie couver la rébellion et la violence dans le sein ? [BOSSUET, Var. Avert. V, § 14]
Vous avez couvé le feu profane dans votre cœur [MASS., Car. Tiédeur, 2]
L'ouvrage d'un scélérat qui couvait de mauvais desseins [J. J. ROUSS., 1er dial.]
Je vois sur votre visage cette méditation profonde qui couve les germes du génie et les dispose à la fécondité [MARMONT., Contes mor. Connaiss.]
Quel que soit le destin que couve l'avenir, Terre [Italie], enveloppe-toi de ton grand souvenir [LAMART., Harm. II, 3]
Couver des yeux, regarder avec plaisir, avec convoitise.
Lorsqu'il est jaloux de son trésor et qu'il le couve des yeux [DESC., Pass. 169]
Telle prenait Goût à le voir et des yeux le couvait [un jouvenceau], Lui souriait, faisait la complaisante [LA FONT., Psaut.]
Messire Jean Chouart couvait des yeux son mort, Comme si l'on eût dû lui ravir ce trésor [ID., Fabl. VII, 1]
Gaillard corbeau disait en le couvant des yeux [un mouton] : Je ne sais qui fut ta nourrice [ID., ib. II, 16]
Préparer, renfermer dans son sein.
Ces grands mouvements Couvent, en leurs fureurs, de piteux changements [RÉGNIER, Sat. IV]
L'air calme couve une pluie [DESC., Météor. 2]
Familièrement. Couver une maladie, porter en soi les germes d'une maladie qu'on craint de voir apparaître.
V. n. Être entretenu sourdement, préparé en silence, sans paraître. Le feu couve sous la cendre.
Tant qu'aucun souffle ne l'éveille, L'humble foyer couve et sommeille [LAMART., Médit. II, 6]
Fig. C'est un feu qui couve sous la cendre, se dit d'une passion, d'une haine prête à se réveiller.
C'est le feu de l'Etna qui couvait sous la cendre [VOLT., Catil. V, 3]
Le feu terrible qui paraissait presque éteint couvait sous la cendre, pour éclater bientôt avec plus de fureur que jamais [J. J. ROUSS., Ém. V]
Il faut laisser couver cela, il ne faut le faire qu'après de mûres réflexions.
Se couver, v. réfl. Être en sourde préparation.
Ne mettez point d'obstacle aux choses qui se couvent [BOSSUET, Devoirs, 2]
Tous les gens un peu pénétrants virent bien qu'il se couvait, au sujet de mon livre et de moi, quelque complot qui ne tarderait pas d'éclater [J. J. ROUSS., Conf. X]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ce sunt cil qui en leur cuer covent leur malice [, Psautier, f° 37]
    Chose que li ton cuer covoit [, Ren. 5720]
    Une geline oï cover, Qui desoz li avoit douze oes [œufs] [, ib. 23388]
    Tel mal ai dedenz moi cové, Par quoi me covendra finer ; Bien voi ne puis longues durer [, ib. 8058]
    Quatre loviax gisent enmi, Et ma dame Hersent la love, Qui ses loviax norrist et cove [, ib. 361]
    Car bien est ores esprouvée La traïson qu'avez couvée [, la Rose, 2954]
    Com plus couve li feus, plus art [RUTEB., 38]
  • XIVe s.
    La très grant traïson qu'il ont longtemps covée Fu en l'ost dessus dit très clairement provée, Complainte sur la bataille de Poitiers [, Bibl. des Chartes, 3e série, t. II, p. 261]
    Et ainsi [le feu d'amour] se queuve et engendre, Com li charbons desouz la cendre [MACHAULT, p. 85]
    Et en droite aventure, je vous acertefie, Met-on les oefs couver, on l'a dit mainte fie [, Guesclin. 4460]
  • XVIe s.
    Je me couve continuellement de mes pensées, et les couche en moy [MONT., I, 78]
    Les tortues et les autruches couvent leurs œufs de la seuie vue [ID., I, 101]
    Les accoustrements nous eschauffent de nostre chaleur, laquelle ils sont propres à couver et nourrir [ID., I, 319]
    Un vieillard se faict tort et aux siens de couver inutilement un grand tas de richesses [ID., II, 76]
    Il couvoit de longtemps en son cœur le paganisme [ID., III, 83]
    Que je couve quelque maladie causée d'excès [YVER, p. 582]
    Cela descouvrit la maladie cachée et secrette, qui de long temps se couvoit en la ville de Rome [AMYOT, Marius, 62]
    Les plus temeraires se prirent à crier que Crispinus ne couvoit rien de bon en son cueur [ID., Othon, 4]
    La poule couvante ne les poussins esclos ne peuvent souffrir l'incommodité d'un mauvais logis [O. DE SERRES, 358]
    Qui te retient, disoy je, ainsi tard endormie ? Tu ne dois si longtemps en paresse couver ; La femme d'un vieillard matin se doit lever [DESPORTES, Œuvres, p. 327, dans LACURNE]
    Elle y peut bien pondre, mais elle n'y couvera pas [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry et normand, couer ; saintong. coûer ; wallon, cover ; génev. gonver ; Franche-Comté, gouver ; provenç. coar ; catal. covar ; ital. covare ; du latin cubare, être couché.

