créateur, trice


Recherches associées à créateur, trice: designer

CRÉATEUR, TRICE

(kré-a-teur, tri-s') s. m. et f.
S. m. Celui qui crée ; Dieu. Le créateur du ciel et de la terre.
Ces premiers arts que les hommes apprirent, et apparemment de leur créateur, sont l'agriculture, l'art pastoral, celui de se vêtir et peut-être celui de se loger [BOSSUET, Hist. I, 1]
Les deux substances [l'âme et le corps] étant de nature si différente, que l'une ne pourrait rien sur l'autre, si Dieu, créateur de l'une et de l'autre, n'avait, par sa volonté souveraine, joint ces deux substances par la dépendance mutuelle de l'une à l'égard de l'autre [ID., Conn. III, 2]
Créateur incréé de la nature entière [VOLT., Guèbr. III, 5]
Au lieu d'une substance spirituelle essentiellement distinguée de la matière et qui ne pouvait être unie au corps que par l'institution d'un créateur tout-puissant [BOULLAINVILLIERS, Réfutat. de Spinosa, p. 184]
Créateur tout-puissant, principe de tout être ; Toi pour qui le possible existe avant de naître, Roi de l'immensité [LAMART., Méd. I, 7]
Salut, principe et fin de toi-même et du monde, Toi qui rends d'un regard l'immensité féconde ; Ame de l'univers, Dieu, père, créateur, Sous tous ces noms divers, je crois en toi, Seigneur [ID., ib. I, 16]
Le souverain créateur de toutes choses, et, absolument, le Créateur, Dieu.
Ce qui appartient à la sagesse du Créateur semble être encore plus au-dessus de notre faible portée, que ce qui appartient à sa puissance [FONTEN., Leibnitz.]
Lorsque du Créateur la parole féconde Dans une heure fatale eut enfanté le monde Des germes du chaos [LAMART., Méd. I, 7]
Recevoir son Créateur, communier.
Par extension, l'inventeur, le premier auteur de quelque chose. Homère est regardé comme le créateur de l'épopée.
Corneille qui fut parmi nous le créateur de la tragédie, même en copiant le Cid espagnol [VOLT., Lett. Faugères, 3 mai 1776]
Je relis Corneille ; c'est un créateur ; il n'y a de gloire que pour ces gens-là [ID., Lett. d'Argental, 26 juin 1761]
Il a suivi son plan avec tant d'activité et de succès que, s'il s'est montré dans ses autres ouvrages comme un physicien exact et profond, il a été vraiment créateur dans la physiologie [CONDORCET, Haller.]
S. f. Créatrice, celle qui crée. Phémonoé passe pour la créatrice du vers hexamètre chez les Grecs.
Celui qui produit. Le créateur d'un produit.
Adjectivement, créateur, créatrice.
Cet esprit créateur qui, dans toute l'étendue du siècle le plus heureux, ne tombe guère en partage qu'à trois ou quatre hommes pris dans toute l'étendue des pays savants [FONTEN., Newton.]
Quand la Russie prenait une forme nouvelle sous ses mains créatrices [de Pierre Ier] [CONDILLAC, Études hist. part. III, ch. 2]
Quand l'imagination créatrice eut élevé les premiers monuments, qu'est-il arrivé ? Le sentiment général fut sans doute celui de l'admiration [LAHARPE, Cours de littér. Introd.]
Mais ce feu créateur [la vie] qui sert à l'animer [un être vivant], Si je l'avais éteint, comment le ranimer ? [DUCIS, Othello, V, 4]
En France, sous le nom de seconde époque, je désignerai le temps où les quatre génies créateurs du XVIIIe siècle n'agissent plus seuls sur la littérature, et sont remplacés ou entourés par le nombre assez grand d'esprits inférieurs mais brillants, qui concoururent à donner aux lettres françaises un caractère de popularité dans toute l'Europe [VILLEMAIN, Litt. fr. 18e siècle, 2e partie, 1re leçon.]

REMARQUE

  • Quand créateur est pris absolument pour signifier Dieu, l'Académie y met un grand C.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Li criere del monde [, Machab II, 7]
    Li uns ert sire, li autre sers, li uns faitre [facteur, faiseur], l'autre faiture, l'uns crierre, l'autre creature [WACE, Vierge Marie, p. 45]
    Cil qui esteit encore à naistre Connut son seignor et sun maistre, Deciples maistre, sers seignor, Creature sun creator. [, ib. p. 46]
    Tais [tais-toi], Oliver, por Deu le creator [, Ronc p. 44]
    Pour lui [je] m'en vais souspirant en Syrie ; Car je ne doi faillir mon creatour [QUESNES, Romancero, p. 93]
    Se sauve l'honor Du creator Estoit, tout temps [je] voudroie [qu'il] Nuit feïst du jor ; Jamais dolor Ne pesance [je] n'auroie [, ib. p. 68]
    Car plus criement asez le terrien seignur, Que il ne funt Jesu le puissant creatur [, Th. le mart. 28]
    Ezechie e David e maint autre plusur, Quant il orent mesfait vers Deu lur creatur, Mult s'unt humilié.... [, ib. 78]
    En vain se travelleroit pour esleveir nos cuers, s'il ne savoit ke li creeres de nostre salveteit fust assigiez [assis] en ciel [ST BERN., 525]
  • XIIIe s.
    Mès il ne plot au creatour, Qu'on appelle le roi de gloire, Que li nostre eüssent victoire [BARBAZAN, Fabliaux, t. I, p. 60]
  • XVe s.
    Par la grace du souverain roi des rois, qui est notre createur et sauveur et creeur et donneur de toute paix [MONSTREL., liv. I, ch. 102]
  • XVIe s.
    En la semence gist la vertu creative et formatrice [PARÉ, XVIII, 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. creaire, creator ; portug. et espagn. criador ; ital. creatore ; du latin creatorem, de creare (voy. CRÉER). Dans le vieux français et le provençal, creere et creaire est le nominatif, du latin creátor avec l'accent sur a ; creator est le régime, du latin creatórem, avec l'accent sur to.