craint, crainte

CRAINT, CRAINTE

(krin, krin-t') part. passé de craindre
Elle fut plus crainte qu'aimée.
Rome poursuit en vous un ennemi fatal Plus conjuré contre elle et plus craint qu'Annibal [RAC., Mithr. III, 1]
Craint de tout l'univers, il vous faudra tout craindre [ID., Brit. IV, 3]
Les Espagnols sont craints, mais ils sont en horreur [VOLT., Alz. I, 1]
Qui sont-ils ? Des savants renommés par leurs grâces, Des poëtes loués dans toutes les préfaces, Des hommages du Nord dans Paris assiégés, Craints peut-être à la cour et pourtant protégés [GILBERT, Mon apolog.]