couver

COUVER. v. tr. Couvrir de son corps ses oeufs pour entretenir la chaleur qui les fait éclore, en parlant de la Femelle d'un oiseau. Les oiseaux couvent leurs oeufs. Cette poule a couvé tant d'oeufs. On lui a fait couver des oeufs de cane. Absolument, C'est la saison où tels oiseaux couvent. Mettre des poules couver. Fig., Couver quelqu'un, S'occuper avec grand soin de quelqu'un, le protéger, le former.

Fig. et fam., Couver des yeux une personne, une chose, La regarder avec intérêt, avec complaisance. Elle couve des yeux son fils, sa fille. L'avare couve des yeux son trésor.

Il se dit figurément en parlant des Choses que l'on tient cachées, qui se préparent sourdement. Il couve de mauvais desseins. On dit aussi Il couve une grande maladie. Impersonnellement, Il se couve quelque chose de dangereux. Il se couve là-dessous je ne sais quoi.

Il est aussi intransitif et se dit figurément des Choses qui sont cachées, qui ne paraissent point et qui peuvent se découvrir quelque temps après. Le feu couve sous la cendre. Cette conspiration couve depuis longtemps. Cette guerre s'est allumée, elle couvait depuis longtemps. Sa haine, son amour a longtemps couvé dans son coeur.

Fig. et fam., Il faut laisser couver cela, se dit d'une Chose qu'il ne faut pas se presser de faire.

couver

Couver, Il vient de Cubare, b verso in v, Incubare ouis vel pullis, dicitur gallina, Sedere in ouis, Oua fouere, Nidulari.

Mettre couver, Oua gallinis subiicere, vel supponere.

Couvé, Fotus.

couver


COUVER, voy. COUVÉE.

Synonymes et Contraires

couver

verbe couver
Entourer de soins.
Traductions

couver

(kuve)
verbe transitif
1. rester sur des œufs pour les faire éclore La poule couve ses œufs.
2. figuré protéger un enfant de manière excessive Elle couve beaucoup trop son fils.
3. être sur le point d'être malade

couver

brüten, ausbrütenincubate, brood, sit, hatch, smoulderkoesteren, broeden, broedenop, (uit)broeden, beramen, broeien, smeulen, vertroetelen, zinnen (op), uitbroeden, bemoederen, broeden opדגר (פ'), הדגיר (הפעיל), דָּגַר, הִדְגִּירbroeikoviempollar huevos, incubarcovareincubarechocar, incubarвысишиватьhäcka, ruvaлюпене孵化siitosmunien
verbe intransitif
1. rester sur des œufs L'oiseau couve dans son nid.
2. être prêt à apparaître Le feu couve.

couver

[kuve]
vt
[oiseau] → to sit on
(fig) [+ maladie] → to be getting, to be coming down with
couver qn/qch des yeux (avec tendresse) → to look lovingly at sb/sth; (avec convoitise) → to look longingly at sb/sth
vi [feu] → to smoulder (Grande-Bretagne), to smolder (USA); [révolte] → to be brewing