crainte

(Mot repris de craindront)

crainte

n.f.
Sentiment de qqn qui a peur : Cet homme leur inspire de la crainte effroi, frayeur ; assurance, audace appréhension ; confiance angoisse ; espoir, souhait tranquillisez-vous ; anxiété, inquiétude
De crainte que (+ subj.), de crainte de (+ inf.),
pour éviter que, de peur de : Je lui parlais, de crainte qu'il s'endorme ou ne s'endorme au volant. Elle a accepté de crainte d'avoir à s'expliquer.

CRAINTE

(krin-t') s. f.
Sentiment par lequel on craint.
Ôter de crainte [VOIT., Lett. 9]
C'est par là que l'on tient ses voisins en contrainte, Ses peuples en repos, ses ennemis en crainte [CORN., Nicom. III, 2]
S'ils vous tiennent ici, tout est pour eux sans crainte [ID., ib. I, 1]
Comme si notre Rome eût fait toutes vos craintes [ID., Hor. I, 1]
J'ai crainte ici dessous de quelque manigance [MOL., l'Étour. I, 4]
L'homme qui est toujours en crainte [PASC., dans COUSIN]
Les barbares furent tenus en crainte par ses armes [BOSSUET, Hist. I, 10]
Cet animal est triste, et la crainte le ronge [LA FONT., Fabl. II, 14]
Cette crainte maudite M'empêche de dormir sinon les yeux ouverts [ID., ib.]
....Fi du plaisir Que la crainte peut corrompre [ID., ib. I, 9]
La crainte est aux enfants la première leçon [ID., Oies.]
La crainte est nécessaire quand l'amour manque ; mais il la faut toujours employer à regret, comme les remèdes les plus violents et les plus dangereux [FÉN., Tél. XXIV]
Une âme menée par la crainte en est toujours plus faible [ID., Éduc. des filles, ch. 5]
Qu'ils pleurent, ô mon Dieu, qu'ils frémissent de crainte, Ces malheureux qui de ta cité sainte Ne verront point l'éternelle splendeur [RAC., Athal. II, 9]
Que de craintes, mes sœurs, que de troubles mortels ! [ID., ib. III, 8]
Le respect et la crainte Ferment autour de moi le passage à la plainte [ID., Bérén. II, 2]
Je crains Dieu, cher Abner, et n'ai point d'autre crainte [ID., Athal. I, 1]
Jamais crainte ne fut plus juste que la vôtre [ID., Phèd. III, 3]
Le tyran [Pluton] qui tient en crainte les vivants et les morts [FÉN., Tél. XVIII]
Comme il était sans crainte, il était sans défenses [VOLT., Œdipe, IV, 1]
Sentiment de crainte respectueuse. La crainte de Dieu. Crainte filiale.
Celui-ci avait la crainte des dieux [FÉN., Tél. XII]
La bonne crainte vient de la foi : la fausse crainte vient du doute [PASC., Pensées, part. II, art. 17]
[ô Dieu] rendez-le heureux, en lui conservant votre crainte, qui seule fait le bonheur des peuples et des rois [MASS., Petit car. Malheur des grands.]
Terme de droit. Crainte révérencielle, synonyme de crainte filiale ou respectueuse. Crainte servile, celle qui naît de la seule appréhension du châtiment. Crainte grave, celle qui est capable d'ébranler même une âme forte, comme la crainte de la mort. Une crainte grave suffit pour annuler un contrat. On dit par opposition : crainte légère
Sentiment d'un respect mal placé.
Cette disposition renferme premièrement un mépris de Dieu qui la rend très criminelle, secondement une crainte du monde qui la rend très insensée [MASS., Carême, Resp. hum.]
Rappelé d'un côté par la voix de Dieu, de l'autre retenu par la crainte des hommes [ID., ib.]
Dans la crainte de, avec l'infinitif, ou dans la crainte que, avec le subjonctif et la particule ne. Dans la crainte de tomber. Dans la crainte que l'orage ne survienne. C'est une licence de ne pas mettre ne.
Le maréchal de Boufflers attaqua deux heures avant l'arrivée de son infanterie, dans la crainte que les ennemis se retirassent [SAINT-SIMON, 119, 51]
De crainte de, avec l'infinitif.
Quoique ce soit un bien que l'un et l'autre attende, De crainte de le perdre, aucun ne le demande [CORN., Rodog. II, 2]
De crainte que, avec le subjonctif et la particule ne, en craignant que. De crainte que l'on ne vous trompe. De crainte que l'heure ne fût passée. C'est une licence de ne pas mettre ne.
Anaxagoras abandonna tout ce qu'il avait, de crainte que le soin de ses propres intérêts le détournât de l'étude [FÉN., Anaxagoras.]
Elliptiquement, crainte de.
Il n'a, crainte du chaud, que l'air pour couverture [RÉGNIER, Sat. XI]
Crainte pourtant de sinistre aventure, Allons chez nous achever l'entretien [MOL., Amph. I, 2]
Le peuple est désespéré entre la nécessité de payer, de peur des exactions, et le danger de payer, crainte des surcharges [MONTESQ., Esp. XIII, 18]
Crainte de, pris ainsi adverbialement, se dit des choses et jamais des personnes : Il a fait cela crainte de pis ; on ne dirait pas : Il a fait cela crainte de vous. Cette locution s'emploie avec un substantif pour complément, plutôt qu'avec un infinitif ; cependant on trouve cet exemple-ci de l'infinitif dans J. J. Rousseau, exemple qui pourrait être imité : On n'osait interroger personne, crainte d'apprendre plus qu'on ne voulait savoir, Hél. VI, 11. Elle ne s'emploie pas avec que : De crainte qu'on ne nous dérange, et non : Crainte qu'on ne nous dérange.

