croupier

(Mot repris de croupiere)

croupier, ère

n.
Employé d'une maison de jeu, d'un casino, qui dirige les parties, qui paie et ramasse l'argent pour le compte de l'établissement.

croupier

(kʀupje) masculin

croupière

(kʀupjɛʀ) féminin
nom
personne qui travaille dans un casino Le croupier distribue les cartes.

CROUPIER

(krou-pié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des krou-pié-z adroits) s. m.
Celui qui est associé avec le joueur tenant la carte ou le dé. C'est un bon croupier, il conseille bien.
Chamillart prit des croupiers [au jeu du roi], parce que le jeu était gros ; il y fut heureux [SAINT-SIMON, 70, 148]
Anciennement, celui qui assistait le banquier à la bassette et l'avertissait des cartes qu'il passait. Le commis qui tient le jeu pour le compte du banquier dans les établissements de jeu.
Celui qui prend part à quelque affaire de finance, sans s'y faire nommer.
Sur les trente-cinq sous réservés aux fermiers généraux, dix-neuf sont partagés à des croupiers inutiles [NECKER, Compte rendu au roi, janv. 1781, p. 43]
Celui qui a un intérêt dans la part d'un associé ; un sous-associé. Fig. Celui qui est dans les intérêts d'un autre et les soutient secrètement.
Dubois avait obtenu du régent de n'en parler à personne [du traité de La Haye] ; mais je n'ai jamais douté que le duc de Noailles et Canillac, alors ses croupiers, n'en fussent exceptés [SAINT-SIMON, 454, 128]
Le duc de la Force fut bien averti de se défier de d'Aumont à Sceaux et de se conduire comme avec le croupier de Mme du Maine [ID., 378, 110]
Terme de droit canonique. Confidentiaire prêtant son nom à celui qui plaide pour un bénéfice.
Adjectivement. Qui est en croupe, derrière une personne en selle.
Lorsqu'il l'espérait le moins, le cavalier croupier se laissa tomber à terre et se mit à rire [SCARRON, Rom. com. I, 2e part.]

ÉTYMOLOGIE

  • Croupe ; à cause que le croupier est celui qu'on prend pour ainsi dire en croupe, qui devient compagnon, associé.

croupier

CROUPIER. n. m. Celui qui tient le jeu, paie et ramasse l'argent, dans une maison de jeu.

Il se dit spécialement, en termes de Droit commercial et de Bourse, du Spéculateur qui, sans figurer en nom dans une opération commerciale ou de Bourse, doit cependant supporter une part des pertes et prendre une part des bénéfices.

croupier


CROUPIER, s. m. CROUPIèRE, s. fém. [Krou-pié, piè-re: 2eé fer. au 1er, è moy. et long au second.] Le premier ne se dit qu'au figuré, et le second au propre. On ne dit point croupier de celui qui monte en croupe sur un cheval; mais de celui qui est de part au jeu avec quelqu'un qui tient la carte ou le dé; et de celui qui prête aux gens d'afaire, et qui a part au profit. = Croupière est le morceau de cuir rembourré que l'on pâsse sous la queûe d'un cheval, d'un mulet, etc. et qui tient à la selle, au bât, au harnais. "Serrer la croupière d'un cheval.
   On dit, figurément, (style famil.) tâiller à quelqu'un des croupières; lui doner du fil à retordre, de l'exercice, de l'embarras.
   CROUPIèRE, en termes de Marine, se dit d'un câble, qui arrête un vaisseau par son arrière: "Mouiller en croupière. — Le Rich. Port. met aussi croupiader en ce sens.

Traductions

croupier

croupier

croupier

croupier

croupier

croupier

croupier

Händler

croupier

סוחר

croupier

딜러

croupier

återförsäljare

croupier

[kʀupje, jɛʀ] nm/fcroupier