croupade

(Mot repris de croupades)

CROUPADE

(krou-pa-d') s. f.
Terme de manége. Saut d'un cheval, qu'il fait en troussant les jambes de derrière sous le ventre, sans montrer ses fers, et qui est plus relevé que la courbette.
Le cheval fit une croupade qui remit Ragotin en selle [SCARR., Rom. com. ch. 19]

ÉTYMOLOGIE

  • Croupe.

croupade

CROUPADE. n. f. T. de Manège. Saut où le cheval relève les pieds de derrière jusque sous le ventre.

croupade


CROUPADE, s. f. CROUPE, s. fém. Le 1er est un terme de Ménage, qui signifie un saut du cheval plus élevé que la courbette, et qui tient le devant et le derrière du cheval en une égale hauteur. = * On a dit aûtrefois groupade, contre l'étymologie: ce mot venant de croupe, il faut l'écrire avec un c, et c'est l'usage constant aujourd'hui.
   CROUPE est, 1°. la partie de derrière du cheval, de la selle à la queûe. "Ce cheval n'a point de croupe, a peu de croupe. — Croupe de mulet: pointûe et aigûe — Mettre en croupe, aler en croupe. * On disait aûtrefois, aler en trousse, se faire porter en trousse. "La Présidente de Thou s'étoit toujours contentée de se faire porter en trousse à cheval. Loisel.
   On dit, (st. fig. famil.) d'un homme qui se fâche aisément et sans sujet, qu'il est chatouilleux sur la croupe; allusion aux chevaux qui n'aiment pas à porter en croupe. — On dit aussi, gagner la croupe du cheval de son énemi, l'aprocher par derrière.
   2°. Croupe, sommet d'une montagne. Château situé sur la croupe de la montagne.