SYNONYME

  • APPRÉHENSION, CRAINTE, PEUR. L'appréhension est une vue de l'esprit qui aperçoit un péril comme possible. La crainte est une émotion du cœur à la vue du péril. La peur est, en face du péril, la perte du courage et de la puissance de résister.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Cumencement de sapience, la crieme de nostre Segnor [, Liber psalm. p. 172]
    Jo tis serfs, dès m'enfance, ai crieme oüd de nostre Seignur [, Rois, 314]
  • XIIIe s.
    Grant craime et grant paor en a, Mès sachiez qu'il se deffendra, S'il li vient nus hom qui l'assaille [, Ren. 18511]
  • XVe s.
    Lequel s'en alla sans dire adieu à son maistre, pour la crainte de sa personne, autrement il eust esté tué ou prins [COMM., I, 2]
  • XVIe s.
    Boire à la françoise, et moderéement en crainte de sa santé [MONT., II, 15]
    Sa gravité estoit melée d'une maniere de crainte, qu'il sembloit qu'il redoubtast la presence du peuple [AMYOT, Nicias, 3]

ÉTYMOLOGIE

  • Craint ; wallon, crimeûre. L'ancien français crieme, craime vient directement de l'ancien verbe cremir.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CRAINTE. Ajoutez :
    On trouve un exemple de crainte que, dans Mme de Sévigné.
    Toutes les bonnes têtes la voudraient, cette suspension, crainte que vous ne soyez trompés [SÉV., 4 nov. 1673]

crainte

CRAINTE. n. f. Action de craindre. La crainte du châtiment. La crainte de la mort. La crainte de l'enfer. La crainte des jugements de Dieu. Donner, inspirer de la crainte à quelqu'un. Jeter de la crainte dans l'esprit, dans l'âme. Être saisi, pénétré, rempli de crainte. Mouvement de crainte. Je lui ai ôté cette crainte, je l'ai délivré de cette crainte. Abjurer toute crainte.

Crainte servile, La crainte qui naît de la seule appréhension du châtiment.

DANS LA CRAINTE DE, CRAINTE DE, loc. prép. DANS LA CRAINTE, DE CRAINTE QUE, loc. conj. De crainte d'être surpris. De crainte qu'on ne vous trompe. On dit quelquefois simplement Crainte de malheur, d'accident, crainte de pis.

crainte

Crainte, Formido, Formidatio, Metus, Timor, Timiditas.

La crainte ou peur que j'ay que mal ne t'advienne, Timor meus de te.

La crainte que j'ay que mon frere n'ait mal, m'empesche à escrire, Metus de fratre in scribendo impedit.

La crainte qu'ils ont d'ouyr parler de toy, leur est tousjours presente, et leur semble qu'ils t'oyent tousjours, Tui nominis terror in auribus animisque aratorum versatur.

Une crainte qui rend les gens tristes et dolens, Moestus timor.

Si grande crainte qu'on en ait l'esprit troublé, Pauor, Consternatio.

Fort grande crainte, Reformidatio, Summus timor.

Une crainte qui met les gens hors du sens, Lymphaticus pauor.

Crainte a fait changer d'opinion, Variauit sententiam timor.

Crainte se passe et devient à rien, Exolescit metus.

Faire à quelqu'un la mesme crainte qu'à un autre, In eundem metum compellere.

¶ Monstrer crainte à quelqu'un, Tendere alicui metum.

Donner ou bailler crainte à quelqu'un, Afficere aliquem timore, vel formidine, Timorem alicui iniicere, Opponere formidines, Terrorem incutere.

Mettre les hommes en crainte, Metum animis hominum concitare, In metum coniicere homines.

Entrer en crainte, Metum capere, Metum in se concipere.

Avoir crainte, Timere, Affici timore.

Avoir crainte de quelque danger, Animum alicui periculo submittere, Timere periculum.

Avoir crainte, ou honte d'offenser les gens, Reuerentiam aduersus homines adhibere.

Il y avoit quelque crainte, Timor aliquantus erat.

Qui a une crainte de Dieu mal reglée et prinse à rebours, Superstitiosus.

