crépir

(Mot repris de crépit)
Recherches associées à crépit: crépis

crépir

v.t.
Enduire d'un crépi : Les murs sont crépis.

CRÉPIR

(kré-pir) v. a.
Enduire de plâtre ou de mortier un mur en se servant d'un balai et sans employer régulièrement la truelle.
Terme de corroyeur. Prendre un cuir lorsqu'il est sorti de l'eau et lui faire venir le grain.
Crépir du crin, le faire bouillir pour le friser.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Esclice à crespir les cheveus [DU CANGE, crispicapillus.]
  • XVIe s.
    De toutes les maisons qu'il avoit aux champs, il n'y en avoit pas une dont les murailles fussent crespies ny enduittes [AMYOT, Caton, 10]
    Les ladres ont la peau crespie comme une oye maigre deplumée, à sçavoir aspre, aride et inegale [PARÉ, XXII, 10]
    Cela n'est que crespir la muraille, qui cheoit de vieillesse, au lieu de la rebastir [O. DE SERRES, 115]
    Et de ses maisons aux champs il [Caton l'ancien] n'en avoit aulcune qui feust crepie et enduite par dehors [MONT., I, 384]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. crispare (voy. CRÊPE 1). L'exemple où l'on dit crespir les cheveux, montre que crépir et crêper est le même mot sauf la conjugaison ; crépir la muraille ayant été dit à cause de l'apparence grenue que donne le crépi.

crépir

CRÉPIR. v. tr. Garnir de crépi. Il faut crépir cette muraille. On dit, en termes d'Arts, Crépir du cuir, Y faire venir le grain ; et, Crépir le crin, Le faire bouillir dans l'eau pour le friser.

crépir


CRÉPIR, v. a. CRÉPISSûRE, s. fém. [Krépi, pi-sûre; 1re fer. 3e lon.] Crépir, c'est enduire une murâille avec du grôs mortier. "Crépir une murâille, une murâille crépie. — Crépissûre, est le crépi d'une murâille. "Tant pour tant de toises de crépissûre, etc.

Traductions

crépir

roughcast

crépir

[kʀepiʀ] vt → to roughcast