craie

(Mot repris de craies)

craie

n.f. [ lat. creta ]
1. Roche calcaire, le plus souvent blanche ou blanchâtre : Douvres et ses falaises de craie.
2. Bâtonnet de cette substance qui sert à écrire au tableau noir, sur du tissu, du bois, etc. : Une boîte de craies. Une craie de couturière.

CRAIE

(krê) s. f.
Carbonate de chaux amorphe qu'on trouve dans le sein de la terre, où il forme des bancs plus ou moins épais.
Les fonds de craie [dans les fleuves] résistent plus que ceux de sable ou de limon [FONTEN., Guglielmini.]
La craie que l'on croyait si moderne se trouve ainsi bien reculée dans les siècles de l'avant-dernier âge [CUV., Révol. p. 285]
Fuis de ce tuf ingrat la rudesse indocile, Et le fonds plein de craie où gît l'affreux reptile [DELILLE, Géorg. II]
Craie coulante, chaux carbonatée pulvérulente, rendue fluide par l'eau. Crayon de craie, ou, simplement, craie, petit morceau de craie taillé en crayon et avec lequel on écrit sur un tableau noir, ou sur tout autre fond qui n'est pas blanc. Tracer à la craie. Craie de Briançon, nom impropre donné à la variété écailleuse de la stéatite (talc), qui est un silicate de magnésie et dont les tailleurs se servent pour tracer leurs lignes.
Absolument. Marque que le maréchal-des-logis faisait sur la porte des maisons où les personnes suivant la cour en voyage devaient loger. Loger à la craie. Cette maison est exempte de la craie. Cet usage est complétement aboli.
Terme de fauconnerie. Maladie des oiseaux de proie, dite aussi pierre.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Car ele ert [était] aussi blanche comme croie qu'on houe [, Berte, XXXIII]
    Terre à potier, ne nule autre maniere de terre, ne croie, ne doivent rien de chaucie [, Liv. des mét. 277]
    Là prent Diex son repast, son confort et sa joie ; Trestout le remanant ne prise ung trait de croie [J. DE MEUNG, Test. 1496]
  • XVe s.
    Dix muys de vin blanc comme croye [VILLON, Petit testam.]
  • XVIe s.
    Or ne trouverent ilz point là, sur l'heure, de croye ou de terre blanche pour marquer, à raison de quoy ilz prirent de la farine [AMYOT, Alex. 50]
    Quelque excrement blanc semblable à la croye [PARÉ, XVIII, 27]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. creta.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • CRAIE. - ÉTYM. Ajoutez : D'après M. Roulin, creta ( e long) signifie proprement la terre passée au sas, de cernere, cribler, la creta ( e long), comme l'a montré M. A. Brongniart, désignant non la craie, mais une argile smectique, mêlée de parties siliceuses, que l'on criblait pour certains usages.

craie

CRAIE. n. f. Carbonate de chaux friable généralement blanc, que l'on trouve dans le sol en couches plus ou moins épaisses, surtout en Champagne et sur les côtes de la Manche.

Il se dit souvent aussi d'un Bâton fait de ce carbonate et qui sert à tracer des lignes sur une surface noire. Un morceau de craie. Marquer avec de la craie. Tracer avec de la craie. Écrire au tableau avec de la craie. Marquer à la craie les logis que les soldats doivent occuper.

craie


CRAIE, s. f. [Krè; long, ê ouv.] Pierre tendre et blanche, propre à marquer. "Morceau de craie. Marquer avec de la craie, ou, à la craie.

Traductions

craie

Kreidechalkkrijt, krijt(je)אבן גיר (נ), גיר (ז), קרטון (ז), גִּירcreta, guixkřídakridtkretotiza, yeso, creta, gisliitukapur, kapur belanda, kapur tulisgesso, cretacretagreda, griz, gizkritaκιμωλίαطَبَاشِيرkredaチョーク분필krittkredaмелหินชอล์กtebeşirphấn viết粉笔Креда粉筆 (kʀɛ)
nom féminin
1. pierre blanche des falaises de craie
2. objet long avec lequel on écrit une boîte de craies blanches

craie

[kʀɛ] nfchalk