couvert, erte

COUVERT, ERTE1

(kou-vêr, vèr-t') part. passé de couvrir
Garni, muni de quelque chose qui couvre. Maison couverte en tuile. Clos et couvert, logé dans une maison qui est bien close et qui a bonne toiture. Le propriétaire doit tenir son locataire clos et couvert. Fig. Se tenir clos et couvert, se tenir en lieu de sûreté. Terme de marine. Batterie couverte, batterie de bouches à feu renfermée entre deux ponts. Ailes couvertes, ailes des insectes qui sont tout à fait cachées sous les élytres. Terme de botanique. Fruit couvert, fruit que le calice, persistant autour de l'ovaire, et se fermant vers le sommet, enveloppe en entier. Fig. Servir quelqu'un à plats couverts, ne lui confier un secret qu'en partie, et aussi lui rendre de mauvais offices secrètement.
Vêtu. Il n'était couvert que de simple serge. Un homme bien couvert.
Mais que veut ce soldat couvert à la romaine ? [MAIR., Sophon. IV, 1]
Dans ce désordre à mes yeux se présente Un jeune enfant couvert d'une robe éclatante [RAC., Athal. II, 5]
D'après de Caillières, 1690, dire un homme bien couvert, était une façon de parler du dernier bourgeois. Qui a son chapeau sur la tête.
Le chancelier Guy de Rochefort était assis et couvert [VOLT., Mœurs, 110]
Terme de musique. Couvert, mot qui indique qu'on doit couvrir d'un drap les timbales afin d'en amortir le son.
Mots couverts, paroles qui cachent un sens différent de celui qu'elles expriment.
C'est me conseiller de mourir, en paroles couvertes [SÉV., 219]
Mots couverts, paroles honnêtes qui en font entendre d'obscènes.
Allée couverte, allée taillée en berceau. Pays couvert, pays très boisé.
Chargé, plein de. Une table couverte de mets. Pays couvert de bois.
Ces portiques, ces lieux que vous voyez déserts, De nombreux citoyens seront bientôt couverts [VOLT., Tancr. III, 3]
L'océan était couvert de ses flottes [RAYNAL, Hist. phil. IX, 8]
Par extension.
Bientôt nos amis Viendront couverts du sang que je vous ai promis [RAC., Andr. V, 4]
....Le héros en prière Demeura tout couvert de feux et de lumière [BOILEAU, Lutr. VI]
Tu gémis et tes yeux de larmes sont couverts [VOLT., Alz. IV, 7]
Fig. Un discours couvert d'applaudissements.
Et j'aime mieux voir morts que couverts d'infamie Ceux que vient de m'ôter une main ennemie [CORN., Hor. IV, 2]
Nous mourrons, je le sais, mais tout couverts de gloire [VOLT., Orphel. IV, 6]
Protégé, défendu.
Couverte de toutes parts, la France est capable de tenir la paix avec sûreté dans son sein, mais aussi de porter la guerre partout où il faut [BOSSUET, Marie-Thér.]
Marie est couverte de la vertu du Très Haut [ID., IV, Annonc. 1]
Dans la gloire éternelle, les fautes des saints pénitents, couvertes de ce qu'ils ont fait pour les réparer et de l'éclat infini de la divine miséricorde, ne paraissent plus [ID., Louis de Bourbon.]
Mannheim.... est au confluent du Necker et du Rhin, et couverte d'un côté par un marais [LAFAYETTE, Mém. Cour de France, Œuvres, t. II, p. 371, dans POUGENS.]
Aimé du souverain, de ses rayons couvert, Vous ne servez qu'un maître, et le reste vous sert [VOLT., Brut. II, 2]
Que l'accusé couvert de votre autorité, Sorte de son palais et parle en liberté [M. J. CHÉN., Tibère, V, 5]
Terme d'art militaire. Cette porte est couverte par une demi-lune. Chemin couvert, chemin sur le bord extérieur du fossé et où l'assiégé est à l'abri du feu des assiégeants.
Caché.
Et lorsque sous mon nom il se livre à sa perte, Tiendrai-je sous le sien ma fortune couverte ? [CORN., Héracl. IV, 1]
Il tient en ma faveur leur naissance couverte [ID., ib. V, 3]
Mais, tenons, s'il se peut, notre douleur couverte [MOL., Mélic. II, 2]
Tes yeux sur ma conduite incessamment ouverts M'ont sauvé jusqu'ici de mille écueils couverts [RAC., Brit. I, 4]
Votre empire n'est plein que d'ennemis couverts [ID., Alex. II, 2]
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux [ID., Andr. II, 2]
Au milieu d'ennemis couverts ou déclarés [LA BRUY., X.]
Quoi ! vous le soupçonnez d'une haine couverte ? [RAC., Brit. V, 1]
....Je ne sais quel ennemi couvert Révélant nos secrets, vous trahit et me perd [ID., Mithr. IV, 2]
Jalousies tantôt couvertes, tantôt déclarées [BOSSUET, Hist. III, 6]
Écouta-t-il Jason, quand sa haine couverte L'envoya sur nos bords se livrer à sa perte ! [CORN., Médée, II, 2]
Ce feu, tantôt couvert, tantôt soufflé avec violence, désolait ces beaux climats [VOLT., Scarmentado.]
Terme de musique. Quinte, octave couverte, synonyme de quinte, octave cachée.
Dissimulé. C'est un homme couvert. Se tenir couvert, cacher ses pensées, ses projets.
Il [Monsieur] se tint couvert au dernier point au sujet des trois ministres [RETZ, Mém. liv. III, p. 464, dans POUGENS]
On dit dans le même sens : clos et couvert.
Vin couvert, vin d'une couleur rouge foncée.
Il y pleut [dans l'île des Plaisirs] du vin couvert quand le temps est chargé, et, dans les plus beaux jours, la rosée du matin est toujours du vin blanc [FÉN., XIX, 38]
10° Drap couvert, drap qui n'a pas été tondu d'assez près.