couvertement

COUVERTEMENT

(kou-vèr-te-man) adv.
D'une manière couverte, cachée.
M. de Mayenne se servit, quoique couvertement, des seize, qui étaient les quarteniers de la ville [RETZ, II, 266]
On corrompt mes sujets, on conspire ma perte, Tantôt couvertement, tantôt à force ouverte [DESMARETS, Mirame, I, 1]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Car li plusor songent de nuit Maintes choses couvertement Que l'on voit puis apertement [, la Rose, 19]
    Et cil meisme qui estoient contre lui estoient si ami couviertement [, Chr. de Rains, p. 131]
  • XVe s.
    Quand jour fut, ces marchands qui estoient couvertement armés.... [FROISS., I, I, 131]
  • XVIe s.
    Dès la naissance de l'Eglise chrestienne telles diversitez ont aparu, qui se sont continuées tantost couvertement, tantost ouvertement, et dureront jusqu'à la fin du monde [LANOUE, 70]
    Les femmes scythes crevoient les yeulx à touts leurs esclaves et prisonniers de guerre, pour s'en servir plus librement et couvertement [MONT., III, 342]

ÉTYMOLOGIE

  • Couverte, et le suffixe ment ; provenç. cubertament ; espagn. cubiertamente ; ital. copertamente.