Laisser à parler de quelque chose de crainte qu'on a, Refugere a dicendo.

Estre en crainte, In metu esse, In timore versari.

Avec crainte, Timide.

Recommander avec crainte et honte, Religiose commendare.

Chasser toute la crainte, Metum deiicere, siue amouere.

Laisser ou delaisser toute crainte, Metum ponere, Timorem abiicere, vel mittere.

Mettre hors toute crainte, Excutere timorem, Ponere curam.

Pour me mettre hors de ceste crainte, Vt ex hoc metu certus sim, Vt me ex hoc excutiam metu, aut exoluam.

Oster crainte, Metum remouere, vel sustollere.

Crainte ostée, Amoto metu.

Jetter, delivrer, mettre quelqu'un hors de crainte, Excutere metum de corde alicuius, Aliquem metu leuare, Liberare aliquem metu, Adimere metum alicui.

¶ Sans crainte, Ingenue, Intrepide.

Faire quelque chose sans crainte d'estre reprins, Suo iure aliquid agere.

Blesser sans crainte du danger advenir, Libere laedere.

Dire sans crainte, Audacter et libere dicere.

Bailler conseil sans crainte, Libere dare consilium.

Je me suis mis en danger sans crainte, Pericula non dubitanter adij, aut nullo timore.

¶ Je remedieray gaillardement à ceste crainte, Ego istum lepide medicabor metum.

Estre esmeu de la crainte de Dieu, Religione tangi.

Ne perdre point la crainte de Dieu, garder sa crainte et honneur, Religionem Dei retinere.

Qui est sans crainte, Timore vacuus.

Qui n'a nulle crainte de Dieu, A religione remotus, Irreligiosus.

crainte


CRAINTE, s. f. [Krein-te; 1re lon. 2e e muet.] Apréhension, peur; passion exaltée dans l'âme, par l'image d'un mal à venir. "La crainte du châtiment, de la mort, de l'enfer. "La crainte de Dieu est le comencement de la sagesse. — Remarquez que cette expression, crainte de Dieu, exprime tantôt la crainte d'en être sévèrement puni, qu'on apèle crainte servile, tantôt la crainte de lui déplaire, crainte filiale.
   1°. CRAINTE, régit la prép. de et l'infinitif: "Le but de la Comédie est de corriger le peuple, par la crainte d'être moqué, et non pas, de n'être moqué, comme disent certains. — Il régit les noms au génitif: la crainte de Dieu, du mal, du péché, des dangers, de la mort, etc. * Fénelon dit en un endroit, la crainte des Dieux, et dans un aûtre, la crainte pour les dieux. Ce dernier régime est contre l'usage.
   2°. On dit, tenir quelqu'un en crainte; mais on ne dit pas, être en crainte: "À~ l'égard de l'État et de ses Peuples, elle étoit en crainte; mais pour elle-même, elle conservoit une confiance, un courage et une femeté inébranlable. Mascar. Or. Fun. d'Anne d'Autriche.
   3°. DE CRAINTE QUE, conjonction, régit le substantif, précédé de la particule ne; de crainte de, l'infinitif sans la négative: De crainte que l'heûre ne fût passée: de crainte de vous déplaire, et non pas, de ne vous déplaire, comme je l'ai souvent ouï dire.
   -- Que la Vieille jamais ne crache,
   De crainte de cracher ses dents.
Anciènement on retranchait la prép. de devant crainte, et l'on disait, crainte qu'il ne viène, crainte de manquer, pour, de crainte que, de crainte de, etc. Vaugelas condamne fortement cette façon de parler. L' Acad. se contentait de dire qu'elle était du style familier. Elle ne l'a plus mis dans la dern. édit. — Crainte de, se dit bien avec un nom: Crainte d'accident, crainte de pis. "Il s' est muni d'une escorte, crainte d'accident: "Il s'est soumis à cette peine, crainte de pis.

Synonymes et Contraires
Traductions

crainte

Furcht, Angstfear, alarm, apprehension, fright, trepidation, awebeduchtheid, schroom, vrees, angstvalligheidהתייראות (נ), חרדה (נ), יראה (נ), מגור (ז), מורא(ז), מנוד לב (ז), פחד (ז), מוֹרָא, חֲרָדָה, יִרְאָה, פַּחַדbedugtheid, vreesangsttimeto, timotemor, miedopaurastrachinquietude, medo, receiohofukorkustrachpelkorädslaกลัว (kʀɛ̃t)
nom féminin
peur Sois sans crainte, je t'attends. Il n'a rien dit par crainte des représailles.

crainte

[kʀɛ̃t] nffear
de crainte de faire qch → for fear of doing sth
Il n'ose rien dire de crainte de la vexer → He daren't say anything for fear of upsetting her.
de crainte que
Je n'ai pas pris le vase avec moi de crainte qu'on ne me le vole → I didn't take the vase with me for fear someone might steal it.